Essonne : contrôlée sans son attestation de déplacement, elle traite les policiers de « sales Blancs » et leur crache dessus

26 mars 2020 Mis à jour: 26 mars 2020
FONT BFONT SText size

Déjà connue de la justice, la jeune femme a été jugée dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate dès le lendemain des faits.

Les faits ont eu lieu le lundi 23 mars. Contrôlée par des policiers municipaux, une jeune femme de 24 ans qui ne disposait pas de son attestation de déplacement dérogatoire s’en est prise aux agents avec véhémence.

Après les avoir insultés de « sales Blancs » et de « fils de p*** », elle finit par leur lancer : « J’espère que vous allez tous crever du Covid ! » selon Le Parisien.

La jeune femme tente ensuite de s’enfuir. Des fonctionnaires de la Brigade anti-criminalité (BAC) de Longjumeau sont appelés en renfort.

Ils tentent alors de la menotter, mais elle parvient à se libérer et griffe un des agents en lui criant : « J’ai le coronavirus, vous allez tous crever ! »

Sept mois de prison ferme

Les fonctionnaires de police réussiront finalement à la maîtriser et elle sera placée en garde à vue. Deux agents se sont vu délivrer des ITT de trois et quatre jours.

« Ils sont particulièrement choqués », a expliqué Caroline Nisand, procureur de la République d’Évry-Courcouronnes, aux journalistes du Parisien.

Selon le quotidien régional, la mise en cause est déjà connue de la justice et possède un casier judiciaire bien rempli. Elle se trouvait en état de récidive légale au moment des faits. « Cette jeune femme a un profil lourd », souligne Mme Nisand.

Jugée le mardi 24 mars dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate, elle a été condamnée à une peine de sept mois de prison ferme et à 350 euros d’amende.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé