Elon Musk menacé par le chef de l’agence spatiale russe à propos de Starlink en Ukraine

9 mai 2022 Mis à jour: 10 mai 2022
FONT BFONT SText size

Selon Elon Musk, magnat milliardaire de la technologie, le chef de l’agence spatiale russe l’a menacé de représailles pour avoir fourni aux forces ukrainiennes des terminaux Internet Starlink.

« Ainsi, Elon Musk est impliqué dans l’approvisionnement des forces fascistes ukrainiennes en matériel de communication militaire », a déclaré Dmitri Rogozine, chef de l’agence spatiale russe Roscosmos, dans un message adressé aux médias russes, selon une traduction proposée par Musk.

« Pour cela, Elon, vous serez tenu pour responsable comme un adulte ‑ même si vous jouez les imbéciles », a ajouté M. Rogozin.

Musk a commenté l’échange avec une dose d’humour noir, en tweetant : « Si je meurs dans des circonstances mystérieuses, je suis heureux de vous avoir connu. »

Dmitri Rogozine a publié une série de messages sur son canal Telegram, y compris la plaisanterie de Musk.

Starlink a « fait basculer la guerre »

Quelques jours après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, fin février, Musk a annoncé que le service Starlink de SpaceX, un service à large bande par satellite, commençait à fournir un accès Internet aux Ukrainiens.

Starlink a fourni des informations vitales dans les zones sinistrées du pays déchiré par la guerre, notamment à des centaines d’hôpitaux et de cliniques. Ce système a permis aux drones militaires ukrainiens de cibler plus efficacement les chars et les positions russes.

Un soldat ukrainien dénommé Dima, dont le nom de famille n’a pas été divulgué pour des raisons de sécurité, a expliqué au journaliste David Patrikarakos que « Starlink a permis de faire basculer la guerre en faveur de l’Ukraine. La Russie a fait des pieds et des mains pour faire sauter tous les moyens de communication. Maintenant, ils ne peuvent plus. Starlink fonctionne sous le feu des Katyusha, sous le feu de l’artillerie. Ça fonctionne même à Marioupol. »

Bien qu’il soit difficile de savoir dans quelle mesure Starlink a été déterminant pour les forces armées ukrainiennes, un rapport publié par le journal britannique The Telegraph avance que la technologie développée par Musk a permis à l’Ukraine de « gagner la guerre des drones ».

Peu après l’annonce de Musk sur le déploiement de Starlink en Ukraine, M. Rogozin a publié une déclaration très ferme, dont le ton est similaire à celui qui a poussé Musk à laisser entendre que sa vie était menacée.

« Nous ne devrions jamais faire confiance à l’Occident. Quand la Russie met en œuvre ses intérêts nationaux les plus élevés sur le territoire ukrainien, Elon Musk fait son apparition avec Starlink déclaré comme purement civil », a affirmé M. Rogozin.

« J’avais donné l’alerte, mais nos ‘muskophiles’ ont déclaré qu’il était la lumière de la cosmonautique mondiale. Là, regardez, il a choisi son camp », avait ajouté M. Rogozin à l’époque.

Restaurer les territoires détruits

Starlink utilise des milliers de petits satellites placés en orbite à environ 550 km au‑dessus de la surface de la terre pour offrir un accès Internet à haut débit, en particulier dans les zones reculées, frappées par des catastrophes naturelles ou ravagées par la guerre.

Alors que le conflit russo‑ukrainien entrait dans son 70e jour le 2 mai, le vice‑premier ministre ukrainien Mykhailo Fedorov a dévoilé sur Twitter le nombre d’utilisateurs dépendant de Starlink.

« …environ 150 000 utilisateurs actifs par jour. C’est un soutien capital pour les infrastructures ukrainiennes et la restauration des territoires détruits », a écrit M. Fedorov dans un post sur Twitter.

Alors qu’un certain nombre de plateformes ont pris des mesures contre les médias russes à la suite de l’invasion, Musk a déclaré que son entreprise ne les suivrait pas.

« Certains gouvernements (pas l’Ukraine) ont demandé à Starlink de bloquer les sources d’information russes. Nous ne le ferons pas, sauf sous la menace d’une arme », a écrit Musk dans un message sur Twitter.

« Désolé d’être un absolutiste de la liberté d’expression », a‑t‑il ajouté.

Musk s’est lancé dans une sorte de croisade pour la liberté d’expression, en tentant de racheter Twitter, réformer les politiques de modération opaques de la plateforme et transformer le géant des médias sociaux en une « arène ouverte à la liberté d’expression ».

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé