Une femme meurt 3 mois après sa sortie de prison : des années de torture lui ont causé des dommages corporels

Avant de succomber à ses blessures, Liu Zhenfang a déposé une plainte pénale relatant son calvaire – une description poignante de la façon dont le régime communiste chinois a détruit son corps, mais n’a pas pu briser sa foi – pendant vingt longues années.

Liu Zhenfang, une résidente de 60 ans du canton de Huangchuan, province du Henan, est décédée, le 7 décembre 2018, 3 mois après sa libération de la prison des femmes du Henan, selon Minghui.org, un site Internet américain qui sert de centre d’information sur la persécution du Falun Gong en Chine.

Son corps était émacié et beaucoup de ses organes internes avaient suppuré.

En 2017, Liu Zhenfang avait été condamnée à une peine de prison d’un an et demi pour avoir pratiqué le Falun Gong, une discipline spirituelle qui soutient les valeurs universelles d’Authenticité, de Bienveillance et de Tolérance. Ceux qui soutiennent cette croyance ont été persécutés par le régime communiste chinois de 1999 à nos jours.

La persécution

Mme Liu, une coiffeuse, a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998 après avoir entendu parler de ses bienfaits pour la santé à une époque où les normes dans le secteur de la santé en Chine étaient dépassées.

Le Falun Gong, qui se traduit par « pratique de la roue de la loi », est une discipline spirituelle avec un ensemble d’exercices de méditation et de textes qui prêchent la vertu, contenant des philosophies morales avec des éléments bouddhistes et taoïstes, et s’inspire de la tradition chinoise du qigong, de mouvements physiques doux.

Lorsque le dirigeant du Parti communiste chinois (PCC) Jiang Zemin a lancé une campagne systématique pour diffamer et détruire le Falun Gong en 1999, Liu Zhenfang a refusé de renoncer à sa croyance et est devenue une cible pour la police. Son domicile a été saccagé 3 fois entre 1999 et 2003.

Au début de l’année 2000, Liu Zhenfang a été détenue dans le centre de détention de Hedian, où la police lui a extorqué 2 000 yuans avant sa libération.

Lors de sa deuxième arrestation en 2001, elle fut emmenée dans un endroit de détention secret après que la police a trouvé des documents de Falun Gong chez elle. Elle a été forcée de passer la nuit debout sans dormir, et la police a pris tout l’argent qu’elle avait emporté avec elle.

En outre, elle a été battue pendant plus de 20 heures, devant son silence, alors que la police l’interrogeait pour s’enquérir de la source des documents. Sa tête a été projetée contre un mur et elle a subi des blessures au cuir chevelu alors qu’on lui arrachait des touffes de cheveux.. Elle a été suspendue au cadre de la fenêtre avec des menottes et battue jusqu’à ce qu’elle vomisse du sang.

Elle a été envoyée de nouveau au centre de détention de Hedian et détenue pendant trois mois, jusqu’à ce que sa famille paie le directeur adjoint de la Division de la sécurité intérieure pour obtenir sa libération.

En 2004, Mme Liu a été arrêtée pour avoir distribué des documents de Falun Gong. Après son incarcération, elle a été battue pendant 16 heures par des policiers du Département de police de Guangshan.

Ils lui ont arraché les cheveux et ont déchiré ses vêtements. Quand les policiers en ont eu assez de la frapper à mains nues, ils ont utilisé une tige de métal et l’ont frappée à tour de rôle jusqu’à ce que la tige se casse. Ils ont utilisé la tige de métal cassée pour lui infliger des coups sur les doigts.

Elle a ensuite été conduite au centre de détention de Guangshan, où elle a été battue pendant 33 heures. Ses organes internes étaient endommagés et, à la suite de ces attaques, elle vomissait souvent du sang.

Liu Zhenfang a survécu à la torture

La police a également détenu le mari de Liu en 2004 pendant 5 mois, malgré le fait qu’il ne pratiquait pas le Falun Gong. Il a été contraint d’exécuter un travail de forçat alors qu’on ne lui permettait qu’un seul repas par jour. Les gardes lui ont attaché les testicules avec un fil fin et l’ont brûlé avec un briquet.

Mme Liu a été arrêtée de nouveau en 2012. Elle a été condamnée à une peine d’emprisonnement de 5 ans où son épreuve s’est poursuivie. Malgré ses blessures, on l’obligeait à travailler 14 heures par jour.

En 2017, Mme Liu a été condamnée à une nouvelle peine d’emprisonnement d’un an et demi, qui a fini par mettre fin à ses jours.

Pendant toute la durée de son incarcération, Mme Liu a également été agressée verbalement,  gavée de substances nocives qui endommagent le système nerveux, contrainte de travailler comme une esclave et de se tenir debout pendant des périodes prolongées, voire des jours, sans dormir ou à s’accroupir pendant des heures avec les mains sur la tête.

Avant la persécution, le Falun Gong comptait entre 70 et 100 millions de pratiquants en Chine dans toutes les classes sociales, incluant des membres du Parti communiste. Les sites de pratique de la méditation étaient monnaie courante dans les parcs et les places publiques de toutes les villes.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Pourquoi le Falun Gong est-il persécuté ?

 
La rédaction vous conseille

Chine: un hôpital construit pour tuer

Chine: un hôpital construit pour tuer
LIRE LA SUITE
 
 
 

Christophe Castaner saisit la justice après la diffusion du clip « Douce France » de Konrad appelant à brûler la France

Christophe Castaner saisit la justice après la diffusion du clip « Douce France » de Konrad appelant à brûler la France
Le ministre de l'Intérieur a indiqué dimanche avoir saisi la justice après la diffusion d'un clip de rap ...
LIRE LA SUITE
 

La liberté économique, une union indissoluble entre la vertu et le bonheur

La liberté économique, une union indissoluble entre la vertu et le bonheur
Le rapport sur l'emploi pour le mois d'avril démontre que l'économie américaine se porte très bien - en ...
LIRE LA SUITE
 

Grenoble : des militantes musulmanes bravent le règlement intérieur et se baignent en burkini dans une piscine municipale

Grenoble : des militantes musulmanes bravent le règlement intérieur et se baignent en burkini dans une piscine municipale
Prise au dépourvue, la direction de l’établissement n’a pas été en mesure de faire respecter le règlement intérieur ...
LIRE LA SUITE
 

Vosges : il menace les clients d’un restaurant, brise la vitrine d’un coup de poing et se vide de son sang

Vosges : il menace les clients d’un restaurant, brise la vitrine d’un coup de poing et se vide de son sang
Malgré l’arrivée des gendarmes et des pompiers, l’assaillant n’a pas pu être ranimé. Mercredi dernier, vers 20h30, un ...
LIRE LA SUITE