Elon Musk propose de racheter Twitter et de « débloquer » son potentiel en termes de liberté d’expression

15 avril 2022 Mis à jour: 15 avril 2022
FONT BFONT SText size

Elon Musk propose d’acheter « 100 % de Twitter » pour un montant d’environ 43 milliards de dollars, selon un document officiel. Le magnat de la technologie veut actualiser le « potentiel extraordinaire » de la société pour en faire « la plateforme de la liberté d’expression ».

Elon Musk a proposé de racheter Twitter pour 54,20 dollars par action, selon une lettre adressée au président de Twitter, Bret Taylor, jointe à un dossier déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) le 14 avril (pdf).

« Twitter a un potentiel extraordinaire. Je vais le débloquer », a écrit Musk.

L’opération revient à proposer de retirer Twitter de la bourse, ce qui permettrait à Elon Musk de contrôler la gestion de l’entreprise.

« Je crois en son potentiel »

Elon Musk a, par le passé, remis en question l’engagement de Twitter en faveur de la liberté d’expression. Il a récemment acheté près de 10 % de la société, ce qui a suscité des spéculations quant à son intention de modifier les stratégies de modération de l’entreprise, accusées de biais anti‑conservateurs.

Twitter a nié à plusieurs reprises les allégations de censure de certains points de vue minoritaires et politiquement conservateurs.

« J’ai investi dans Twitter car je crois à son potentiel pour devenir la plateforme de la liberté d’expression du monde entier, et je pense que la liberté d’expression est un impératif social pour une démocratie qui fonctionne », écrit Elon Musk dans la lettre.

Après l’acquisition par Elon Musk de 9, 2 % du capital de Twitter, qui en a fait le plus gros actionnaire indépendant, on lui a proposé de siéger au conseil d’administration de la société, ce qu’il a semblé accepter dans un premier temps avant de refuser.

Le refus de siéger au conseil d’administration a alimenté les spéculations quant à savoir si Musk avait l’intention de lancer une opération de rachat hostile de Twitter. Un document déposé auprès de la SEC indiquait qu’Elon Musk n’avait pas « de plans ou d’intentions à ce jour » pour acheter davantage d’actions Twitter, mais qu’il « se réservait le droit de modifier ses projets à tout moment ».

« La liberté d’expression est essentielle »

Elon Musk a contesté à plusieurs reprises la position de Twitter en matière de liberté d’expression.

Le 25 mars, Musk a écrit sur Twitter à l’intention de ses 80 millions d’abonnés que « la liberté d’expression est essentielle au bon fonctionnement d’une démocratie » et a demandé à ses abonnés s’ils pensaient que Twitter « adhérait rigoureusement » à ce principe.

Plus de 2 millions d’utilisateurs de Twitter se sont exprimés et 70,4 % ont voté « non ».

La nouvelle d’une plus grande implication de Musk chez Twitter, y compris son éventuelle participation au conseil d’administration, a été saluée par les conservateurs qui lui ont demandé de modifier l’orientation prise par la plateforme.

Monica Crowley, ancienne secrétaire adjointe au Trésor sous la présidence de Donald Trump, a déclaré dans un tweet : « Maintenant qu’Elon Musk est le principal actionnaire de Twitter, il devrait exiger la fin de la censure politique, une réforme à l’échelle de l’entreprise et la réintégration du président Donald Trump. »

Twitter a banni l’ancien président de la plateforme au lendemain de la crise du 6 janvier au Capitole, estimant que ses messages avaient enfreint les règles de Twitter relatives à « l’apologie de la violence ».

Une transformation s’impose

La lettre d’Elon Musk à M. Taylor montre clairement ses intentions de faire pression au sein du groupe afin de provoquer une restructuration visant à débloquer la liberté d’expression.

« Depuis que j’ai investi, je me suis rendu compte que l’entreprise ne pourra ni prospérer ni servir cet impératif social dans sa forme actuelle. Twitter se doit d’être transformée en société fermée », a déclaré M. Musk, faisant référence à l’« impératif social » de liberté d’expression.

En poursuivant :« Je propose d’acheter 100 % de Twitter au prix de 54,20 dollars par action en numéraire, soit une prime de 54 % par rapport à la veille du début de mon investissement dans Twitter et de 38 % par rapport à la veille de l’annonce publique de mon investissement. »

« Mon offre est ma meilleure et dernière offre et si elle n’est pas acceptée, je devrai reconsidérer ma position en tant qu’actionnaire », a‑t‑il ajouté.

Au moment de la publication de cet article, les actions de Twitter étaient en hausse de près de 7 % lors de la préouverture du marché.

Epoch Times a contacté Twitter pour une demande de commentaires sur l’offre de rachat d’Elon Musk.

La société a répondu par une déclaration affirmant qu’elle avait reçu une offre « spontanée et sans engagement » de la part d’Elon Musk, ajoutant qu’elle allait « l’examiner attentivement » et prendre les décisions qu’elle jugerait les plus favorables à l’entreprise et à ses actionnaires.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé