Fêtes juives : Darmanin demande « un maximum » de policiers devant les synagogues

1 septembre 2021 Mis à jour: 1 septembre 2021
FONT BFONT SText size

Gérald Darmanin a demandé mercredi aux préfets d’assurer « un maximum de présence policière » devant les synagogues alors que débute lundi et jusqu’à fin septembre le mois de « Tichri » jalonné de plusieurs grandes fêtes juives.

En raison du « niveau très élevé de la menace terroriste », le ministre de l’Intérieur invite les préfets à prendre des mesures pour « renforcer la sécurité des lieux de rassemblements et de culte juifs », dans un télégramme consulté par l’AFP.

« Merci d’assurer un maximum de présence policière physique devant les lieux de culte », a-t-il ajouté, à la main, à la fin de sa missive.

« Contrôles visuels » parmi les flux de fidèles

Il leur est notamment recommandé de limiter le nombre d’accès aux lieux de culte, de réaliser des « contrôles visuels » parmi les flux de fidèles, d’interdire si besoin la circulation et le stationnement à proximité et d’assurer à la fois « une présence statique visible » et des patrouilles « dynamiques » aux heures des célébrations.

Les militaires de l’opération « Sentinelle » pourront également être déployés autour des « lieux et édifices les plus sensibles ou les plus emblématiques ».

A partir de lundi prochain se succèderont les fêtes de Roch Hachana, le nouvel an juif, de Yom Kippour, ou « Grand Pardon », jour de jeûne, de prière et de confession des fautes (15-16 septembre), de Souccot, la fête des cabanes, qui rappelle le temps où les Hébreux vivaient sous la tente après leur sortie d’Égypte (20-29 septembre) et, enfin, la Sim’hat Torah (28-29).

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé