Droit des femmes: les talibans jugent « sans fondement » les inquiétudes de l’ONU

27 mai 2022 Mis à jour: 27 mai 2022
FONT BFONT SText size

Les talibans ont rejeté vendredi l’appel du Conseil de sécurité de l’ONU à revenir sur les restrictions imposées aux femmes afghanes, jugeant « sans fondement » les inquiétudes exprimées par la communauté internationale sur ces questions.

Le Conseil de sécurité a appelé mardi les talibans « à inverser rapidement les politiques et pratiques qui restreignent actuellement les droits humains et les libertés fondamentales des femmes et des filles afghanes », dans une déclaration adoptée à l’unanimité.

Une femme prend un « selfie » lors d’une exposition sur le bazar de l’Aïd organisée par la chambre de commerce et d’industrie des femmes afghanes à Kaboul le 27 avril 2022. Photo de WAKIL KOHSAR/AFP via Getty Images.

Le texte des 15 membres du Conseil cite « l’imposition de restrictions qui limitent l’accès à l’éducation, à l’emploi, à la liberté de mouvement et à la participation pleine, égale et significative des femmes à la vie publique ».

Garantir les droits des femmes afghanes

En particulier, le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les filles et exprime sa « profonde préoccupation » face à l’obligation faite aux femmes de se couvrir le visage dans les espaces publics et dans les émissions des médias.

Dans un communiqué publié vendredi, le ministère afghan des Affaires étrangères juge les préoccupations du Conseil de sécurité « sans fondement » et « irréalistes », et « réaffirme son engagement » à garantir les droits des femmes afghanes.

Une présentatrice de Tolo News, Sonia Niazi, couvre son visage lors d’une émission en direct à la station de télévision Tolo à Kaboul le 22 mai 2022. Photo de WAKIL KOHSAR/AFP via Getty Images

« Étant donné que le peuple afghan est majoritairement musulman, le gouvernement afghan considère que le respect du (port du) hijab islamique est conforme aux valeurs religieuses et culturelles de la société et aux aspirations de la majorité des femmes afghanes », ajoute le communiqué.

Début mai, le chef suprême des talibans a émis un ordre selon lequel les femmes devaient se couvrir entièrement en public, y compris le visage, idéalement avec la burqa, un voile intégral doté d’une grille en tissu au niveau des yeux.

Un modèle de ségrégation sexuelle totale

Les restrictions imposées aux Afghanes « décrivent un modèle de ségrégation sexuelle totale et visent à rendre les femmes invisibles dans la société », avait dénoncé jeudi à Kaboul le rapporteur spécial de l’ONU pour les droits humains en Afghanistan, Richard Bennett.

La communauté internationale a fait du respect des droits humains, particulièrement pour les femmes, un prérequis dans les négociations sur l’aide et la reconnaissance du régime islamiste, arrivée au pouvoir en août dernier.

Des membres du puissant mouvement des femmes afghanes participent à une manifestation à Kaboul le 10 mai 2022. Photo de WAKIL KOHSAR/AFP via Getty Images

Les nouvelles restrictions imposées aux femmes confirment la radicalisation des talibans, qui avaient initialement tenté de montrer un visage plus ouvert que lors de leur précédent passage au pouvoir entre 1996 et 2001.

Ils avaient alors privé les femmes de presque tous leurs droits, leur imposant notamment le port de la burqa.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé