En Irak, une station thermale renaît après les massacres de l’EI

13 juillet 2022 Mis à jour: 13 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Enfant, Hicham se rendait souvent avec son père aux bains de Hamam al-Alil. Mais depuis que cet établissement thermal du nord de l’Irak a été restauré, il y vient seul: son père, policier, a été exécuté par les jihadistes non loin de là en 2016.

Hamam al-Alil (« le bain du malade », en arabe) s’est bâti depuis des décennies une solide réputation grâce à ses eaux sulfureuses aux vertus thérapeutiques.

Mais la localité, située à une trentaine de kilomètres au sud de Mossoul, est aussi connue pour les massacres commis par le groupe Etat islamique (EI) lorsqu’il occupait cette partie de l’Irak.

Bains sur les bords du Tigre, retour à la normalité

La réouverture en juin des bains sur les bords du Tigre contribue au retour à la normalité, même si les cicatrices sont encore ouvertes et la reconstruction lente, six ans après que les jihadistes ont été chassés.

« J’ai perdu les êtres les plus chers », lâche Hicham Khaled, torse nu et en caleçon, assis près du bassin circulaire.

Un client se fait masser aux bains de Hamam al-Alil, au sud de la ville de Mossoul, dans le nord de l’Irak, le 30 juin 2022. Photo de ZAID AL-OBEIDI/AFP via Getty Images.

Son père, colonel de police, a été exécuté par l’EI, comme des centaines d’autres dont les corps ont été découverts en novembre 2016 dans un charnier près de la faculté d’agriculture de Hamam al-Alil, à quelques centaines de mètres des bains.

« Ca me fait mal au cœur. Mon père et moi venions ensemble aux bains. Maintenant, il est parti et moi je suis resté », ajoute l’homme de 21 ans, papa de jumelles.

Eaux riches en soufre

Il est aujourd’hui masseur dans l’établissement et se baigne régulièrement dans ses eaux riches en soufre qui l’ont guéri d’une allergie et de problèmes dermatologiques.

Dans les salles carrelées flambant neuves, hommes et enfants profitent d’un moment de détente thérapeutique pour 5.000 dinars (un peu plus de trois euros).

En caleçon ou en short, ils remplissent des baquets de cette eau de source verdâtre et chaude et se la versent sur la tête, puis se frottent vigoureusement le corps… malgré l’odeur nauséabonde caractéristique du soufre.

La réception aux bains de Hamam al-Alil, au sud de la ville de Mossoul, dans le nord de l’Irak, le 30 juin 2022. Photo de ZAID AL-OBEIDI/AFP via Getty Images.

Un vieil homme a quitté son fauteuil roulant. On le baigne à grande eau pendant qu’il enchaîne des étirements des bras.

Entre 75 et 100 personnes, hommes et femmes

L’établissement, construit en 1984, peut accueillir entre 75 et 100 personnes, hommes et femmes disposant de salles séparées.

Sur les trottoirs alentour, des étals de fortune proposent des bouteilles en plastique remplies de boue sulfureuse.

Salam Adel Hassan a fait le déplacement depuis Bagdad: « J’étais venu il y a 20 ans environ, c’était très rudimentaire, pas comme maintenant. Les rénovations sont réussies, je suis séduit », se réjouit-il.

Une réceptionniste aux bains de Hamam al-Alil, au sud de la ville de Mossoul, dans le nord de l’Irak, le 30 juin 2022. Photo de ZAID AL-OBEIDI/AFP via Getty Images.

« Mon frère souffre de psoriasis, il n’a pas pu venir. Je vais lui rapporter de l’eau et de la boue », ajoute-t-il.

Après la défaite de l’EI en 2017, les bains sont restés très populaires même si le bâtiment tombait en ruine, avec ses carreaux de céramique ébréchés et ses vitres brisées.

Pour lui redonner une seconde jeunesse, les autorités ont entrepris en 2019 des travaux pour environ un demi-million de dollars.

« Des groupes de visiteurs de toutes les provinces » d’Irak

Les matériaux ont été soigneusement sélectionnés pour résister à l’usure et à l’oxydation que provoque le soufre, explique à l’AFP Ahmed Aziz Ahmed, un adjoint au directeur de l’établissement.

« Dès le lendemain de l’inauguration, nous avons commencé à recevoir des groupes de visiteurs de toutes les provinces » d’Irak, raconte-t-il s’enorgueillit-il.

Des familles de Mossoul mais vivant à l’étranger sont venues et aussi des touristes britanniques et allemands, ajoute-t-il.

Il compare les exactions des jihadistes de l’EI et leur « occupation » aux invasions des Mongols, qui ont pris et pillé Mossoul au 13e siècle.

Fin 2016, avant d’être chassés de Hamam al-Alil par l’armée irakienne et une coalition internationale, l’EI a exécuté des centaines de personnes.

Victimes des jihadistes

Le charnier découvert près de la faculté d’agriculture renfermait « au moins 300 anciens policiers », estimait à l’époque Human Rights Watch, citant les témoignages d’habitants.

Une vingtaine de victimes ont été retrouvées pieds et poings liés, les yeux bandés, selon un rapport gouvernemental cité par HRW.

Aujourd’hui, des responsables locaux dénoncent les lenteurs du gouvernement central, car toutes les victimes n’ont pas encore été identifiées. Leur nombre reste inconnu.

Les jihadistes « œuvraient de nuit, ils les exécutaient et les enterraient au bulldozer », explique Ahmed Aziz Ahmed.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé