En Europe, près d’un fruit sur trois contient des pesticides dangereux

27 mai 2022 Mis à jour: 27 mai 2022
FONT BFONT SText size

L’ONG Pesticide Action Network (PAN) Europe a révélé que 29% des fruits et légumes de l’Union européenne contenaient des pesticides dangereux. Les États membres étaient pourtant censés limiter l’utilisation de ces produits, mais force est de constater que celle-ci a au contraire fortement augmenté en une décennie.

Un échantillon de fruits testé sur trois contient des traces de pesticides, selon une étude inédite publiée par l’ONG PAN Europe ce mardi 24 mai 2022. Les États membres de l’UE étaient censés diminuer leur utilisation depuis 2011, et c’est le contraire qui s’est produit. Entre 2011 et 2019, leur présence a en effet augmenté. Au total, plus de 97.000 échantillons de fruits frais achetés dans toute l’Europe ont été testés.

« S’il n’y a pas de mesures fortes, on ne voit pas comment cet objectif pourrait être respecté »

Si en 2011, 18% des fruits européens testés par l’ONG PAN montraient la présence de produits toxiques, ce chiffre est passé à 29% en 2019. Dans le détail, sur les 55 pesticides considérés comme les plus nocifs par l’UE, 28 ont été décelés dans ces fruits. Les États membres de l’UE devaient utiliser des substituts moins nocifs pour la santé, et progressivement remplacer ces dangereux pesticides de synthèse (herbicides, fongicides et insecticides).

D’ici 2030, l’utilisation des pesticides devrait être réduite de moitié, selon les ambitions de Bruxelles. Salomé Roynel, porte-parole de PAN Europe, a déclaré à l’AFP : « S’il n’y a pas de mesures fortes, on ne voit pas comment cet objectif pourrait être respecté. » Elle précise qu’il est du ressort de la Commission européenne de rappeler à l’ordre les pays « défaillants » dans ce domaine.

Les dangers de ces pesticides sur la santé et la fertilité

Les dangers de ces pesticides sur la santé ne sont plus à prouver. L’un d’eux est particulièrement pointé du doigt, il s’agit du Tebuconazole. Selon une expertise de l’Institut français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) réalisée en 2021, ce fongicide est toxique pour la reproduction. L’étude conclut en effet à « une présomption forte de lien entre l’exposition aux pesticides de la mère pendant la grossesse ou chez l’enfant et le risque de certains cancers (leucémies, tumeurs du système nerveux central) ». Des traces de sa présence ont surtout été retrouvées sur des cerises produites en Espagne en 2019.

Dans une moindre mesure, les légumes sont eux aussi impactés. Sur plus de 113.000 échantillons testés, on remarque qu’en 2011 la présence de produits toxiques touchait 11% des légumes, ce chiffre est passé à 13% huit ans plus tard.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé