Un étudiant chinois détenu, battu et affamé pour avoir dénoncé la pollution dans le Shanxi

6 juillet 2021 Mis à jour: 7 juillet 2021
FONT BFONT SText size

À la mi-avril 2019, une usine d’aluminium de la ville de Xiaoyi, dans la province du Shanxi (Chine), a déversé illégalement des eaux usées dans les rivières voisines et émis de la fumée noire directement dans l’air, ce qui a pollué les eaux souterraines et gravement affecté la vie des habitants des environs. Lorsque deux jeunes hommes ont signalé la pollution au Bureau de l’écologie et de l’environnement (BEE) local, ils ont été placés en détention, battus et affamés pour leurs efforts.

Après avoir été libéré, Xiao Zhang (pseudonyme), un étudiant chinois de 26 ans, est venu étudier aux États-Unis en 2019. Il a récemment raconté à Epoch Times (édition en langue chinoise Dajiyuan, ci-après dénommée « Epoch Times« ) les souffrances qu’il a subies après avoir signalé la pollution industrielle aux autorités chinoises.

Xiao Zhang se souvient que l’eau du robinet de sa maison était blanche et sentait mauvais. Elle ne pouvait pas être utilisée à des fins domestiques. La même source d’eau était utilisée pour irriguer les fermes, ce qui a nui à la croissance des cultures ces dernières années et a entraîné une baisse de la production alimentaire.

Pollution causée par une usine d’aluminium locale dans la province du Shanxi, en Chine.

« Les émissions polluantes des cheminées de l’usine, de jour comme de nuit, sont si âcres que les gens se plaignent, les enfants développent des éruptions cutanées difficiles à soigner et les habitants doivent porter des masques lors de leurs déplacements quotidiens », a-t-il déclaré.

Persécutés pour avoir dénoncé la pollution

Comme la vie des habitants du quartier était profondément affectée par la pollution causée par l’usine, Xiao Zhang et son ami M. Zhao (pseudonyme) ont décidé de défendre les droits de chacun. Ils ont pris des photos de la pollution et ont recueilli d’autres preuves.

Le 30 avril 2019, Xiao Zhang et son ami ont lancé une pétition, que 23 résidents ont signée. Le même jour, ils ont officiellement envoyé la lettre de signalement, les photos et les preuves, ainsi que la pétition, aux autorités locales de protection de l’environnement en utilisant leurs vrais noms.

Le 15 mai 2019, ils ont reçu un avertissement du bureau local de l’écologie et de l’environnement, qui leur a également demandé de retirer leur rapport.

Les habitants ont été très contrariés par cette réponse. Xiao Zhang a déclaré : « Nous faisons des réclamations raisonnables. » Par conséquent, Xiao Zhang et son ami M. Zhao ont décidé de poursuivre le reportage, et cette fois, ils voulaient obtenir plus de soutien.

Pollution causée par une usine d’aluminium locale dans la province du Shanxi, en Chine. (Avec l’aimable autorisation de la personne interviewée par l’édition en langue chinoise d’Epoch Times)

Le 30 mai 2019, Xiao Zhang et M. Zhao ont rassemblé davantage de résidents pour discuter des solutions possibles, encore pleins d’enthousiasme à ce moment-là, croyant que si tout le monde travaillait ensemble pour exposer la vérité, il devrait y avoir une résolution.

Par conséquent, ils ont fait 500 copies de la lettre de rapport et les ont distribuées localement, espérant attirer l’attention sur la question et également attirer l’attention des responsables du gouvernement local.

L’attention des autorités locales a bien été attirée, mais d’une manière à laquelle ils ne s’attendaient pas.

« Aucun de nous ne s’attendait à un tel cauchemar », a dit Xiao Zhang à Epoch Times.

Le 30 juillet 2019, les deux hommes ont été détenus et interrogés par la police. Pendant l’interrogatoire, ils ont été battus et accusés de « comportement désordonné », de « rassemblement illégal » et de « trouble à l’ordre public ».

Xiao Zhang a été directement placé en détention administrative sans aucune procédure légale. Pendant les 15 jours de détention, il n’a pas eu droit à des repas normaux, et la police l’a également torturé physiquement.

« Ces voyous en uniformes[la police du PCC] m’ont frappé deux fois et m’ont affamé pendant quelques jours consécutifs. Je ne me sentais pas bien, mais ils ont refusé de me trouver un médecin. »

Xiao Zhang et son ami M. Zhao ont tous deux été détenus pendant 15 jours.

« Le centre de détention, c’était l’enfer », a-t-il dit, se sentant encore glacé jusqu’aux os en se remémorant ces expériences horribles.

Il a dit à Epoch Times que la police avait supprimé la plupart des photos qu’il avait prises de la pollution et déchiré les signatures des résidents locaux. Ses efforts de reportage ont donc été vains.

Pollution causée par une usine d’aluminium locale dans la province du Shanxi, en Chine (Avec l’aimable autorisation de la personne interviewée par l’édition en langue chinoise d’Epoch Times)

Le 14 août 2019, 15 jours après la mise en détention de Xiao Zhang, la police a informé son père qu’il devait payer un « droit de garantie » d’environ 6 510 € s’il voulait libérer son fils.

Xiao a déclaré que ni lui ni sa famille n’ont pu avoir un reçu pour les frais et que la police a exigé qu’il se rende au poste lorsqu’il était convoqué. Ils ont dit qu’ils avaient toujours le droit de l’interroger et d’enquêter sur lui, et ils ont même menacé et intimidé sa famille.

« Ce qu’ils[la police du PCC] ont fait est illégal et constitue une violation des droits de l’homme », a déclaré Xiao.

Xiao a fui la Chine et est arrivé aux États-Unis le 31 août 2019. Il étudie actuellement aux États-Unis.

M. Zhao confronté au chômage

M. Zhao, cependant, est toujours sous surveillance en Chine.

Xiao a rencontré Zhao pour lui dire au revoir avant de partir pour les États-Unis. « Il semblait être devenu une personne différente. Il était réticent à parler et très déprimé », a déclaré Xiao

Avant de signaler la pollution, M. Zhao avait obtenu un emploi dans une entreprise d’État locale en juillet. Cependant, après la détention, l’entreprise a licencié M. Zhao sans lui donner de raison.

Xiao a déclaré : « Nous savons tous deux que la raison pour laquelle il a été rejeté est notre enquête et notre rapport sur la pollution [causée par l’usine d’aluminium]. Il a essayé de chercher un autre emploi, mais aucune entreprise décente n’a voulu l’embaucher. À l’heure actuelle, il a très peu de revenus, et j’ai entendu dire qu’il était toujours au chômage. »

Avant, M. Zhao était un jeune homme optimiste et joyeux, mais il est devenu recroquevillé et timide après avoir subi des tortures dans le centre de détention. Toujours sous surveillance policière en Chine, M. Zhao n’a aucune liberté. Avec l’intimidation continue du PCC, il est extrêmement difficile pour lui de trouver un emploi, a dit Xiao à Epoch Times.

Déterminé à faire preuve de courage et à continuer de parler haut et fort

De nombreuses personnes qui, comme Xiao, se sont exprimées pour elles-mêmes et pour leur ville natale ont été réduites au silence par le PCC, ou pire, ont disparu.

« Il n’y a pas de justice en Chine, et dans la Chine communiste, ceux qui sont au pouvoir ne résolvent pas les problèmes ; ils éliminent ceux qui soulèvent les problèmes », a déclaré Xiao.

Il dit avoir été trompé par le PCC auparavant. Mais après avoir souffert pour avoir dénoncé la pollution, il s’est finalement réveillé. Maintenant qu’il vit dans un pays libre, il a décidé de s’exprimer.

« Après avoir vécu des expériences horribles, je me suis rendu compte de la nature maléfique du PCC. Je veux trouver le courage de partager mes expériences réelles, dans l’espoir de réveiller plus de gens », a déclaré Xiao.

Xiao comprend enfin que le régime communiste fera tout son possible pour dissimuler et réprimer tout ce qui est susceptible d’affecter son autorité.

Xiao Zhang a déclaré que l’existence d’un régime comme le PCC est la plus grande menace cachée pour le monde. Selon lui, s’inquiéter des droits de l’homme en Chine, c’est en fait s’inquiéter de la sécurité de l’humanité tout entière.

« Le PCC utilise des moyens anti-humanitaires pour dissimuler la vérité et consolider son règne autoritaire. Cette pandémie mondiale n’en est-elle pas un parfait exemple ? » a conclu Xiao Zhang.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé