Le directeur de BlackRock estime que la guerre en Ukraine marque la fin de la mondialisation

26 mars 2022 Mis à jour: 31 mars 2022
FONT BFONT SText size

Larry Fink, directeur général de BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a déclaré que la guerre en Ukraine mettra fin à la mondialisation, les gouvernements et les entreprises coupant les liens avec la Russie, tout en prévenant qu’une réorientation à grande échelle des chaînes d’approvisionnement entraînera une inflation.

« L’invasion russe de l’Ukraine a mis fin à la mondialisation telle que nous l’avons connue au cours des trois dernières décennies », a écrit M. Fink dans une lettre adressée aux actionnaires le 24 mars, où il note que l’offensive russe en Ukraine a incité les nations à rompre leurs liens financiers et commerciaux avec Moscou.

« Unis dans leur engagement indéfectible pour soutenir le peuple ukrainien, ils ont lancé une ‘guerre économique’ contre la Russie », écrit M. Fink.

Des sanctions écrasantes ont été imposées à la Russie en raison de ce qu’elle appelle une « opération militaire spéciale » en Ukraine. Ces mesures ont ciblé des banques russes et quelques oligarques fortunés, l’espace aérien a été fermé aux avions russes et l’exportation de technologies clés a été interdite.

Les sanctions comprennent également le gel d’environ 300 milliards de dollars de réserves en devises fortes de la banque centrale russe, une mesure sans précédent que le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a qualifié de « larcin » le 23 mars.

Larry Fink a noté dans sa lettre que les marchés de capitaux, les institutions financières et les entreprises sont allés au-delà des sanctions imposées par les gouvernements, en agissant rapidement pour mettre fin à des relations commerciales et d’investissement de longue date.

Selon lui, la mise à l’écart de la Russie de l’économie mondiale va inciter les gouvernements et les entreprises à réévaluer plus généralement leurs sites de production et d’assemblage et à reconsidérer leur dépendance à l’égard d’autres pays.

« Cela pourrait inciter les entreprises à délocaliser ou à ne pas délocaliser une plus grande partie de leurs opérations, ce qui entraînerait un retrait plus rapide de certains pays », a écrit M. Fink.

Les entreprises auront des défis à relever lorsqu’elles chercheront à réorganiser leurs chaînes d’approvisionnement, a-t-il ajouté.

« Cette mise à l’écart va inévitablement créer des défis pour les entreprises, notamment des coûts plus élevés et des pressions sur les marges. »

« Si les bilans des entreprises et des consommateurs sont solides aujourd’hui, ce qui leur donne plus d’aisance pour manœuvrer et surmonter ces difficultés, une réorientation à grande échelle des chaînes d’approvisionnement sera par nature inflationniste », a-t-il ajouté.

Selon lui, les banques centrales se trouvent dans une situation difficile. Elles doivent évaluer à quel rythme il faudra relever leurs taux pour contenir l’inflation, exacerbée par le conflit en Ukraine et les répercussions sur les prix de l’énergie.

« Les banques centrales doivent choisir entre vivre avec une inflation plus élevée ou ralentir l’activité économique et l’emploi pour faire baisser rapidement l’inflation », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, la Réserve fédérale a relevé ses taux pour la première fois depuis 2018 et le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré lundi que la banque centrale américaine devait agir « rapidement » pour relever les taux et probablement de façon « plus agressive » pour éviter une spirale des prix à la hausse.

L’inflation annuelle en Russie est passée à 14,5 % le 18 mars, le rythme le plus rapide depuis 2015, a indiqué mercredi le département de l’Économie, alors que le rouble malmené a fait flamber les prix dans ce contexte de sanctions occidentales douloureuses.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé