« Eternal Spring » remporte les prix du meilleur film malgré l’ingérence du PCC – entretien avec le cinéaste Jason Loftus

« 'Eternal Spring' est un exemple extrême de ce qui peut arriver lorsque la liberté d'expression, d’assemblée et de croyance est absente », Jason Loftus, réalisateur et producteur du film
20 mai 2022 Mis à jour: 20 mai 2022
FONT BFONT SText size

Le documentaire animé Eternal Spring du cinéaste Jason Loftus a remporté deux prix importants après sa première projection en Amérique du Nord au festival Hot Docs 2022 au début de mai.

Ayant déjà remporté deux prix lors de sa première mondiale au Festival du documentaire de Thessalonique en mars, le succès du film et son impact sur le public témoignent de la détermination inébranlable de Jason Loftus à poursuivre la production malgré les menaces et les intimidations des autorités chinoises pendant la réalisation du film.

La première projection du film aux États-Unis étant prévue au New York Human Rights Watch Film Festival les 23 et 24 mai, ainsi que des projections dans cinq autres festivals à travers les États-Unis au cours des quatre prochaines semaines, nous avons contacté M. Loftus pour une séance de questions-réponses afin d’en savoir plus sur les raisons qui l’ont poussé à réaliser ce film, les interférences qu’il a rencontrées pendant sa production et les réactions du public lors des premières projections du film dans des festivals à travers le monde.

Jason Loftus, réalisateur/producteur de Eternal Spring, lors d’une projection du film à Toronto le 3 mai 2022 (Allen Zhou/The Epoch Times)
Une photo du film Eternal Spring (Avec l’aimable autorisation de Lofty Sky Pictures)

Le film, le cinéaste et l’ingérence du PCC

Le documentaire d’animation Eternal Spring, qui a remporté le 8 mai le Hot Docs Audience Award and the Rogers Audience Award for Best Canadian Feature (prix du public Hot Docs et prix du public Rogers pour le meilleur film canadien), ainsi que le documentaire d’investigation Ask No Questions, réalisé par M. Loftus en 2020, se sont avérés être une épine dans le pied du Parti communiste chinois (PCC). Les deux films explorent le sujet de la persécution religieuse en Chine, notamment du Falun Gong, une discipline méditative enracinée dans les systèmes de croyances traditionnels chinois, dont les valeurs fondamentales sont authenticité, bienveillance et tolérance.

Dans notre entretien ci-dessous, Jason Loftus révèle qu’il travaillait simultanément à la production des deux films lorsque les autorités chinoises lui ont fait comprendre qu’elles savaient ce qu’il faisait.

Cinéaste lauréat du Peabody Award et sélectionné quatre fois au Canadian Screen Award, M. Loftus est propriétaire de Lofty Sky Entertainment et de sa filiale, Lofty Sky Pictures, qui produisent des longs métrages, des séries télévisées, des jeux et des applications. Eternal Spring est son deuxième long métrage documentaire en tant que producteur/réalisateur.

Le cinéaste Jason Loftus (à gauche) et l’artiste Daxiong sur une photo du documentaire Eternal Spring (Avec l’aimable autorisation de Lofty Sky Pictures)

Le premier documentaire de Jason Loftus, Ask No Questions (ne posez pas de questions), était un travail d’investigation sur une conspiration du gouvernement chinois impliquant la mise en scène d’auto-immolations en 2001, visant à rejeter la faute sur le Falun Gong et à justifier la persécution de cette discipline. Le film démontre le pouvoir meurtrier des médias sous contrôle autoritaire, un thème auquel beaucoup d’Occidentaux peuvent s’identifier dans le climat actuel des affaires mondiales.

Le documentaire Eternal Spring explore davantage la question du contrôle autoritaire du gouvernement et des médias, ainsi que ce que beaucoup considèrent comme des actions incroyablement courageuses entreprises pour tenter de s’en libérer. Le film d’animation raconte l’histoire vraie d’un groupe de pratiquants de Falun Gong qui, en 2002, ont réussi à se brancher sur la télévision d’État chinoise afin de diffuser une émission à l’encontre du discours du PCC sur leur pratique. Une histoire émouvante et inspirante de courage et de détermination à défendre la liberté de croyance face à une répression violente et meurtrière.

Au milieu des raids policiers qui ont suivi cette prise de contrôle audacieuse et sans précédent de diffusion à la télévision, l’illustrateur de bandes dessinées Daxiong (Justice League, Star Wars), lui-même pratiquant le Falun Gong, a fui sa ville natale, la ville de Changchun (en chinois, 長春 printemps éternel). Il a finalement été arrêté en 2008 parce que son art offensait le PCC. Il s’est ensuite exilé à New York.

Le film suit le parcours personnel de Daxiong – ses souvenirs du détournement des chaînes de télévision et de ses conséquences. Son art constitue la base et l’inspiration de l’animation 3D du film.

Image fixe du documentaire Eternal Spring, qui raconte l’histoire d’un groupe de pratiquants chinois qui piratent la télévision d’État chinoise pour contrer le discours du gouvernement sur le Falun Gong. (Avec l’aimable autorisation de Lofty Sky Pictures)
L’artiste Daxiong sur une photo du documentaire Eternal Spring (Avec l’aimable autorisation de Lofty Sky Pictures)

Questions et réponses avec le cinéaste Jason Loftus

Epoch Inspired : Après votre documentaire d’investigation Ask No Questions, pourquoi vous êtes-vous senti obligé d’explorer davantage la question de la persécution du Falun Gong dans le film suivant, Eternal Spring ?

Jason Loftus : J’ai eu la chance de connaître deux histoires remarquables. En tant que cinéaste, nous voulons ajouter quelque chose à la conversation et nous espérons trouver des histoires qui montrent quelque chose d’unique ou de remarquable sur l’esprit humain ou qui révèlent quelque chose sur l’état des choses dans le monde. Malheureusement, le Falun Gong est mal compris, tout comme le sort des gens qui le pratiquent en Chine. En conséquence, il y a aussi des histoires étonnantes à raconter et elles touchent à des thèmes universels qui nous affectent et nous concernent tous. Par ces deux films, j’espère que le Falun Gong, et ce que le groupe a enduré en Chine, pourra être mieux compris.

Epoch Inspired : Qu’est-ce qui vous a le plus touché ou laissé une impression en travaillant sur ce film ?

Jason Loftus : Cette histoire traite d’une grande perte, mais j’ai été frappé par l’esprit d’espoir que plusieurs personnages du film semblaient garder malgré ces circonstances.

Epoch Inspired : Comment les thèmes abordés dans Eternal Spring nous concernent-ils tous ?

Jason Loftus : Je pense que nous respectons tous le fait que quelqu’un dise la vérité au pouvoir, surtout lorsque les enjeux ne peuvent être plus élevés. Le désir de liberté et la quête de la vérité sont universels. Eternal Spring montre un cas extrême de ce qui peut se passer lorsque la liberté d’expression, d’assemblée et de croyance sont absentes et à quel point cela peut être destructeur. C’est aussi une histoire inspirante qui montre jusqu’où certains sont prêts à aller pour s’exprimer face à l’injustice.

Il est intéressant de noter que ces événements datent maintenant de 20 ans, mais des spectateurs me disent continuellement qu’ils estiment que le film est extrêmement opportun et qu’il correspond à ce dont nous avons besoin aujourd’hui. Ce que nous voyons dans le monde d’aujourd’hui, c’est que les atrocités et les injustices qui se produisent ne seraient pas possibles, dans de nombreux cas, sans la fabrication et le maintien d’un faux discours. Un discours qui dépeint un groupe de personnes comme nuisible, mauvais, ou méritant d’une manière ou d’une autre l’action qui leur est infligée.

Nous pourrions penser qu’il est extrême pour quelqu’un de risquer sa liberté et même sa vie pour contrer le discours des médias d’État, mais lorsque vous reconnaissez le rôle que la désinformation peut jouer pour alimenter la haine et l’atrocité, vous reconnaissez qu’il y a aussi un sacrifice et une noblesse remarquables dans cet acte.

Epoch Inspired : Vous avez reçu des menaces et des interférences du régime chinois alors que vous travailliez sur ce film. Pouvez-vous nous en parler ? Comment avez-vous réagi et aviez-vous prévu que cela se produirait ?

Jason Loftus : Lorsque j’ai commencé à travailler sur ce film (et un autre documentaire connexe, Ask No Questions), je produisais un jeu vidéo qui était publié par Tencent, une importante société de médias en Chine. Le jeu avait déjà été approuvé par les censeurs de deux ministères du gouvernement chinois, comme il se doit.

Nous avions interviewé des personnes pour les deux films et la nouvelle de notre travail se répandait. Puis, au beau milieu du lancement du jeu, notre titre a mystérieusement disparu de la vitrine de Tencent. Après plusieurs jours, il semblait clair qu’il ne s’agissait pas d’un problème technique et lorsque nous avons eu notre représentant au téléphone, je l’ai enregistré. On m’a dit directement que le gouvernement chinois avait contacté Tencent et leur avait dit qu’ils devaient couper les liens avec ma société. Ce n’était pas un problème avec le jeu lui-même, m’a-t-on dit. Mon représentant a demandé si mon équipe était impliquée dans quelque chose de « non conforme à la direction du gouvernement ». Tencent s’est plié à la pression du gouvernement. J’ai inclus l’enregistrement dans mon premier film, que je sortais en 2020.

J’étais évidemment conscient de la sensibilité des droits de l’homme en Chine, et du sujet du Falun Gong en particulier. Nous avons interviewé des journalistes pour Ask No Questions qui étaient inquiets d’être enregistrés spécifiquement en raison des craintes de représailles du régime. Néanmoins, cela fait mal quand cela vous arrive. Le régime utilise en effet des sanctions économiques pour étouffer les voix dissidentes.

Epoch Inspired : Beaucoup auraient cédé à un tel ultimatum. Pourquoi ne l’avez-vous pas fait ?

Jason Loftus : Je ne décrirais pas cela comme un ultimatum. En fait, je pense que la pression et l’intimidation du gouvernement chinois se produisent souvent dans les coulisses, pas explicitement. Ils ne disent pas « si vous faites X, nous répondrons par Y ». Cela serait en fait moins efficace pour engendrer l’autocensure. Pour que l’autocensure fonctionne, il faut que vous vous demandiez ce qu’ils savent, que vous vous inquiétiez de ce qu’ils pourraient faire. Puis, presque inconsciemment, vous commencez à filtrer vos actions et vos paroles. Ils étendent considérablement leur pouvoir s’ils peuvent vous amener à vous surveiller de manière préventive et si les règles du jeu ne sont pas claires.

J’ai vu dans mon dernier film, Ask No Questions, que de nombreux journalistes – certains diraient que c’est compréhensible – ont fait ce calcul. Ils savaient que s’ils abordaient des sujets sensibles, comme certains des aspects les plus flagrants de la persécution du Falun Gong, il y aurait de graves conséquences pour leur accès à la Chine, leur carrière, peut-être même leur famille. Beaucoup ont donc évité ces sujets. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu d’excellents et courageux reportages sur le Falun Gong de la part des journalistes en Chine, surtout au début de la persécution. Il y en a eu. Mais l’ampleur de la sensibilité entourant le Falun Gong, combinée à un effort réussi pour brouiller les pistes sur le Falun Gong par le biais d’une vaste propagande, a conduit de nombreux journalistes à détourner le regard. La majorité des journalistes n’ont pas cru la plupart des accusations du régime chinois à l’égard du Falun Gong, mais cela fait tout de même des ravages. Les gens se disent que si une partie seulement de ce que dit le gouvernement chinois est vraie, il ne vaut peut-être pas la peine de s’engager pour ce groupe, dont le coût devient très élevé.

Je me suis rendu compte que, même si les conséquences financières sont réelles, si je fais le même calcul et que d’autres le font aussi, plusieurs histoires ne verront tout simplement pas le jour. J’ai également été inspiré par les personnes, en provenance de Chine, que j’ai rencontrées. Dans de nombreux cas, elles avaient été emprisonnées, torturées et avaient perdu leurs moyens de subsistance ou leur maison. Pourtant, elles persistaient à vouloir raconter leur histoire. Je me suis dit que s’ils pouvaient endurer autant de choses pour s’exprimer, je devais utiliser la liberté et le confort dont je dispose pour aider à raconter leurs histoires.

Epoch Inspired : Les autorités chinoises ont également contacté, en Chine, la famille de votre épouse et partenaire de tournage, Masha Loftus. Pourquoi le Parti communiste chinois irait-il jusqu’à menacer la famille de votre femme en Chine ?

Jason Loftus : Oui, à peu près au moment où le gouvernement chinois a fait pression sur Tencent pour qu’il coupe les liens avec ma société, le Bureau de la sécurité publique en Chine a commencé à téléphoner à la famille de ma femme dans le nord-est du pays et à les avertir que les autorités « savaient ce que nous faisions à l’étranger ». Apparemment, il s’agissait d’une sorte de menace ou d’avertissement. Nous soupçonnions qu’ils fouillaient dans le WeChat de mon épouse pour trouver des contacts en Chine. Elle a fini par supprimer l’application.

Quant à savoir pourquoi ils font cela, je soupçonne qu’ils actionnent différents leviers pour voir comment les gens réagissent. S’ils constatent que la pression exercée sur la famille ou les affaires est efficace, ils savent qu’ils peuvent en faire davantage pour vous amener à vous comporter comme ils le souhaitent.

Au lieu de cela, j’ai écrit un article d’opinion à ce sujet dans le Wall Street Journal. J’ai également inclus des enregistrements de ce qu’ils avaient fait à mon entreprise et à ma famille comme clips dans mon dernier film. Ils n’ont pas essayé les mêmes tactiques cette fois-ci.

Epoch Inspired : Quel genre de réactions avez-vous reçues pour Eternal Spring jusqu’à présent ?

Jason Loftus : Nous avons eu la première mondiale au Festival du documentaire de Thessalonique et la première nord-américaine à Hot Docs. Ces deux festivals de documentaires sont exceptionnels et, dans les deux cas, nous avons remporté deux prix, dont le premier prix du public. Cela vous donne une idée de la réaction des gens à ce film et en tant que cinéaste, c’est extrêmement encourageant. On fait un film parce que quelque chose nous touche et on espère rendre justice au sujet que l’on traite pour que d’autres gens puissent être touchés de la même manière. Beaucoup de personnes m’ont dit qu’elles avaient été émues pendant toute la projection ou qu’elles s’étaient réveillées le lendemain matin avec le film encore présent à l’esprit. Je dois dire que je suis très ému d’entendre ce genre de réactions.

Epoch Inspired : Pour ceux qui envisageraient d’assister à la première américaine du film au Festival du film de Human Rights Watch à New York les 23 et 24 mai, à quel genre d’expérience peuvent-ils s’attendre ?

Jason Loftus : C’est la première fois que le Human Rights Watch Film Festival a pu organiser un festival en personne en deux ans, et nous sommes ravis de faire partie des 10 films qui seront présentés dans deux lieux exceptionnels, le Lincoln Center et l’IFC Center.

Nous avons fait ce film pour le grand écran. Il est produit en Cinema 4K en format 2.39 Scope (ultra-large) pour permettre aux gens d’apprécier le talent artistique de l’illustrateur Daxiong qui retrace ces souvenirs et récits étonnants.

Allez voir Eternal Spring dans les salles de cinéma :

U.S. Festivals

Human Rights Watch Film Festival (U.S. Premiere)
Lincoln Center, 23 mai
IFC Center, 24 mai
Streaming across the US, 20 au 27 mai
Mammoth Lakes Film Festival
Edison Theater, 26 mai
San Francisco Doc Fest
The Roxie, 1 juin
Lighthouse International Film Festival – Long Beach Island, NJ
LBI Foundation, 5 juin
Oklahoma City Museum of Art, 10 juin
Harkins Bricktown 16, 12 juin
Dances With Films, Los Angeles, CA
Hollywood Chinese Theatre, 18 juin

Festivals internationaux

Festival du film de Cracovie (Pologne)
31 mai, Mikro
2 juin, Kijów

Doc Edge (New Zealand)
Virtual Cinema, 11 juin

Regardez la bande-annonce de Eternal Spring

(Avec l’aimable autorisation de Lofty Sky Pictures)

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé