Les erreurs courantes que nous commettons lorsqu’il s’agit de boire de l’eau

Parfois, cela peut mettre la vie en danger
6 août 2022 Mis à jour: 6 août 2022
FONT BFONT SText size

Première erreur : boire une quantité excessive d’eau

Certains pensent que plus on boit d’eau quotidiennement, mieux c’est. Ils poussent cette idée à l’extrême et avale de grandes quantités d’eau en peu de temps. C’est pourtant préjudiciable à l’organisme et peut entraîner divers symptômes.

Le Dr Gyaltsen Lobsang est spécialisé en médecine préventive et dirige sa propre clinique médicale dans ce domaine. Selon lui, boire une quantité excessive d’eau en une seule fois peut provoquer des flatulences et des nausées. Cela peut ajouter un stress inutile au cœur et aux reins. Les reins sont obligés d’expulser l’excès d’eau du corps, ce qui provoque également de la fatigue.

La conséquence la plus grave d’une consommation excessive d’eau est une baisse importante du taux de sodium dans le sang, ce qui entraîne une intoxication à l’eau. Dans les cas graves, cela peut conduire jusqu’à la mort. La mort survient lorsque le sang de l’organisme est trop dilué, ce qui entraîne un déséquilibre des concentrations ioniques intra et extracellulaires.

L’empoisonnement à l’eau peut également entraîner des lésions cérébrales permanentes, car un déséquilibre électrolytique dans le cerveau peut permettre à l’eau de pénétrer dans les cellules cérébrales, provoquant leur élargissement. Cela entraîne un œdème cérébral, qui a des conséquences durables.

Les symptômes d’une intoxication aiguë par l’eau sont, entre autres, les suivants : vomissements, nausées, maux de tête, faiblesse, irritabilité, convulsions, confusion, somnolence et perte de conscience.

Les complications à long terme de l’intoxication par l’eau comprennent des problèmes de contrôle de la vessie, l’incontinence urinaire, l’œdème rénal et cérébral et l’ostéoporose.

En général, l’intoxication par l’eau résulte de la consommation de plusieurs litres d’eau dans un court laps de temps.

Pourquoi les gens font‑ils une surdose d’eau ? Les cas les plus courants étaient ceux de personnes souffrant de maladies mentales qui buvaient de l’eau de manière incontrôlée. Il y avait aussi des marathoniens épuisés et des cadets de l’armée qui buvaient plus d’eau qu’ils n’en avaient besoin, ou des personnes souffrant de diarrhée extrême qui voulaient rattraper les liquides perdus. Aujourd’hui, les cas les plus courants sont liés à des régimes avant‑gardistes comme le régime coréen à base d’eau, où l’on tente de stimuler le métabolisme par une consommation d’eau extrêmement importante.

Une Coréenne de 27 ans, au nom de la perte de poids, buvait plus de 4 litres d’eau par jour et limitait sa consommation de sel. Après des vomissements et des diarrhées, elle a été prise de spasmes pendant une quinzaine de minutes et a perdu connaissance. Elle n’avait pas d’antécédents d’épilepsie ou de troubles mentaux, mais du fait de sa consommation excessive d’eau qu’elle a été envoyée aux urgences. Heureusement, elle a été ranimée par la suite.

Si la consommation d’eau favorise le métabolisme, elle ne doit pas être considérée comme un moyen de perdre du poids, insiste le Dr Lobsang. Il faut boire l’eau lentement, par petites gorgées, et le corps reconnaît quand il a assez d’eau.

Comment savoir si on boit trop d’eau ? Il suffit de jeter un coup d’œil lorsqu’on va aux toilettes. Si l’urine est trop claire, il faut limiter sa consommation. Une urine normale doit être jaune clair.

En même temps, il faut garder à l’esprit que l’apport hydrique quotidien recommandé pour un adulte est d’environ 3 cl d’eau pour chaque kilo de son corps. Cependant, en tenant compte du climat actuel et des habitudes de vie d’une personne moyenne, le Dr Lobsang recommande de boire jusqu’à 9 cl pour chaque 2 kg de poids. Autrement dit, si on multiplie son poids par 9 cl et qu’on le divise par deux on obtient la quantité d’eau optimale à boire quotidiennement.

Deuxième erreur : boire beaucoup d’eau glacée

Pendant l’été brûlant, tout le monde aime boire de l’eau glacée pour se rafraîchir, mais cela peut en réalité peser lourdement sur l’organisme.

La température normale du corps est d’environ 36°, et l’estomac aime rester à environ 37.5°. Donc, lorsqu’on boit une tasse d’eau glacée en une seule fois, certaines des choses suivantes peuvent arriver à l’estomac.

Tout d’abord, rappelle le médecin, boire trop d’eau froide en une seule fois entraîne une contraction des vaisseaux sanguins et un ralentissement de la circulation dans l’estomac. Pour faire remonter la température du corps à 36°, il faudra beaucoup de temps et d’énergie. De plus, lorsque la température du corps diminue, le système immunitaire et le système métabolique s’affaiblissent.

L’eau glacée provoque également une contraction de l’ensemble du tube digestif, ce qui le ralentit en général. Par conséquent, boire de l’eau glacée n’est pas une bonne idée, surtout pour les personnes qui souffrent déjà d’achalasie œsophagienne.

L’achalasie œsophagienne est un trouble de la motilité du cardia, qui empêche les aliments de pénétrer dans l’estomac pour y être digérés. Les patients ont des difficultés à avaler. Une étude a montré que boire de l’eau glacée peut prolonger le temps de contraction de l’œsophage et refermer le cardia. Par conséquent, les patients souffrant de cette affection ne doivent consommer que des boissons chaudes et manger des repas chauds pour aider leur œsophage à se détendre et soulager leurs symptômes.

Les maux de tête causés par la consommation d’eau glacée sont également connus sous le nom de « gel du cerveau ». Ce phénomène est dû au fait que la glace surstimule les nerfs du palais, ce qui entraîne une contraction et une expansion rapides des vaisseaux sanguins. Les dilatations des vaisseaux sanguins entraînent alors des maux de tête. Ce phénomène n’est pas un problème avec les vaisseaux sanguins du cerveau, mais davantage une réaction du cerveau lorsqu’il perçoit une trop grande différence de température dans l’environnement.

Tout le monde n’aura pas le cerveau gelé après avoir bu de l’eau glacée, mais boire de l’eau glacée aura un effet sur la circulation sanguine cérébrale. Une étude allemande de 2019 sur la consommation d’eau glacée a révélé que tous les volontaires ont connu une diminution de la résistance cérébrovasculaire (RI) et une augmentation de la vitesse moyenne du flux artériel cérébral (MFV) après avoir bu de l’eau glacée.

L’étude a également révélé que la vitesse moyenne du flux était significativement plus élevée chez les volontaires souffrant de maux de tête que chez ceux qui n’en souffraient pas.

Une autre étude suédoise a révélé que les maux de tête causés par la consommation d’eau glacée étaient plus fréquente chez les femmes, et que les femmes qui souffrent souvent de migraines étaient deux fois plus susceptibles de développer des maux de tête après avoir bu de l’eau glacée que les femmes sans antécédents de migraines.

Le Dr Lobsang recommande de boire de l’eau à température ambiante, même lorsqu’il fait très chaud. POur ceux qui apprécient vraiment l’eau froide, il faut la boire par petites gorgées. Cependant, le Dr Lobsang suggère de ne pas boire d’eau glacée, c’est‑à‑dire de la glace fraîchement fondue, comme celle des bouteilles d’eau laissées au congélateur.

Troisième erreur : boire de l’eau purifiée

L’eau que les gens boivent passe généralement par un processus de filtrage pour éliminer les polluants, les métaux lourds et les bactéries. Cependant, le Dr Lobsang ne recommande pas de boire de l’eau purifiée. Il préconise davantage une eau contenant des minéraux.

Par exemple, les gens d’aujourd’hui ont tendance à avoir une carence en magnésium, ce qui est le résultat de l’eau que nous buvons. L’eau du robinet et l’eau en bouteille ont été « adoucies », elles ont été débarrassées de nombreux minéraux. Or, la carence en magnésium entraîne un relâchement de la structure osseuse, conduit au diabète et favorise les problèmes cardiovasculaires et les douleurs chroniques. Si on boit une eau riche en magnésium, on peut obtenir jusqu’à 30% de sa valeur quotidienne.

Quatrième erreur : boire l’eau à partir de la bouteille

De nombreuses personnes s’abstiennent de boire de l’eau en bouteille, car elles ont peur d’ingérer des plastifiants.

Les bouteilles en plastique sont généralement fabriquées à partir du composé PET, qui résiste aux changements de pH, mais pas à la chaleur. Par conséquent, certaines personnes affirment que les plastifiants ont tendance à « fuir » dans l’eau en bouteille après avoir été exposés à des températures plus élevées. Cependant, des recherches menées par l’administration taïwanaise des Denrées alimentaires et des Médicaments montrent que les bouteilles en PET exposées à des températures allant jusqu’à 60° pendant sept jours consécutifs n’ont subi que des modifications de leur emballage et qu’aucun microplastique ou plastifiant n’a été détecté.

En réalité le véritable danger vient du fait de boire directement dans des bouteilles en plastique.

Après avoir bu directement à la bouteille, le mucus contenant des bactéries a tendance à se coller au bouchon de la bouteille et à contaminer la bouteille elle‑même. Après avoir laissé une bouteille « contaminée » à l’air libre pendant un certain temps, les bactéries peuvent se reproduire rapidement dans la bouteille. Boire une bouteille remplie de bactéries n’est pas sain, c’est pourquoi il faut boire toute l’eau après l’avoir ouverte. On peut également éviter ce problème en versant l’eau dans une tasse ou en évitant tout contact avec la bouteille. Il faut également conserver la bouteille dans un endroit frais et sec après l’avoir ouverte.

Cinquième erreur : remplacer l’eau

De nombreuses personnes ont l’habitude de remplacer l’eau par d’autres liquides. Bien que ces boissons contiennent de l’eau, elles contiennent souvent aussi de la caféine ou de l’alcool, des substances à l’effet diurétique qui font perdre encore plus d’eau.

En réalité, la consommation de certaines boissons entraîne une perte nette d’eau sans qu’on s’en rende compte. Le terme médical pour ce phénomène est « la déshydratation chronique ».

La déshydratation chronique n’est pas facile à détecter, mais elle peut entraîner une prise de poids, une constipation, des douleurs articulaires, une peau sèche, une faiblesse musculaire, des oublis et de l’irritabilité. Et dans des cas graves, elle peut provoquer des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux.

Si ces boissons contiennent également du sucre ajouté, elles représentent une charge encore plus lourde pour l’organisme. La quantité malsaine de sucre peut contribuer à la prise de poids, au diabète et/ou aux maladies cardiovasculaires.

Pour ceux qui consomment des boissons gazeuses, parce qu’ils estiment que l’eau est trop fade, le Dr Lobsang recommande d’ajouter des fruits à l’eau, comme des tranches de pomme ou des quartiers de citron, qui sont parfumés, mais pas trop sucrés. Enfin, il ne faut pas oublier de ne jamais laisser l’eau à l’extérieur toute la nuit.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé