Explosion de cas d’hépatite, un enfant est décédé : les autorités affirment que les vaccins ne sont pas en cause

27 avril 2022 Mis à jour: 27 avril 2022
FONT BFONT SText size

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé qu’au moins un enfant est décédé et que 17 ont dû subir une transplantation du foie à la suite d’une épidémie d’hépatite aux États‑Unis, au Royaume‑Uni et dans d’autres pays européens.

Une déclaration de l’agence sanitaire de l’ONU, qui fait suite à une alerte nationale lancée par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), indique que « de nouveaux cas d’hépatite aiguë d’origine inconnue ont été signalés de manière continue chez de jeunes enfants ».

« On ne sait pas encore s’il y a eu une augmentation des cas d’hépatite, ou une augmentation de la sensibilisation aux cas d’hépatite qui se produisent à un taux normal mais ne sont pas détectés. L’adénovirus est une hypothèse possible, mais des recherches sont en cours pour trouver l’agent causal », indique le communiqué de l’OMS.

Jusqu’à présent, un décès a été signalé au Royaume‑Unis, tandis que 17 enfants ‑ soit environ 10 % du nombre total d’enfants touchés ‑ ont dû subir une transplantation du foie, a déclaré l’OMS.

Le Royaume‑Uni compte est le plus touché avec 114 cas, selon les données de l’OMS. L’Espagne vient ensuite avec 13 cas, puis Israël avec 12 cas et les États‑Unis avec neuf cas. L’âge des enfants touchés varie de 1 mois à 16 ans, précise l’OMS.

Les symptômes des personnes touchées sont les suivants : diarrhée, vomissements, jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux) et douleurs abdominales.

Selon les enquêteurs, les vaccins contre le Covid‑19 ne sont pas en cause. Les autorités britanniques ont déclaré la semaine dernière qu’il n’y avait « aucun lien » entre les cas et les vaccins.

« Les hypothèses liées aux effets secondaires des vaccins Covid‑19 ne sont actuellement pas validées, car la grande majorité des enfants touchés n’ont pas été vaccinés contre le Covid‑19. D’autres explications infectieuses et non infectieuses doivent être exclues pour évaluer et gérer pleinement le risque », a déclaré l’OMS dans un communiqué.

La semaine dernière, les CDC ont émis une alerte nationale concernant une épidémie d’hépatite parmi un groupe d’enfants en Alabama. L’agence a déclaré que cinq de ces neuf enfants avaient également un adénovirus de type 41.

Un hôpital pour enfants de l’Alabama a signalé aux CDC « cinq patients pédiatriques présentant des lésions hépatiques significatives, dont trois avec une insuffisance hépatique aiguë, qui ont également été testés positifs pour l’adénovirus ». Selon les CDC, ces enfants étaient en bonne santé, ils n’étaient pas atteints du Covid‑19, la maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

L’hépatite est une inflammation du foie qui peut être causée par une infection virale, l’alcool, certains médicaments sur ordonnance ou en vente libre comme l’acétaminophène (paracétamol), de fortes doses de certains suppléments à base de plantes, des toxines et diverses conditions médicales. Les virus de l’hépatite, qui se propagent dans l’organisme via les fluides corporels, peuvent également provoquer une inflammation du foie.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé