D’où viennent les fruits et les légumes que nous connaissons aujourd’hui ?

7 octobre 2016 Mis à jour: 9 octobre 2016
FONT BFONT SText size

Les fruits et les légumes que nous connaissons n’ont pas toujours eu leur aspect ni même leur goût actuels.

Les hommes ont modifié les gènes des plantes au cours de milliers d’années, par la culture sélective, resemant au fil du temps une partie des récoltes présentant des traits désirables.

(Creative Commons)
(Creative Commons)

Les premières bananes auraient été cultivées il y a près de 7000 ans en Mélanésie, le groupe d’îles comprenant la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l’Indonésie. Elles poussaient également en Asie du Sut-Est et plus tard, en Afrique.

Les bananes modernes viennent de deux variétés différentes – Musa acuminata and Musa balbisiana. L’hybride produit est la banane moderne que nous connaissons aujourd’hui.

(Creative Commons)
(Creative Commons)
Une carotte sauvage. (Creative Commons)
Une carotte sauvage. (Creative Commons)

Les plus anciennes carottes connues ont été cultivées en Perse et la première trace rapportant le légume-racine date du 10e siècle. Elles étaient alors blanches ou mauves.

Mais avec le temps, elles ont perdu leur couleur mauve et sont devenues jaunâtres.

FRANCE-AGRICULTURE-ORGANIC
Le fermier biologique Gwenole Le Roy tenant des carottes cultivées dans sa ferme à Plouescat, France, le 9 septembre 2014. (Fred Tanneau/AFP/Getty Images)

Voir  aussi :

Un tableau du XVIIe siècle, du peintre italien Giovanni Stanchi, montre une pastèque paraissant différente de la variété moderne.

(Creative Commons)
(Creative Commons)

Selon National Geographic, les pastèques auraient été cultivées depuis 5000 ans et beaucoup appréciées des anciens égyptiens.

« La pastèque, délicieuse comme elle est, aurait grandi de 50 mm à 660 mm de diamètre », écrit le chimiste James Kennedy. « Tandis que les anciennes « pastèques sauvages » ne pesaient pas plus de 80 grammes, les pastèques modernes peuvent aller de 2 kg à 8 kg au supermarché. »

(Creative Commons)
(Creative Commons)

Le maïs est peut-être la plus touchée par la modification génétique de toutes les récoltes.

(Domaine Public)
Épi de téosinte, « ancêtre » du maïs. (Domaine Public)

Le professeur de chimie James Kennedy a remarqué que le maïs naturel, qui a été domestiqué vers 7000 avant J.C. , était sec comme une pomme de terre.

Le maïs aujourd’hui est près de 1000 fois plus large qu’il ne l’était alors et il est bien plus facile à récolter tout en contenant bien plus de sucre. Les colons européens ont eu beaucoup à voir avec ces changements, en arrivant aux Amériques.

(Philippe Huguen/AFP/GettyImages)
(Philippe Huguen/AFP/GettyImages)

Les pèches ont également traversées des changements significatifs aux cours des 6000 dernières années.

Elles étaient auparavant des petits fruits surtout composés d’une graine. Elle ont été domestiquées par les anciens chinois et avaient un goût « comme celui de la lentille », rapporte Kennedy.

Des milliers d’années plus tard, elles sont maintenant près de 64 fois plus grosses.

« Après que la pêche sauvage ait été domestiquée en 4000 av. J.C. , des fermiers ont sélectionné des graines des fruits les plus savoureux pour les replanter. Ils se sont occupé des fruits pendant des milliers d’années et les fruits sont devenus plus gros et plus juteux à chaque génération. Après 6000 ans de sélection artificielle, la pêche résultante est 16 fois plus large, 27 % plus juteuse et 4 % plus sucrée que sa cousine sauvage, et a également eu une augmentation massive de ses apports en nutriments essentiels à la vie humaine. »

 

(Rebecca Siegel/Flickr/CC BY 2.0)
(Rebecca Siegel/Flickr/CC BY 2.0)

Version anglaise : Fruits and Vegetables Looked Very Different Before Humans Domesticated Them

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé