En Afghanistan, tisser des tapis pour tenter d’échapper au chômage et à la crise

12 décembre 2021 Mis à jour: 13 décembre 2021
FONT BFONT SText size

Les quatre frères ont ressorti le métier à tisser qui n’avait pas servi depuis des années. Face à la grave crise économique qui plombe leur pays, des Afghans se tournent vers la fabrication de tapis, un savoir-faire ancestral qui se pratique en famille à la maison.

Adieu le rêve de devenir magistrat « pour servir le pays ». Rauf Haidari et ses trois frères ont commencé à travailler il y a trois mois sur un tapis. Entièrement en soie, il fera 12 mètres de long.

Rauf, 28 ans, a mis sur pause il y a trois ans ses études de droit, et vu la situation économique depuis le retour des talibans au pouvoir en août, il sait qu’il ne les reprendra probablement pas. Le chômage explose et les prix s’envolent.

Il est difficile de vendre un tapis

Les frères, âgés de 25 à 30 ans, sont assis sur un banc face au métier à tisser, dans une petite pièce de la maison familiale à Kaboul. Le geste est précis, régulier.

Ils espèrent tirer du tapis entre 5.000 et 6.000 dollars (4.400 à 5.300 euros). Mais il leur reste encore plusieurs mois de travail et ils ont avancé la moitié de cette somme pour acheter le matériel nécessaire à la fabrication. Et ils savent combien il est difficile de vendre un tapis.

Un commerçant afghan qui produit et vend des tapis expose un tapis dans sa boutique à Herat le 23 novembre 2021. Photo par Hector RETAMAL / AFP via Getty Images.

Il y a cinq ans environ, ils avaient trouvé un emploi assez lucratif: ils vendaient des fleurs dans des salles de mariage. Mais « avec l’arrivée des talibans, l’activité a fortement diminué dans ces salles de mariage. Nous avons donc repris la fabrication de tapis », raconte Rauf Haidari.

« Un savoir-faire que nos aïeux nous ont transmis »

Une activité qu’ils avaient déjà pratiquée dans le passé en famille. « C’est un savoir-faire que nos aïeux nous ont transmis », explique-t-il.

« Nous n’avons pas d’autre option » pour faire vivre la famille, ajoute leur père, Ghulam Sakhi, âgé de 70 ans.

Près de deux millions d’Afghans, sur environ 38 millions au total, travaillent dans le secteur du tapis, selon Noor Mohammad Noori, qui dirige l’association nationale des producteurs de tapis.

L’homme d’affaires britannique James Wilthew a noué des liens étroits avec les tisserands et les vendeurs de tapis afghans, achetant les tapis recherchés directement dans les provinces du nord, où l’industrie est traditionnellement basée. Photo Lindsey Parnaby / AFP via Getty Images.

Mais la demande a fortement baissé depuis le départ du pays cet été des étrangers travaillant pour des organisations internationales, fuyant le retour au pouvoir des talibans, souligne-t-il.

Mais les tapis afghans, des délicats persans faits de soie aux plus rustiques faits de laine restent populaires à travers le monde.

150 familles fabriquent des tapis pour lui

Ces derniers mois, « il y a de plus en plus de personnes qui fabriquent des tapis », explique Kabir Rauf, qui vend ces « trésors nationaux de l’Afghanistan » à Kaboul.

On y trouve surtout des femmes qui ne peuvent plus travailler, des jeunes filles qui ne peuvent plus aller à l’école, car celles-ci n’ayant pas rouvert, ou encore des hommes qui ont perdu leur emploi.

– Une jeune fille afghane tisse un tapis chez un fabricant de tapis à Herat. Photo Aref Karimi AFP  via Getty Images.

A Hérat, près de la frontière iranienne, Haji Abdul Qader est contacté tous les jours par deux ou trois nouvelles personnes qui veulent travailler. Environ 150 familles fabriquent déjà des tapis pour lui.

« Il n’y a pas d’autres emplois »

Depuis le retour des talibans, « il y a moins d’opportunités professionnelles pour les femmes à l’extérieur. Alors celles qui savent tisser nous appellent. Il n’y a pas d’autres emplois ».

« Une personne qui sait fabriquer des tapis ne sera jamais sans emploi », vante Muhammad Taghi, dont la famille travaille depuis dix ans avec Haji Abdul Qader. Lui-même, plus jeune, tissait.

Des Afghans trient des fils de tapis à l’intérieur d’une usine traditionnelle à Kaboul. Photo Shah MARAI/AFP via Getty Images.

Ses quatre enfants, âgés de 17 à 24 ans, tissent des tapis dans la modeste maison familiale, dans le silence, près du poêle. Il leur faudra quatre mois pour terminer leurs quatre tapis de deux mètres sur trois. La famille touchera 55.000 afghanis (505 euros).

« Je suis fier de ce métier: nous fabriquons dans notre pays ces tapis qui seront vendus dans le monde entier comme tapis d’Afghanistan », se réjouit Muhammad Taghi.

« Les étrangers ne sont plus là pour acheter »

Le fils cadet, Nassim, 17 ans, qui a commencé à tisser à 10 ans, va toujours à l’école et espère devenir docteur. « Grâce à l’argent des tapis, mes filles aînées peuvent aller à l’université », se félicite le père.

Mais les marchands de tapis ne sont pas aussi sereins. « Les retraits dans les banques sont limités (400 dollars maximum par semaine, NDLR). Je crains de ne pas avoir assez de liquide pour payer » les fabricants, s’inquiète Haji Abdul Qader, qui reçoit environ cinq tapis par semaine.

De jeunes filles afghanes tissent un tapis chez un fabricant de tapis à Herat. Photo Aref Karimi AFP  via Getty Images.

De plus, « si les exportations ne reprennent pas, il faudra diminuer le nombre de tisseurs ».

« Les étrangers ne sont plus là pour acheter », se plaint aussi Kabir Rauf, désœuvré dans sa boutique de Kaboul au milieu de centaines de tapis.

Lui qui a commencé à 16 ans en vendant des tapis dans les rues d’Hérat, affirme qu’il s’agit de « la pire période » pour ses affaires. Mais il veut rester optimiste: les vols viennent de reprendre vers Dubaï et à partir de là, des pièces peuvent être envoyées dans le monde entier. Il compte aussi beaucoup sur la Chine, où son fils a un magasin.


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé