Pour lutter contre la prolifération, des maires veulent stériliser tous les chats « qui ne sont pas destinés à la reproduction »

21 septembre 2020 Mis à jour: 21 septembre 2020
FONT BFONT SText size

Loïc Dombreval, député (LREM) et vétérinaire, défend la cause animale auprès de l’Assemblée nationale. Il a déposé une proposition de loi fin juillet concernant la stérilisation des chats libres, celle-ci n’ayant pas pu être réalisée pendant le confinement, ce qui a immanquablement conduit à la prolifération de l’espèce.

La protection de la cause animale, portée par Loïc Dombreval, passe un cap avec sa proposition de loi, déposée fin juillet. En effet, le député suggère que les mairies prennent « en charge financièrement » les opérations de stérilisation, rapporte Le Parisien. En raison du confinement, de nombreux chats n’ont pas pu être stérilisés. Cette proposition s’impose ainsi en remède à la prolifération des félins errants.

Interrogé par Le Parisien, Loïc Dombreval souligne que les chats « vivent en liberté » et sont des « explorateurs ». De ce fait, ils peuvent « se rencontrer et se reproduire dans un grand rayon », d’autant plus que « les femelles sont en chaleur tous les deux mois. Elles n’ovulent que s’il y a coït. […] Chaque portée peut facilement compter six petits. Très vite, on se retrouve avec des îlots de chats dans les communes, des îlots qui grandissent et se divisent. La situation est critique après le confinement ».

« C’est pourquoi, il faut stériliser tous les chats qui ne sont pas destinés à la reproduction », renchérit-il. Mais là où le problème devient plus saillant, c’est pour mener à bien cette tâche. C’est pourquoi Loïc Dombreval a pensé aux communes. « Les maires peuvent s’en occuper. Mais toutes les municipalités n’ont pas de sensibilité pour la cause animale, même si cela évolue. Toutes ne savent pas comment faire », indique-t-il. C’est la raison pour laquelle son « projet de loi propose de rendre obligatoire cette gestion des problèmes par les mairies ».

Loïc Dombreval a également pensé au financement de ces interventions. Pour cela, il souhaite qu’un « fonds de soutien pour le bien-être animal » soit mis en place, afin que les mairies n’aient pas à supporter seules toute la prise en charge de l’opération. Il précise donc que « plusieurs millions d’euros » seront mis à disposition des communes. En parallèle, le député demande des « tarifs spéciaux pour les propriétaires d’animaux les plus nécessiteux ».

Cependant un autre problème se pose, il s’agit de la question d’attraper les chatons. « Si vous n’avez pas peur, vous pouvez attraper les chatons seul. S’il y a la mère, ce sera plus complexe. Le mieux est d’appeler le refuge local. Il se chargera de la capture et surtout de soigner, marquer et stériliser les chats », poursuit le député. Il indique encore au Parisien : « Quand j’étais moi-même élu, j’avais mis en place une délégation de service public avec une association locale qui se chargeait d’attraper les félins. »

FOCUS SUR LA CHINE – La fille du Premier ministre canadien surveillée par Pékin

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé