Espagne : huit ans de prison requis contre la chanteuse Shakira pour fraude fiscale

29 juillet 2022 Mis à jour: 29 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Ce vendredi 29 juillet, le parquet de Barcelone a annoncé qu’il demanderait plus de huit ans de prison pour fraude fiscale contre la star colombienne Shakira, qui refuse tout accord et se dit prête à aller au procès.

La justice reproche à l’interprète des hits « Hips don’t lie », « Waka Waka » ou « Loca » de ne pas avoir déclaré ses revenus à l’administration fiscale espagnole durant les années 2012, 2013 et 2014.

Selon l’accusation, Shakira vivait en Espagne depuis 2011, année où sa relation avec le footballeur du FC Barcelone Gérard Piqué a été rendue publique, mais avait maintenu sa résidence fiscale aux îles Bahamas, considérées comme un paradis fiscal, jusqu’en 2015. Le couple, qui a deux enfants, a annoncé sa séparation en juin.

« La justice lui donnera raison »

De leur côté, les avocats de Shakira estiment que jusqu’en 2014, la plus grande partie de ses revenus provenait de ses tournées internationales et qu’elle ne vivait pas plus de six mois par an en Espagne, condition requise pour établir sa résidence fiscale dans le pays.

La chanteuse colombienne qui clame son innocence, a fait savoir mercredi qu’elle refuserait de sceller un accord avec le parquet, disant préférer « poursuivre » la procédure jusqu’au procès. La chanteuse se dit « confiante dans le fait que la justice lui donnera raison », avaient indiqué ses conseils dans un communiqué.

La justice doit maintenant décider de la tenue d’un procès et de sa date.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé