Elon Musk confirme que certains employés de Twitter vendaient des badges de vérification «en coulisse»

8 novembre 2022 Mis à jour: 8 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Le 5 novembre, Elon Musk a confirmé les rumeurs relatives au fait que les employés auraient vendu des badges de vérification à certains utilisateurs.

« Les employés de Twitter vendaient des vérifications pour plus de 15.000 dollars. Pour certains comptes, dont le mien, ils refusaient de vérifier l’identité en utilisant l’application standard, puis proposaient en privé de valider l’identité pour 15.000 dollars en coulisses. Une enquête s’impose », a déclaré WSBChairman, un utilisateur comptant 900.000 followers, sur la plateforme le 5 novembre. Musk a confirmé les dires de cet utilisateur en répondant : « Yup » [ouais]

Ni WSBChairman ni Musk n’ont fourni d’autres détails ou preuves. Pendant ce temps, aucun ancien dirigeant important de Twitter n’a publiquement commenté l’affaire.

« Beaucoup trop d’anciennes coches ‘vérifiées’ ont été distribuées, souvent de manière arbitraire, de sorte qu’en réalité, elles *n’ont pas* été vérifiées », a écrit Musk. « Vous pouvez en acheter autant que vous voulez dès maintenant avec une recherche Google. Se servir du système de paiement plus Apple/Android est un bien meilleur moyen de garantir la vérification. »

La semaine dernière, le nouveau PDG a dévoilé un plan destiné à inciter les utilisateurs authentifiés à payer 8 dollars par mois pour conserver leur coche bleue, devenue une sorte de symbole de prestige sur la plateforme de médias sociaux. Les badges de vérification ont été proposés pour montrer qu’un compte est légitime, mais Musk a estimé que ce procédé créait un système « de seigneurs et de paysans » sur la plateforme.

Musk a également confirmé avoir procédé à des licenciements ces derniers jours, car l’entreprise perdait plus de 4 millions de dollars par jour. On rapporte qu’il a renvoyé les employés par milliers.

« Tous ceux qui ont quitté l’entreprise se sont vu offrir trois mois d’indemnités de licenciement, soit 50% de plus que ce que la loi exige », a‑t‑il écrit.

Pendant ce temps, certains parlementaires démocrates ont déjà décidé d’attaquer Twitter et Musk. Le sénateur Chris Murphy (Parti démocrate‑Connecticut) a adressé une lettre à la secrétaire au Trésor Janet Yellen, l’exhortant à mener une enquête sur cette acquisition, car des membres de la famille royale saoudienne sont d’importants investisseurs de la société. Le prince Alwaleed bin Talal avait acheté des parts dans la société plusieurs années avant que Musk ne la rachète le mois dernier.

« J’écris pour attirer votre attention sur les préoccupations potentielles en matière de sécurité nationale découlant de la prise de contrôle récemment achevée de Twitter, Inc. par Elon Musk et un certain nombre d’investisseurs privés », a écrit Murphy. « Si on met de côté les vastes réserves de données que Twitter a collectées sur les citoyens américains, toute potentialité de voir la propriété étrangère de Twitter entraîner une augmentation de la censure, de la désinformation ou de la violence politique est un grave problème de sécurité nationale. »

La semaine dernière, Musk a annoncé que l’entreprise nouvellement acquise avait subi d’importantes pertes de revenus en raison du retrait d’importants annonceurs. Le milliardaire de la tech a accusé les groupes d’activistes de manœuvrer contre lui et a déclaré :« Ils essayaient de détruire la liberté d’expression aux États‑Unis. »

Twitter n’a pas répondu à une demande de commentaires au moment de la mise sous presse.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé