En Tunisie, une guerre des clans paralyse l’État

15 septembre 2018 Mis à jour: 15 septembre 2018
FONT BFONT SText size

Un conflit opposant depuis des mois le Premier ministre tunisien Youssef Chahed à une partie de la classe politique paralyse l’État, entravant le travail parlementaire, l’organisation des prochaines élections et les efforts urgents nécessaires face à une profonde crise sociale.

« Tout est bloqué actuellement en Tunisie, il y a une incertitude totale », explique à l’AFP le politologue Hamza Meddeb.

« Le pays est totalement absorbé par les manœuvres politiques à court terme, par les ambitions personnelles des uns et des autres au détriment de l’urgence économique, des priorités sociales et des chantiers structurels », déplore-t-il.

Si le gouvernement se targue d’un raffermissement de la croissance, qui s’est élevée à 2,8% au deuxième trimestre, les Tunisiens perçoivent eux davantage l’effritement de leur pouvoir d’achat, miné par une inflation flirtant avec les 8% et une dépréciation continue du dinar. Le chômage reste lui supérieur 15%.

M. Chahed, septième Premier ministre depuis la révolution de 2011 ayant mis fin à des années de dictature, a battu un record de longévité depuis sa nomination fin août 2016.

Apprécié des bailleurs de fonds internationaux qui maintiennent la Tunisie à flot, il est également soutenu par la formation d’inspiration islamiste Ennahdha, devenue le principal parti politique au Parlement.

Mais il fait face depuis des mois à une forte opposition émanant d’une faction de son propre parti, Nidaa Tounès, menée par Hafedh Caïd Essebsi, fils du président tunisien.

Le chef de l’Etat Béji Caïd Essebsi a lui même évoqué mi-juillet la piste d’une démission de M. Chahed.

La puissante centrale syndicale UGTT veut également la tête du Premier ministre: elle est  farouchement opposée aux privatisations qu’elle l’accuse de préparer pour la compagnie aérienne nationale Tunisair, et plusieurs banques et groupes industriels publics.

Sur la sellette depuis des mois, M. Chahed est reparti à l’offensive cette semaine, à un mois de la rentrée parlementaire. Lors d’une conférence aux allures de démonstration de force politique, il a défendu bec et ongle la loi de finances 2019 qu’il doit présenter d’ici mi-octobre.

« Il veut montrer qu’il n’est pas sur le départ et incarner le changement en vue des élections prévues en 2019 », souligne l’analyste politique Selim Kharrat.

Signe que M. Chahed semble préparer l’avenir: la création en cours d’un nouveau bloc à l’Assemblée nationale, qui rassemblerait une quarantaine de députés de Nidaa Tounès le soutenant.

En s’assurant du ralliement d’une bonne partie des élus de ce parti, M. Chahed consacrerait le délitement de la formation du président Essebsi.

Au-delà de simples blocages politiques, ces bras de fer risquent d’exacerber les tensions sociales et de remettre en question la transition démocratique dans ce pays pionnier du Printemps arabe.

Les remous qui s’annoncent au Parlement « peuvent mener à une loi de finances dépourvue de toute initiative pour contrecarrer l’inflation ou le chômage des jeunes », déplore M. Kharrat.

Or, la population tunisienne, excédée par le marasme huit ans après la révolution, est à cran.

Les hausses de prix liées à la dernière loi de finances avaient ravivé des mobilisations sociales qui ont très rapidement dégénéré en violences en janvier, et les départs de Tunisiens vers l’Europe sont nettement repartis à la hausse depuis un an.

La paralysie politique affecte le fonctionnement de services publics comme l’éducation ou la santé.

Et certains dirigeants en place, sentant le pouvoir leur échapper, tentent de repousser les élections législatives et présidentielle prévues fin 2019, en arguant des tensions.

Le Parlement n’a toujours pas élu de nouveau dirigeant pour l’instance indépendante chargée d’organiser ces scrutins.

Un report des élections « serait un très mauvais signe, une négation du processus démocratique », souligne M. Kharrat.

D’autres réformes structurelles cruciales pour la démocratisation, comme la mise en place de la Cour constitutionnelle, sont également au point mort.

Le pays est toujours en état d’urgence, trois ans après une série d’attentats meurtriers, même si la situation sécuritaire s’est améliorée.

Cette crise « mine la confiance à l’égard des institutions » et « alimente la tentation autoritaire » écrivait début août le centre de réflexion International Crisis Group, rappelant que pour le citoyen ordinaire, « l’urgence est que les partis politiques montrent qu’ils ont retrouvé le sens de l’État ».

RB avec AFP

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé