Finistère : un agriculteur lutte contre l’assèchement des sols en plantant des arbres

13 mai 2022 Mis à jour: 13 mai 2022
FONT BFONT SText size

Passionné par l’agroforesterie, un agriculteur du nord-Finistère a décidé de planter des arbres pour lutter contre la sécheresse qui sévit de plus en plus souvent. Une technique que les paysans d’autrefois utilisaient, avant que le modèle agro-industriel des années 70 ne coupe de nombreux arbres sur les parcelles. 

Jean-Yves Masson est éleveur de vaches laitières et producteur de légumes. Basé à Saint-du-Doigt, dans le Finistère, il s’est mis à l’agroforesterie afin de lutter contre l’assèchement des sols, ainsi que le rapporte France 3 Bretagne.

« Avant on abattait les arbres pour agrandir les parcelles »

L’éleveur considère que pour lutter contre ce phénomène récurrent des sécheresses, l’agroforesterie est une solution idéale et respectueuse. Et cet exploitant n’est pas le seul à pratiquer cette technique dans le département.

Cette pratique, qui associe arbres, cultures et animaux sur un même terrain, permet ainsi de garder les cultures et les vaches au frais. « Avant on abattait les arbres pour agrandir les parcelles. Faire le chemin inverse, c’est une solution durable au profit des générations futures », précise-t-il, désireux également de laisser à ces dernières un patrimoine forestier.

Il a planté 350 arbres « à raison d’un arbre tous les six mètres »

Pas moins de 350 arbres viennent d’être plantés, « à raison d’un arbre tous les six mètres, ça représente deux kilomètres de rangées », précise l’agriculteur, ajoutant qu’ils ont été plantés « dans le sens Nord-Sud ». Avec lui, rien n’a été laissé au hasard. « Quand le soleil se lève, on va pouvoir conserver un maximum de rosée sur l’herbe pour qu’elle sèche moins. Pareil au moment du coucher de soleil : l’ombre sera portée le plus loin possible sur les champs », détaille-t-il à France 3.

Il explique avoir même planté du mûrier blanc et du frêne. Car si un jour ses vaches n’ont plus rien à manger à cause d’une trop forte sécheresse, elles pourront alors se nourrir des feuilles de ces deux variétés. « Il suffira de couper les branches », indique l’expert en la matière.

L’arbre, qui conserve l’eau autour de lui, a la faculté d’aller la chercher « en profondeur avec ses racines », précise encore l’éleveur, ajoutant que ses feuilles, « apportent des oligo-éléments au sol » lorsqu’elles tombent à l’automne. L’homme souligne avoir aussi planté des aulnes car ils peuvent « prendre l’azote de l’air et le restituer dans ses racines », créant ainsi une « symbiose entre l’arbre et les cultures ».

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé