Donald Trump : « Personne ne devrait être forcé de se faire vacciner contre le Covid-19 »

24 avril 2021 Mis à jour: 24 avril 2021
FONT BFONT SText size

L’ancien président américain Donald Trump a de nouveau soutenu les vaccins contre le Covid-19, mais a déclaré que les gens ne devraient pas être forcés de les utiliser – probablement en réponse à plusieurs États et pays qui font pression pour des systèmes de type passeport vaccinal.

« Le vaccin est une excellente chose et les gens devraient en profiter », a déclaré Donald Trump au New York Post jeudi, mais a nuancé ses propos en disant que « personne ne devrait être forcé », car les Américains « ont leurs libertés ».

« Mais je le recommande fortement parce que c’est une véritable bouée de sauvetage », a poursuivi l’ancien commandant en chef, rappelant que son administration a fait pression pour développer des vaccins contre le virus du PCC. « Je suis tout à fait en faveur du vaccin », a déclaré Donald Trump. « C’est l’une des grandes réalisations, un véritable miracle. »

« Nous sauvons des dizaines de millions de vies à travers le monde », a-t-il ajouté. « Nous sauvons des pays entiers. »

Le virus du PCC (Parti communiste chinois), également connu sous le nom de nouveau coronavirus, est à l’origine du Covid-19.

Dans l’interview accordée au NY Post, Donald Trump a confirmé que lui et son épouse Melania Trump ont reçu le vaccin contre le virus du PCC il y a plusieurs mois. L’ancien président n’a pas précisé s’il avait reçu le vaccin de Moderna, Pfizer ou Johnson & Johnson.

« Pas même un peu de douleur au bras », a-t-il dit. « C’est un truc assez étonnant. »

Les systèmes de passeport vaccinal ont fait l’objet de critiques ces derniers jours, plusieurs gouverneurs républicains – dont le gouverneur du Texas Greg Abbott et le gouverneur de Floride Ron DeSantis – ayant émis des ordres pour bloquer la mise en œuvre de tels systèmes dans leurs États respectifs. Certains défenseurs des libertés civiles ont émis l’hypothèse qu’un système de passeport diviserait la société en deux classes distinctes de personnes : celles qui sont vaccinées et celles qui ne le sont pas.

Les législateurs de certains États ont également adopté des projets de loi visant à interdire les passeports de vaccination. Cette semaine, l’assemblée législative de l’Indiana a adopté une mesure qui interdirait à l’État et aux collectivités locales de délivrer des passeports relatifs au virus du PCC, ce qui signifie que l’Indiana ne peut pas obliger les personnes à se faire vacciner.

Fin mars, l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a également fait part de ses inquiétudes à l’égard de ces propositions, affirmant qu’elles violeraient probablement la vie privée des Américains – notamment s’il existe un système centralisé et numérisé. Le groupe a noté que les personnes qui ne disposent pas d’un smartphone avec une application indiquant qu’elles sont vaccinées pourraient être exclues de certains services.

Jusqu’à présent, aucune agence fédérale n’a rendu obligatoire un système de type passeport vaccinal, bien que l’État de New York ait récemment lancé son application « Excelsior » qui permettrait aux personnes d’entrer dans les enceintes sportives, les événements et autres si ces installations l’utilisent. L’application n’est toutefois pas imposée par une loi de l’État.

Certains pays, dont Israël et l’Islande, ont rendu obligatoires les passeports vaccinaux pour certaines activités.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé