Une femme à qui l’on interdisait de chanter dans son enfance remporte un Latin Grammy Award à 95 ans lorsque son petit-fils enregistre ses chansons

30 novembre 2022 Mis à jour: 30 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Une grand-mère cubaine-américaine de 95 ans a remporté le prix du meilleur nouvel artiste aux Latin Grammy Awards, bien qu’on lui ait interdit de faire de la musique lorsqu’elle était enfant.

Elle est la musicienne la plus âgée à avoir été sélectionnée dans cette catégorie. Dans son discours, la nonagénaire a remercié son petit-fils, un compositeur, qui a enregistré sa voix, ce qui lui a valu la célébrité qu’elle mérite depuis longtemps.

Le 17 novembre, l’auteure-compositrice-interprète Angela Alvarez a remporté le prix de la meilleure nouvelle artiste aux Latin Grammys 2022, aux côtés de l’artiste Silvana Estrada.

La chanteuse cubaine-américaine Angela Alvarez accepte le prix de la meilleure nouvelle artiste sur scène lors de la 23e cérémonie annuelle du Latin Grammy Awards au Michelob Ultra Arena de Mandalay Bay à Las Vegas, Nevada, le 17 novembre 2022. (VALERIE MACON/AFP via Getty Images)

Angela a déclaré dans son discours de remise de prix : « Mon petit-fils est celui qui m’a aidée à arriver là où je suis maintenant […] Je veux dédier ce prix à Dieu et à ma patrie, Cuba, [que] je n’oublierai jamais », tel que traduit de l’espagnol.

Le petit-fils d’Angela, le compositeur Carlos José Alvarez, a écrit dans une publication sur Facebook  que l’enregistrement de l’album de sa grand-mère a été l’une des « expériences les plus inoubliables et magiques » de sa vie. Ceci a aussi permis de réunir la famille et les amis.

(Ethan Miller/Getty Images)

Selon Today, l’amour d’Angela pour la musique a débuté à Cuba, où elle est née et a grandi. Elle a commencé à écrire ses propres chansons dès son adolescence, mais son père lui a interdit de poursuivre son rêve de chanter et d’écrire des chansons de manière professionnelle.

Elle s’est ensuite mariée et a fondé sa propre famille. Après la révolution cubaine, Angela décide d’envoyer ses quatre enfants avec les 14.000 enfants cubains non accompagnés qui se rendent aux États-Unis en 1962 pour fuir l’oppression communiste. Angela a finalement pu les rejoindre, et sa famille s’est installée à Bâton-Rouge, en Louisiane.

Cependant, au cours de toutes ces années, son amour pour la musique ne l’a jamais quittée. La musique a été un soutien pendant les années douloureuses passées loin de ses enfants, un réconfort après la perte de son mari et de sa fille à la suite d’un cancer, et une bénédiction lorsqu’elle a construit une nouvelle vie en Amérique. Angela a toujours chanté pour ses enfants et ses petits-enfants, jusqu’à ce que Carlos décide que sa grand-mère méritait de briller davantage.

Angela Alvarez lors de la 23e cérémonie annuelle des Latin Grammy Awards à la Michelob Ultra Arena de Mandalay Bay à Las Vegas, Nevada, le 17 novembre 2022. (RONDA CHURCHILL/AFP via Getty Images)

« Dès qu’elle avait l’occasion de prendre une guitare, elle chantait pour nous », raconte Carlos, âgé de 42 ans. « Un jour, je l’ai appelée et je lui ai dit : ‘Je veux que tu me chantes les chansons que tu composes.’ Elle m’a présenté ces cahiers qui contenaient plus de 40 chansons, les chansons étaient comme un journal intime de sa vie. »

En 2016, un ami a demandé à Carlos ce qu’il attendait, c’est là qu’il a réalisé que le moment était venu d’enregistrer la musique de sa grand-mère depuis sa maison à Los Angeles. Ce faisant, l’acteur et producteur Andy Garcia a eu vent de l’histoire d’Angela et a été suffisamment ému pour produire un documentaire long métrage sur sa vie, Miss Angela, qui est sorti en 2021.

(RONDA CHURCHILL/AFP via Getty Images)

La victoire aux Latin Grammys en novembre a été un grand moment pour Angela. Carlos a partagé la joie collective de la famille sur Facebook, écrivant : « Nos rêves ont le pouvoir de transformer et de guérir des vies, voire le monde. » Il a remercié l’Académie d’avoir prêté la scène pour partager le « moment incroyable » de sa grand-mère, en signant : « Nos cœurs sont comblés. »

Malgré l’austérité de sa jeunesse, Angela pense que son père et son défunt mari approuveraient sa réussite. « S’ils étaient là, je sais qu’ils seraient fiers », a-t-elle confié.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé