Une femme emprunte un chemin plus vert, fait carrière et transforme son appartement en un lieu de vie forestier

À quel point votre vie et votre maison peuvent-elles être vertes dans une jungle de béton comme New York ? Beaucoup aspirent à l’air frais, au calme et à une ambiance qui leur permettrait de se sentir vraiment chez eux, mais seuls quelques-uns arrivent à se les procurer à la maison. Pour Summer Rayne Oakes, ce voyage de plus d’une décennie s’est déroulé grâce à la culture de 750 plantes dans son appartement de Brooklyn, un projet que l’on peut à juste titre appeler une « forêt dans un appartement ».

Dans cet espace qui respire, il n’y a nulle part où il n’y a pas de plante. Les étagères de la cuisine ont plus de plantes que de soucoupes et de casseroles et il y a des œufs biologiques frais dans de petits plateaux, fournis par le poulet de Summer, nommé Kippee, et 11 autres poulets dont elle prend soin dans le jardin communautaire.

« Cela élève davantage l’esprit. quand je suis à la maison ou que je travaille à la maison, c’est l’endroit où je veux être le plus parce que c’est l’endroit où je me sens le plus moi-même et j’adore ça », dit Summer.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Summer Rayne Oakes (@homesteadbrooklyn) le

Il y a une bougie qui brûle ici et là sur l’étagère de la cuisine, quelques paquets d’encens parfumé, un couvercle sur un composteur, et un petit pot avec une plante de curry qui apporte un sourire instantané sur le visage de Summer. « Celui-ci est vraiment parfumé », dit-elle en cueillant une feuille et en la brandissant.

Summer croit que les plantes « sont une moyen proactif pour bien vivre en ville ». Cette fascination pour la culture des plantes dans son appartement a commencé il y a près de 15 ans quand elle a quitté la campagne pour New York.

Pour Summer, faire entrer l’extérieur, c’est comme apporter un équilibre mental. « Les plantes apportent un sentiment de calme », dit Summer, qui a étudié les sciences de l’environnement et l’entomologie (l’étude des insectes) avant de se lancer dans la modélisation.

À l’intérieur de la chambre de Summer, il y a tout un mur de plantes, il y a des cactus sur une fenêtre et dans un coin ; à l’intérieur d’un vieil aquarium les plantes s’entrecroisent dans une masse épaisse de mini forêt tropicale. Sur une étagère sous l’aquarium se trouvent deux plateaux que Summer utilise pour faire pousser ses jeunes arbres au printemps.

« Je pense que lorsque quelqu’un commence à apporter des plantes dans sa maison et commence à les reconnaître comme d’autres créatures vivantes, il commence aussi à reconnaître leurs différentes nuances », dit-elle.

Le parcours de Summer dans la culture de plantes dans son appartement est devenu une carrière à part entière. En juillet, Summer sort son troisième livre, How to make a plant love you (Comment faire pour qu’une plante vous aime). Elle a une série de vidéos en cours d’exécution sur sa chaîne youtube intitulée Plant One On Me, et elle anime régulièrement une masterclass sur les plantes d’intérieur pour partager sa sagesse.

Alors que Summer montre le jardin suspendu qu’elle a construit avec son père, Kippee picore sur ses chaussures. Summer a dit : « Si vous allez dans une pièce où il n’y a personne, vous aurez une certaine impression. Si vous entrez dans une pièce où il y a 100 méditants, vous aurez l’impression que c’est différent… et si vous entrez dans une maison avec disons 100 plantes, ce sera différent d’une pièce vide. »

De plus, Summer a toujours été une fervente partisane de la mode durable et a décidé de s’engager sur une voie nouvelle parce qu’elle voulait mettre en place un système de mode écologiquement viable et plus éthique. « Parfois, il faut créer l’industrie que l’on imagine et dans laquelle on veut être », dit-elle.

S’en tenir à ses choix lui a posé ses propres défis, souvent elle a refusé de signer des ententes qui ne correspondaient pas à ses valeurs. « Voici tous les endroits où je ne veux pas travailler. J’ai donc dû créer mon propre chemin. Et la façon de créer une vie plus intégrée, c’est de la vivre, et il faut parfois dire non », a dit Summer.

Le succès n’a pas été facile, mais comme tout ce qui est éthique et durable, il est venu en prenant le chemin le plus difficile.

« Ma plus grande crainte était que mon meilleur ne soit jamais assez bon… Je n’ai jamais été douée pour être quelqu’un d’autre », dit Summer.

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Les plantes peuvent prendre des décisions et apprendre :
l’intelligence du monde végétal

 
 
 
 

Actes antichrétiens : une chapelle du 17e siècle vandalisée dans la petite ville de Solliès

Actes antichrétiens : une chapelle du 17e siècle vandalisée dans la petite ville de Solliès
Construite en 1660 à l’emplacement d’une bergerie située sur le sommet d’une colline, la chapelle Notre-Dame des Vents ...
LIRE LA SUITE
 

Notre-Dame de Paris : un cliché d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philipe le soir de l’incendie suscite la polémique

Notre-Dame de Paris : un cliché d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philipe le soir de l’incendie suscite la polémique
Depuis plusieurs jours, un cliché du Premier ministre et du président de la République fait le tour des ...
LIRE LA SUITE
 

Incendie de Notre-Dame de Paris – « Je pense que s’il y a quelque chose, on le cachera », affirme Éric Zemmour

Incendie de Notre-Dame de Paris – « Je pense que s’il y a quelque chose, on le cachera », affirme Éric Zemmour
Face à Éric Naulleau et Nathalie Loiseau sur le plateau de Paris Première, Éric Zemmour a donné son ...
LIRE LA SUITE
 

Les autorités chinoises démolissent plus de 5 900 sanctuaires consacrés à une divinité

Les autorités chinoises démolissent plus de 5 900 sanctuaires consacrés à une divinité
Le gouvernement d'une municipalité chinoise s'est attiré la colère de nombreux citoyens en décidant d'éradiquer une forme de ...
LIRE LA SUITE