Des sénateurs divulguent les relevés bancaires attestant des paiements versés par la Chine à Hunter Biden

31 mars 2022 Mis à jour: 31 mars 2022
FONT BFONT SText size

Des documents bancaires récemment publiés montrent les paiements effectués au profit du fils de Joe Biden par une société rattachée au Parti communiste chinois.

Les sénateurs Chuck Grassley (Parti républicain‑Iowa) et Ron Johnson (Parti républicain‑Wisconsin) ont présenté ces documents au Sénat les 28 et 29 mars.

Sur l’un d’eux, un virement de 100 000 dollars à Owasco, une des sociétés de Hunter Biden, effectué par la société CEFC China Energy, aujourd’hui disparue et étroitement liée au régime chinois.

Un autre document révèle un virement de 5 millions de dollars à Hudson West, une société dans laquelle Hunter Biden a investi et qu’il a dirigé, effectué par Northern International Capital, une entreprise partenaire de CEFC. Un contrat également rendu public par les sénateurs montre que 500 000 dollars ont été versés à Hunter Biden en tant que « frais uniques réglés d’avance ».

Deux autres documents font état d’un paiement d’un million de dollars effectué à Hudson West par la société CEFC et d’un transfert d’un million de dollars de Hudson West à Owasco. Tout cet argent semblait destiné à Hunter Biden pour qu’il représente Patrick Ho, un homme d’affaires chinois ayant aidé CEFC à obtenir des avantages grâce à des pots‑de‑vin.

Ces reçus ne représentent qu’une partie des documents qui « font indéniablement apparaître des liens étroits entre la famille Biden et la Chine communiste », a déclaré M. Grassley.

La transaction de 100 000 $ est datée du 4 août 2017. Le transfert de 5 millions de dollars est quant à lui daté du 8 août 2017. Les deux autres paiements ont été effectués respectivement le 30 novembre 2017 et le 22 mars 2018.

L’avocat de Hunter Biden n’a pas répondu aux demandes de commentaires formulées par Epoch Times. La Maison Blanche n’a pas non plus répondu à une demande de renseignements.

Pendant des années, MM. Grassley et Johnson ont fait des recherches sur Hunter Biden, qui fait l’objet d’une enquête fédérale. Ils ont finalement produit un rapport publié en 2020 exposant les liens entre le jeune Biden et des ressortissants chinois proches du régime et de l’armée chinoise.

Parmi eux, Ye Jianming, le magnat chinois du pétrole fondateur de la société CEFC. En 2018, M. Ye a fait l’objet d’une enquête conduite par les autorités chinoises et n’a pas été revu depuis.

Les sénateurs ont découvert que Hunter Biden avait reçu plusieurs millions de la part de M. Ye et de sa société et plusieurs millions supplémentaires de la part de Dong Gongwen, un financier et partenaire commercial de M. Ye. Des messages obtenus ultérieurement par Epoch Times ont montré que Hunter Biden entretenait une relation étroite avec M. Ye, puisqu’il a été le premier invité de l’homme d’affaires chinois dans son nouvel appartement, tandis que d’autres messages faisaient de Joe Biden et de M. Dong des « collègues de bureau ».

Andrew Bates, qui représentait à l’époque la campagne de Joe Biden, soutenait que le rapport du Sénat utilisait l’argent des contribuables pour lancer « une attaque fondée sur une théorie du complot d’extrême droite, réfutée depuis longtemps ». M. Bates est aujourd’hui un porte‑parole de la Maison Blanche.

Pour expliquer ces critiques, M. Grassley a fait valoir ce 28 mars au Sénat, que le rapport était en grande partie fondé sur des documents provenant de l’administration Obama et sur une douzaine d’entretiens réalisés avec des responsables gouvernementaux.

Chuck Grassley a affirmé : « [Moi et Ron Johnson], nous avons fait ce que tout bon enquêteur ferait. Nous avons rassemblé davantage de documents pour prouver tous ce que ces gens ont fait d’inacceptable. »

Les sénateurs ont fait savoir qu’ils prévoyaient de publier l’intégralité des documents financiers obtenus. Leurs bureaux n’ont pas répondu aux demandes d’informations complémentaires au moment de la mise sous presse.

« Les documents bancaires tels que cet élément de preuve sont assez difficiles à nier et à mettre sous le tapis », a déclaré M. Johnson aux sénateurs, en affirmant que les documents révèlent une corruption et des conflits d’intérêts qui pourraient compromettre Joe Biden.

« Les preuves sont stupéfiantes, et elles sont de plus en plus nombreuses. »

Frank Fang a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé