Une femme aide à élever un bébé flamant rose, l’oiseau revient des mois plus tard et se précipite vers son sauveteur

27 octobre 2022 Mis à jour: 27 octobre 2022
FONT BFONT SText size

Une femme d’une petite île des Caraïbes a aidé à élever un bébé flamant rose qui, après un certain temps, a disparu. Plusieurs mois plus tard, l’oiseau sauvage est revenu, a accouru jusqu’à son sauveteur et s’est blotti dans ses bras pour de douces retrouvailles.

Elly Albers, âgée de 54 ans, amoureuse des animaux, dirige une entreprise d’écotourisme à Bonaire.

Elly Albers avec Baby, le flamant rose (Avec l’aimable autorisation d’Elly Albers)

En 2017, une marée noire à Trinité-et-Tobago (le pays insulaire le plus au sud des Caraïbes) a fait des ravages dans les eaux environnantes. Les autorités de la National Park Foundation ont fait appel à Elly Albers pour qu’elle les aide à s’occuper des oiseaux en péril. Elle a alors commencé à aider à les nettoyer et à les laver. Un an plus tard, des habitants sont arrivés avec un jeune flamant rose et Elly, qui n’était même pas officiellement chargée de la réhabilitation des oiseaux à l’époque, a dû relever le défi d’élever l’oiseau orphelin.

Loin de s’en douter, celui-ci était le premier de nombreux autres flamants à venir à elle. La courbe d’apprentissage avec le flamant, qu’Elly a commencé à appeler « Baby », a été abrupte.

Après avoir contacté quelques organisations en Hollande pour obtenir des conseils sur la façon de nourrir le bébé flamant âgé de 5 semaines, Elly s’est installée dans son nouveau rôle de gardienne de Baby.

Comme Baby était le seul oiseau à cette époque, elle s’est rapprochée d’Elly, la suivant partout et dormant même à côté d’elle. Lorsqu’Elly était occupée, elle gardait Baby dans une cage.

(Avec l’aimable autorisation d’Elly Albers)

Lorsque Baby a eu 4 mois et qu’elle pouvait voler toute seule, Elly l’a « relâchée en douceur », ce qui signifie qu’elle pouvait désormais s’aventurer dans les endroits humides autour de sa maison avec les autres flamants.

Quand Elly faisait le tour de l’île en voiture, elle reconnaissait Baby et l’appelait.

« Elle sortait de l’eau et accourait vers elle pour se blottir dans ses bras », raconte-t-elle.

Au cours des mois suivants, Baby a continué à rendre visite à Elly tous les matins jusqu’à ce qu’elle disparaisse soudain pendant une longue période.

« J’en avais le cœur brisé », a confié Elly. « J’avais peur parce que les flamants volent d’ici jusqu’au Vénézuéla, et j’avais peur que quelqu’un l’ait peut-être tuée. »

Un matin, après huit mois, alors qu’Elly nourrissait une foule de flamants roses, elle en a repéré un qui lui semblait familier.

« Je lui ai juste dit, hé, ouah, tu ressembles à Baby. Tu as des pattes brillantes. Elle m’a regardée, a accouru vers moi et s’est effondrée par terre », raconte Elly. « J’ai commencé à pleurer et j’ai appelé mon mari : ‘regarde qui est de retour !’ »

« C’était magnifique. Après tout ce temps, ils vous reconnaissent encore. »

Au fil des ans, Elly Albers a sauvé des milliers de flamants roses. (Avec l’aimable autorisation d’Elly Albers)

Cinq ans après s’être occupée de Baby, Elly dirige désormais un centre officiel de réhabilitation des oiseaux, Bonaire Wild Bird Rehab, parallèlement à une société d’excursions guidées en kayak et en bateau.

« Nous avons probablement sauvé quelques milliers de flamants maintenant », dit-elle. « Nous avons eu quelques saisons difficiles avec beaucoup de flamants qui arrivaient en même temps ; parfois 500 en quelques mois. »

(Avec l’aimable autorisation d’Elly Albers)
(Avec l’aimable autorisation d’Elly Albers)

Cependant, comme Baby a été le tout premier flamant rose dont elle s’est occupée, Elly dit avoir beaucoup appris d’elle. Elle utilise maintenant ses connaissances pour aider d’autres flamants qui ont été secourus.

L’objectif du centre de réhabilitation est toujours de ramener les oiseaux dans leur habitat naturel.

« Nous ne gardons pas les oiseaux en cage », a expliqué Elly. « L’objectif est de les relâcher là où ils doivent être, c’est vraiment important […] Je ne crois vraiment pas au maintien des oiseaux en captivité. »

(Avec l’aimable autorisation d’Elly Albers)

Regardez la vidéo

(Avec l’aimable autorisation d’Elly Albers)

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé