En Islande, le trésor des plumes les plus chères du monde

26 juillet 2021 Mis à jour: 26 juillet 2021
FONT BFONT SText size

Sur une île perdue de la baie du Breidafjördur au large de la côte ouest de l’Islande, une récolte millénaire est en cours: celle du très luxueux duvet d’eider, qui se vend plusieurs milliers d’euros le kilo pour faire les meilleures couettes et édredons du monde.

Comme chaque été, près de 400 fermiers islandais fouillent au creux d’un rocher, sur le sable ou dans les herbes hautes pour dénicher quelques poignées des plumes grises de ce canard polaire, venu nidifier à partir du mois de mai dans ces superbes paysages marins et peu peuplés.

« Quand il y a des œufs, on ne prend qu’une partie du duvet. Et quand l’eider a déjà quitté le nid, on prend tout », explique à l’AFP Erla Fridriksdottir, la patronne de King Eider, l’un des principaux exportateurs du pays.

Fibres naturelles les plus chaudes de la planète

Volatile marin des océans subarctiques, l’eider – qui a donné en français le mot édredon – laisse derrière lui un trésor naturel pour les frileux: l’une des fibres naturelles les plus chaudes de la planète, à la fois légère et très isolante.

La femelle, au plumage brun foncé barré de noir, détache le duvet de sa poitrine et en tapisse son nid pour l’isoler le temps de l’incubation.

Erla Fridriksdottir, propriétaire et gérante de la compagnie King Eider  récolte du duvet d’eider sur l’île de Bjarneyjar,  en Islande, le 4 juillet 2021. Photo Jérémie RICHARD / AFP via Getty Images.

Une soixantaine de nids est nécessaire pour produire un kilo de duvet – et chaque édredon nécessite entre 600 et 1.600 grammes suivant la qualité choisie.

La récolte mondiale de ce produit d’archi luxe ne dépasse pas les quatre tonnes, dont les trois quarts proviennent d’Islande, de loin premier producteur mondial devant le Canada et d’autres pays riverains du pôle Nord.

Tradition locale qui aurait débuté en Islande

Sur l’île de Bjarneyjar, des générations entières s’affairent à repérer les traces d’un nid. Une tradition locale qui aurait débuté en Islande lors de la colonisation viking venue de Norvège à la fin du IXe siècle.

Depuis 1847, l’eider est entièrement protégé en Islande: sa chasse et l’utilisation de ses œufs sont interdites.

Quatre œufs reposent dans un nid d’eider rempli de duvet sur une prairie de l’île de Bjarneyjar,  en Islande, le 4 juillet 2021. Photo Jérémie RICHARD / AFP via Getty Images.

Restent de nombreux prédateurs: mouettes, corbeaux, aigles, visons et renards, mais à en croire les spécialistes, l’espèce sait se protéger.

« Nous sentons que les canards aiment avoir leur nid près de nous, là où nous logeons (…), nous pensons donc que les prédateurs restent probablement à distance grâce à nous », avance Jon Fridriksson, le frère d’Erla.

Un nettoyage minutieux

Une fois récolté, le duvet est séché à l’air libre pour éviter les moisissures, puis c’est dans un énorme four que les employés d’Erla débutent la première étape du nettoyage, à une température de 120°C huit heures durant.

« Lorsque le duvet arrive ici, il est rempli d’herbe, de coquilles d’œufs et de toutes sortes de choses venues de l’océan. Nous le mettons au four pour tuer tout organisme et cela rend également le duvet plus friable », explique à l’AFP Pall Jonsson, en charge des machines à l’atelier situé dans la petite ville voisine de Stykkisholmur.

-Le fils d’Erla Fridriksdottir, 10 ans, Arnar Hrafnsson et ses cousins sèchent le duvet à l’air libre  en Islande, le 4 juillet 2021. Photo Jérémie RICHARD / AFP via Getty Images.

Dans un deuxième temps, des machines rotatives débarrassent le duvet d’autres saletés en le comprimant contre un mince treillis métallique.

La touche finale sera portée par des mains expertes, qu’aucune technologie ne peut remplacer, pour faire un dernier tri: même pour les plus expérimentés, il faut quatre à cinq heures de travail pour nettoyer à la main un kilogramme de duvet.

Les plumes sont enfin lavées à l’eau et désinfectées, à la main là aussi, avant d’être essorées et séchées.

Un édredon de 800 grammes vendu 4.350 euros

Prestigieuse mondialement, la production de duvet d’eider ne représente qu’une goutte d’eau dans la production mondiale de duvet estimée à 175.000 tonnes par an, selon le Bureau international du duvet et des plumes.

Propriétaire et gérante de King Eider, Erla Fridriksdottir remplit une couette d’édredon dans son entreprise, en Islande, le 5 juillet 2021. Photo Jérémie RICHARD / AFP via Getty Images.

Outre sa rareté géographique, le parcours du duvet d’eider – de sa collecte manuelle à son nettoyage rigoureux – explique son prix onéreux: un simple édredon contenant 800 grammes de plumules est vendu à 640.000 couronnes islandaises (4.350 euros).

Ses clients ? « Ce sont souvent des amoureux de la nature et des personnes qui se soucient de l’environnement », car « c’est le seul à être récolté, les autres duvets sont souvent des sous-produits de l’industrie alimentaire », explique Erla Fridriksdottir.

Sa PME islandaise exporte principalement au Japon et en Allemagne.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé