Elon Musk: Twitter «a interféré dans les élections»

2 décembre 2022 Mis à jour: 2 décembre 2022
FONT BFONT SText size

Elon Musk, propriétaire de Twitter, a écrit mercredi que la précédente direction de son média social « avait interféré dans les élections » lorsque l’ancien chef de son équipe de sécurité a lancé des accusations contre lui.

Récemment, Yoel Roth, l’ancien responsable de l’intégrité de la plateforme, a déclaré sur CNN que Twitter était « peu sûr désormais ». Dans un fil de discussion relatif à ses commentaires, un utilisateur a répliqué : « Twitter a montré qu’il n’était pas sûr au cours des dix dernières années et a perdu la confiance des utilisateurs, (…) l’ancienne équipe de ‘confiance et sécurité’ était une honte, elle n’a donc aucun droit de juger ce qui est fait aujourd’hui ».

Musk a alors répondu : « Exactement. Comme le savent les utilisateurs de longue date, Twitter a échoué en matière de confiance et de sécurité depuis très longtemps et a interféré dans les élections. »

« Twitter 2.0 sera beaucoup plus efficace, transparent et impartial », a-t-il ajouté, sans donner plus de détails sur cette « interférence ». Les républicains affirment depuis longtemps que le média social a censuré et exclu les conservateurs, notamment l’ancien président Donald Trump.

L’ancienne direction de Twitter s’est attirée les critiques pour avoir censuré en octobre 2020 un article du New York Post sur Hunter Biden fils de Joe Biden (alors candidat) et ses affaires douteuses en Chine et en Ukraine. À quelques semaines de l’élection présidentielle de 2020 opposant Biden à Trump, le compte Twitter du journal a été bloqué pendant des semaines après la publication de l’article sur l’ordinateur portable, dont le contenu a été authentifié par de nombreux médias depuis lors.

Des mois avant l’élection de 2020, Trump a affirmé à plusieurs reprises que Twitter se livrait essentiellement à une ingérence électorale en ajoutant des mises en garde à ses posts. Dans un message du mois de mai de cette année-là, Trump a écrit :« Twitter interfère désormais dans l’élection présidentielle de 2020 » ajoutant « Twitter étouffe complètement la LIBERTÉ D’EXPRESSION, et moi, en tant que président, je ne peux permettre que cela se produise ! »

Après les élections de novembre 2020, Twitter a également censuré à plusieurs reprises les messages de Trump concernant les irrégularités présumées de l’élection. Plus tard, en janvier 2021, l’entreprise a suspendu le compte de l’ancien président. Musk l’a rétabli ce mois-ci.

Dans son interview, Yoel Roth a reconnu que Twitter et lui-même avaient commis une erreur en décidant d’empêcher la divulgation de l’histoire du portable de Hunter Biden. Auparavant, l’ancien PDG de Twitter, Jack Dorsey, avait admis à plusieurs reprises que cette décision constituait une erreur.

« Nous ne savions pas ce qu’il fallait croire, nous ne connaissions pas la vérité, c’était le brouillard – et finalement pour ma part, je n’ai jamais réussi à être à l’aise avec le fait d’avoir supprimé ce contenu de Twitter », a déclaré Yoel Roth, qui a quitté l’entreprise il y a plusieurs semaines après le rachat par Musk. « Néanmoins, cette affaire a activé tous les signaux d’alerte que j’avais finement réglés concernant la ‘campagne de piratage et de fuite’ d’APT28. »

Au mois d’avril Musk a déclaré : « Suspendre le compte Twitter d’un important organe de presse pour avoir publié une histoire authentique était de toute évidence incroyablement inapproprié. »

Déclaration de Yellen

Le commentaire de Musk survient alors que la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a déclaré mercredi qu’elle s’était mal exprimée au sujet de l’examen par le gouvernement de l’achat de Twitter Inc. par Musk.

Janet Yellen (Win McNamee/Getty Images)

S’il existe des risques présumés pour la sécurité nationale, « il serait approprié que [la commission des investissements étrangers] y jette un coup d’œil », a déclaré Janet Yellen mercredi lors d’un événement organisé par le New York Times.

Janet Yellen a ajouté qu’elle s’était « mal exprimée » en affirmant qu’elle ne voyait « aucune raison de procéder à un examen » lors d’une interview avec CBS News au début du mois. « Je ne vais pas dire précisément ce que nous examinons », a-t-elle ajouté. « Nous ne ferons pas de commentaires sur ce qui est en cours. »

Joe Biden a également déclaré que l’achat de Twitter par Musk devrait faire l’objet d’une enquête. Depuis, on craint que la Maison Blanche n’envisage des représailles contre le magnat de la tech.

En outre, Thierry Breton, commissaire de l’Union européenne au marché intérieur, a indiqué mercredi à Musk qu’il devrait apporter des modifications importantes à Twitter en vertu d’une nouvelle loi européenne régissant le contenu des médias sociaux.

« Il y a encore un énorme travail à faire, car Twitter devra mettre en œuvre des politiques d’utilisation transparentes, renforcer considérablement la modération des contenus et protéger la liberté d’expression, s’attaquer à la désinformation avec détermination et limiter la publicité ciblée », a déclaré le commissaire européen à Elon Musk lors d’une visioconférence.

Mercredi également, certains dirigeants de la Silicon Valley ont salué la gestion de Twitter par Musk, le cofondateur de Netflix, Reed Hastings, allant jusqu’à qualifier le milliardaire de « personne la plus courageuse et la plus créative de la planète ».

Le PDG de Facebook et de Meta, Mark Zuckerberg, a déclaré qu’il était impatient de voir comment la gestion de la modération du contenu par Musk sur Twitter allait se dérouler, affirmant qu’il était bon que les plateformes adoptent des approches différentes.

« Vous pouvez être d’accord ou non avec ce qu’Elon fait, ou avec ses méthodes. En tout cas, je pense que regarder l’évolution de la situation va être très intéressant », a déclaré Mark Zuckerberg, lors de la conférence DealBook organisée par le New York Times.

Reuters a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé