Disney a perdu 34 milliards de dollars en valeur boursière depuis qu’il s’est lancé dans une guerre culturelle contre la Floride

24 avril 2022 Mis à jour: 24 avril 2022
FONT BFONT SText size

La valeur boursière de Disney a diminué de près de 34 milliards de dollars depuis que la société a exprimé son opposition catégorique à une loi adoptée en Floride qui interdit l’enseignement de l’identité de genre et de l’orientation sexuelle dans les écoles publiques de la maternelle au CE2.

Les parlementaires de Floride ont proposé au mois de mars le projet de loi HB 1557, surnommé par ses détracteurs « Don’t Say Gay Bill » [Le projet de loi « ne dites pas gay »]. Il a finalement a été signé par le gouverneur Ron DeSantis le 28 mars.

Le même jour, Disney s’engageait dans la controverse, publiant une déclaration très critique à l’égard de la loi HB 1557 et affirmant que le groupe ferait tout son possible pour la faire abroger.

Du 28 mars, jour où la société a publié sa déclaration, au 22 avril, la capitalisation boursière de Disney a chuté d’environ 33,9 milliards de dollars.

Les partisans de cette législation affirment qu’elle donne aux parents plus de pouvoir pour décider comment et quand les sujets relatifs aux questions LGBT peuvent être présentés à leurs enfants. Elle donne également aux parents la possibilité de traduire en justice les districts scolaires qui violeraient cette loi.

« L’enseignement en classe par le personnel scolaire ou des tiers sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre ne peut avoir lieu de la maternelle au CE2 ou d’une manière qui n’est pas adaptée à l’âge ou au développement des enfants, conformément aux critères établis par l’État », indique le projet de loi (pdf).

Ron DeSantis a déclaré le 28 mars, le jour où il a signé le projet de loi, que « les parents ont tout à fait le droit d’être informés des services offerts à leur enfant à l’école, et devraient ainsi être protégés des écoles qui utilisent des enseignements en classe pour sexualiser leurs enfants dès l’âge de 5 ans. »

Le jour même où M. DeSantis a signé le projet de loi, Disney a publié une déclaration disant que « le projet de loi HB 1557 de Floride, également connu sous le nom de projet de loi ‘Don’t Say Gay’, n’aurait jamais dû passer et n’aurait jamais dû être signé en tant que loi. »

La société Disney a précisé que son objectif était « de faire en sorte que cette loi soit abrogée par la législature ou invalidée par les tribunaux. »

La déclaration de Disney contre le projet de loi a poussé certains groupes de parents à appeler au boycott des produits, films, parcs à thème et spectacles de la société.

Avec 1,82 milliard d’actions en circulation et au prix de 136,90 dollars le 28 mars, la capitalisation boursière de Disney s’élevait à quelque 249,2 milliards de dollars. Avec la chute de ses actions qui sont tombées à 118,27 dollars au 22 avril, il est passé à 215,3 milliards de dollars, soit une baisse de 33,9 milliards de dollars.

Le 22 avril, le gouverneur DeSantis a signé un projet de loi afin de dissoudre le statut d’autonomie de Disney World en Floride, ce qui ne sera pas sans certaines conséquences fiscales.

Ron DeSantis s’est exprimé vendredi quant à la promesse de Disney de faire abroger la loi HB 1557.

« J’ai été très clair en disant : ‘Vous n’allez pas m’influencer. Je reste ferme sur mes positions », a‑t‑il déclaré.

« Aussi incroyable que cela puisse paraître, ils disent ‘nous allons travailler à l’abrogation des droits parentaux en Floride' », rappelant les positions de Disney dans cette controverse.

« Et ce que j’en pense moi, c’est que votre société est basée à Burbank, en Californie, et que vous allez mobiliser toutes vos ressources financières pour attaquer les parents de mon État. C’est une provocation, et nous allons nous battre contre ça », a‑t‑il ajouté.

Epoch Times a contacté le siège social de Disney et celui de Disney World pour une demande de commentaires.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé