Ecosse: Johnson rejette la demande de nouveau référendum d’indépendance

14 janvier 2020 Mis à jour: 14 janvier 2020
FONT BFONT SText size

Le Premier ministre Boris Johnson a formellement rejeté mardi la demande du gouvernement écossais d’autoriser la tenue d’un nouveau référendum d’indépendance de la nation majoritairement opposée au Brexit. 

Dans une lettre adressée à la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, aussi cheffe du Parti nationaliste écossais (SNP), Boris Johnson a affirmé que le précédent référendum à ce sujet, tenu en 2014, était un scrutin qui n’arrivait « qu’une fois dans une génération ». 

Lors de ce premier référendum, les Écossais avaient voté à 55% pour rester au sein du Royaume-Uni.

« Le gouvernement britannique continuera à respecter la décision démocratique du peuple écossais et la promesse que vous lui avez faite » de la respecter, écrit-il dans le courrier. « C’est pourquoi je ne peux accepter un transfert de pouvoir (au profit du gouvernement local) pour organiser un futur référendum d’indépendance » 

Nicola Sturgeon avait officiellement demandé en décembre à ce qu’un nouveau scrutin sur l’indépendance de la région soit organisé en 2020, car elle estimait que le Brexit imminent avait complètement changé la donne.

L’Écosse avait en effet voté en 2016 à 62% contre le Brexit, mais la province sera obligée de quitter l’Union européenne au 31 janvier, comme le reste du Royaume-Uni.

« Cette réaction était prévisible, mais elle est aussi intenable et auto-destructrice », a réagi Mme Sturgeon dans un communiqué, accusant les conservateurs au pouvoir d’être « terrifiés par le droit de l’Écosse à choisir ». 

« Ils savent que si on nous donne le choix, nous choisirons l’indépendance », a-t-elle estimé, affirmant que le parti de Boris Johnson n’avait « aucun argument positif en faveur » d’un maintien de l’Écosse au sein du Royaume-Uni.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé