Des pratiquants de Falun Gong demandent la fin de la persécution en Chine lors d’un grand défilé à Toronto

La cheffe intérimaire des conservateurs, Candice Bergen, déclare que les pratiquants en Chine « ont beaucoup souffert pour leur foi »
20 juillet 2022 Mis à jour: 20 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Un rassemblement suivi de près de 1.200 pratiquants de Falun Gong s’est tenu dans le centre‑ville de Toronto, le 17 juillet dernier. Les participants ont demandé la fin de la persécution lancée en Chine, par le Parti communiste chinois (PCC), il y a 23 ans.

Au cours du rassemblement tenu face à l’Assemblée législative de l’Ontario, à Queen’s Park, les participants du groupe spirituel ont pu entendre le récit des victimes de la persécution et ont reçu des messages de soutien de la part des élus canadiens, dont la cheffe conservatrice intérimaire Candice Bergen.

« La liberté de religion est essentielle dans une société juste. Personne ne devrait jamais être ciblé ou harcelé pour sa religion, peu importe l’endroit où il vit », a déclaré Mme Bergen dans une lettre lue lors du rassemblement.

« Malheureusement, depuis de nombreuses années, le Parti communiste chinois persécute les pratiquants de Falun Gong qui ont beaucoup souffert pour leur foi. Des rapports faisant état de violations inacceptables des droits de l’homme à l’encontre du Falun Gong continuent d’émerger, pourtant traditions du Falun Gong sont ancrées dans des valeurs pacifiques, la vérité, la compassion et la tolérance. »

Pratiquants de Falun Gong prenant part à un défilé de 1200 personnes dans le centre-ville de Toronto le 17 juillet 2022, pour marquer la 23e année de persécution de la pratique spirituelle par le Parti communiste chinois. (Evan Ning/Epoch Times)

L’ancien député conservateur Wladyslaw Lizon, né en Pologne alors que le pays était sous le régime communiste, a appelé les gouvernements du monde entier à prendre des mesures pour aider à mettre fin à la persécution.

« Tout le monde a le droit de vivre en paix, de pratiquer sa religion comme il l’entend et d’avoir ses propres opinions politiques. La liberté est une valeur universelle, et elle ne devrait être restreinte par aucun gouvernement, où que ce soit », a‑t‑il déclaré.

« Il est très important que ces gens en Chine sachent qu’ils ne sont pas seuls, car s’ils sont laissés seuls, si le monde oublie, le gouvernement chinois gagne. »

L’ancien député conservateur Wladyslaw Lizon fait le signe de la victoire alors qu’il prend la parole lors d’un rassemblement organisé par les pratiquants de Falun Gong dans le centre-ville de Toronto, le 17 juillet 2022. (Andrew Chen/Epoch Times)

Crimes contre l’humanité et génocide

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, consiste en cinq exercices de méditation et un enseignement moral basé sur les principes de vérité, de compassion et de tolérance. Introduite en Chine en 1992, cette pratique a rapidement gagné en popularité et, en 1999, elle comptait entre 70 et 100 millions de pratiquants, selon les estimations officielles.

Cependant, le dirigeant du PCC de l’époque, Jiang Zemin, a estimé qu’une telle popularité constituait une menace pour le règne autoritaire du régime et a lancé une vaste campagne de persécution le 20 juillet 1999. Dès lors d’innombrables pratiquants de Falun Gong ont été emprisonnés, envoyés aux travaux forcés, victimes de torture où mis à mort. Ils sont également la cible de prélèvements d’organes. Leurs organes vitaux sont prélevés de force pour alimenter la lucrative industrie du PCC de transplantation d’organes.

« L’intense propagande de haine menée par l’État a monté la société chinoise contre des dizaines de millions de personnes qui pratiquent le Falun Gong en Chine, les soumettant à la discrimination, à l’enlèvement, à l’emprisonnement, à des tortures incroyables et à la mort », a déclaré Joel Chipkar, porte‑parole de l’Association Falun Dafa, lors du rassemblement.

« Les experts juridiques affirment que des crimes contre l’humanité et un génocide sont en train de se produire. Les preuves montrent également que de très nombreuses personnes qui pratiquent le Falun Gong sont tuées pour leurs organes vitaux par l’État communiste. »

Pratiquants du Falun Gong lors du défilé dans le centre-ville de Toronto, le 17 juillet 2022, pour demander la fin de la persécution de leurs compagnons de pratique en Chine. (Evan Ning/Epoch Times)

 

Pratiquants de Falun Gong lors du défilé dans le centre-ville de Toronto, le 17 juillet 2022, pour demander la fin de la persécution de leurs compagnons de pratique en Chine. (Evan Ning/Epoch Times)

 

Des pratiquants du Falun Gong organisent une veillée aux chandelles devant le consulat chinois à Toronto le 16 juillet 2022, marquant la 23e année de persécution lancée par le régime communiste chinois envers les pratiquants chinois. (Evan Ning/Epoch Times)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé