Exposons la cruauté et l’absurdité du Parti communiste chinois

Boycottons les élections fictives de Hong Kong, les jeux du génocide et libérons Peng Shuai
8 décembre 2021 Mis à jour: 8 décembre 2021
FONT BFONT SText size

« N’oubliez jamais, » écrit l’artiste dissident chinois en exil Ai Weiwei dans ses nouvelles mémoires, « que sous un système totalitaire, la cruauté et l’absurdité vont de pair ».

Il a tout à fait raison.

La semaine dernière, le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à parler de démocratie. En effet, son Conseil d’État a publié un document dans lequel il se déclare lui-même comme une « démocratie dans son processus intégral ».

Pardon ? C’est moralement cruel, insultant et intellectuellement absurde.

Si ce n’était pas pour mes amis en prison à Hong Kong ou croupissant dans des camps de concentration au Xinjiang, si ce n’était pas pour les pasteurs chrétiens chinois emprisonnés pour leur foi, les pratiquants de Falun Gong torturés et dépouillés de leurs organes, les bouddhistes tibétains défroqués et réprimés, ou les militants de la société civile et les journalistes citoyens pourchassés pour avoir révélé la vérité sur les manquements et la corruption du régime chinois, j’aurais simplement ri. C’est comme une blague. Mais en raison des conséquences des politiques de l’un des régimes totalitaires les plus brutaux, cruels, mendiants, criminels et répressifs du monde, je n’ai pas ri. Parce que c’est une blague tordue.

Tout d’abord, déballons les affirmations ridicules de Pékin sur la démocratie, et posons et répondons à certaines questions.

Existe-t-il des élections libres, équitables, multipartites et contestées en Chine ? Non.

Existe-t-il des sondages d’opinion authentiques et indépendants ? Non.

Les gens peuvent-ils exprimer leur opinion librement, sans craindre d’être arrêtés, torturés ou de disparaître ? Non.

Existe-t-il un système judiciaire indépendant, avec l’innocence jusqu’à preuve du contraire, des procès équitables, et personne au-dessus de la loi ? Non.

Existe-t-il des médias indépendants, libres d’examiner, de rapporter et d’exprimer des opinions ? Non.

Existe-t-il une société civile libre, dans laquelle les militants peuvent demander des comptes au gouvernement ? Non.

Y a-t-il une torture généralisée, systématique et cruelle ? Oui.

Y a-t-il des camps de prisonniers où l’on pratique l’esclavage, la violence sexuelle et d’horribles conditions de goulag ? Oui.

Les lieux de culte sont-ils détruits ou profanés par l’État à grande échelle ? Oui.

Des personnes disparaissent-elles ou finissent-elles en prison simplement pour avoir exprimé une opinion ou révélé des faits ou des allégations qui mettent le régime mal à l’aise ? Oui.

Il suffit de considérer le cas de la star chinoise du tennis, Peng Shuai. Après avoir allégué qu’un très haut dirigeant du PCC avait abusé d’elle sexuellement, elle a disparu. Au lieu que son agresseur soit tenu pour responsable, c’est Peng qui a été contrainte de faire des aveux publics, de retirer ses allégations et d’apparaître en public dans des scénarios vidéo mis en scène – lors d’un dîner avec son entraîneur, sur le court lors d’un match et dans une audience avec le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach.

Il est évident pour tout le monde que ces apparitions ne sont ni libres ni naturelles et que, malheureusement, comme le décrit à juste titre Peter Dahlin, Bach est complice, consciemment ou non, d’un crime. Malgré ses apparitions mises en scène, Peng n’est pas libre. Nous ne devons pas cesser de demander chaque jour #WhereIsPengShuai et de réclamer #FreePengShuai.

Et puis il y a Hong Kong, dont la liberté a été arrachée à la vue de tous. La ville doit maintenant faire face à une nouvelle « élection » – qui rabaisse le terme et devrait être reformulé en « sélection » – le 19 décembre, pour son corps législatif fantoche, zombie, à l’approbation automatique.

Depuis la rétrocession en 1997, Pékin a toujours eu une majorité intégrée dans le corps législatif partiellement démocratique de Hong Kong. Mais la victoire du camp pro-démocratique aux élections des conseils de district il y a deux ans a tellement effrayé Xi Jinping que les législateurs pro-Pékin ont décidé de disqualifier et d’expulser l’ensemble des législateurs du camp pro-démocratique l’année dernière, et ont introduit un nouveau système électoral qui transformerait l’assemblée législative de Hong Kong en une branche locale du Congrès national du peuple.

En d’autres termes, le système est tellement falsifié qu’un vote authentique ne compte pour rien. Le résultat de l’élection du 19 décembre est déjà prédéterminé. Le seul résultat que l’on attend est de savoir s’il s’agit d’une majorité de 90 %, 95 % ou 99,9 % pour le PCC et ses sbires.

Pire encore, certains indices laissent penser que voter blanc pourrait être considéré comme un crime en vertu de la loi sur la sécurité nationale du régime, absurdement vague et draconienne, imposée par Pékin le 1er juillet 2020. Les Hongkongais ne peuvent donc pas voter pour des candidats de l’opposition, et risquent la prison s’ils gâchent leur bulletin de vote. Je n’ai pas l’habitude de dire aux gens de rester loin des urnes, mais à cette occasion, je suis d’accord avec mon ami Nathan Law, qui exhorte les Hongkongais à rester chez eux. Il a raison. Pourquoi risquer de légitimer un processus qui n’a pas la moindre crédibilité et qui peut vous conduire en prison si vous votez dans le mauvais sens ? Regardez plutôt un film.

Plus tard cette semaine, un tribunal indépendant, présidé par l’homme qui a poursuivi Slobodan Milosevic, l’avocat britannique Sir Geoffrey Nice, rendra son jugement sur la question de savoir si les atrocités perpétrées contre les Ouïghours constituent ou non un génocide. C’est un jugement que nous attendons tous avec impatience, car il s’agira du premier avis quasi-judiciaire.

Des parlements du monde entier, dont le Canada, les Pays-Bas, la Belgique, la République tchèque, le Royaume-Uni et les États-Unis – l’ancien et l’actuel secrétaire d’État, Mike Pompeo et Anthony Blinken – ont déjà déclaré qu’il s’agissait d’un génocide. Mais pour certains, l’argument est qu’aucun tribunal ne l’a fait. Le problème est qu’aucun tribunal international, dans le système actuel, ne peut le faire, d’où la nécessité d’un tribunal populaire indépendant.

Voyons ce qu’ils concluent. La sagesse d’un processus dirigé par le procureur de Milosevic – qui connaît une ou deux choses sur le droit international – doit être prise au sérieux.

Sir Geoffrey Nice, président du Tribunal chinois sur les prélèvements d’organes forcés lors de la première journée d’audiences publiques à Londres, le 8 décembre 2018. (Justin Palmer)

Enfin, il y a la question des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, qui commencent dans moins de deux mois.

Personnellement, je pense qu’il est honteux que le CIO ait autorisé la tenue de ces Jeux. Le démantèlement de la démocratie à Hong Kong au cours des deux dernières années, les rapports sur les prélèvements forcés d’organes depuis plusieurs années, les allégations croissantes de génocide des Ouïghours, les décennies de répression au Tibet, la persécution continue et croissante des chrétiens, la répression des médias, des avocats, des dissidents et de la société civile, ainsi que la disparition de personnalités publiques devraient, ensemble, avoir conduit à la décision de réattribuer les Jeux à un autre hôte. La disparition de l’avocat Gao Zhisheng, l’enlèvement en Thaïlande de Gui Minhai, ressortissant suédois d’origine chinoise, de l’actrice Zhao Wei et du milliardaire Jack Ma, entre autres, auraient dû faire réfléchir la communauté internationale.

En l’absence d’un sursaut de courage de dernière minute de la part du CIO, il est clair qu’aucun représentant du monde libre et démocratique ne devrait assister aux Jeux, sous quelque forme que ce soit – aucun représentant du gouvernement, aucun membre de la royauté, aussi jeune soit-il, et aucun diplomate, aussi modeste soit-il. Aucun.

Mais c’est un minimum. Aucun consommateur, aucun spectateur ne devrait participer à ces Jeux du génocide. Les fans devraient boycotter les entreprises sponsors. Et les médias devraient profiter de l’occasion pour parler des crimes du régime chinois qui accueille les Jeux, au lieu – ou du moins aussi bien – que des sports eux-mêmes. Nous devons veiller à ce que les scènes sur nos écrans ne soient pas blanchies par les sports de neige, mais qu’elles soient tachées de sang par les atrocités du régime hôte.

Dans les mois à venir, nous aurons beaucoup de travail à faire. Si nous croyons en la liberté et aux droits de l’homme, nous ne devons pas considérer la propagande et les mensonges de Pékin, les élections fictives de Hong Kong ou les ridicules Jeux olympiques d’hiver comme un fait accompli. En effet, la bataille ne fait que commencer.

C’est l’heure du carpe diem. Exposons au monde la vérité sur la cruauté et l’absurdité du PCC.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé