Chine: un rapport révèle des « enlèvements à grande échelle, autorisés par l’État » pour terroriser la population

26 juin 2021 Mis à jour: 27 juin 2021
FONT BFONT SText size

Le régime communiste chinois utilise son système carcéral de manière à commettre des « enlèvements de masse, sanctionnés par l’État », pour terroriser et réduire au silence des personnes, y compris des étrangers, selon un récent rapport (pdf) du groupe de défense des droits humains Safeguard Defenders.

Ce système obscur, une forme légalisée de prison noire, est en place depuis 2013 et a fait un minimum de 27 208 victimes au 1er juin, indique le rapport (pdf) en se basant sur les données judiciaires chinoises accessibles au public. Toutefois, le rapport a ajouté que le nombre réel de victimes pourrait être supérieur à 56 900, d’après ses estimations.

Officiellement connu sous le nom de « surveillance résidentielle dans un lieu désigné » (指定居所监视居住, residential surveillance at a designated location ou RSDL) ce système est une mesure extrajudiciaire qui permet à la police chinoise de faire « disparaître » des personnes sans décision de justice.

« Le système de RSDL est inquiétant à tous les égards. À commencer par la façon dont les victimes sont cagoulées et kidnappées, emmenées dans un lieu secret et gardées incommunicado pendant 6 mois, parfois plus, pour être torturées et menacées », a déclaré Dinah Gardner, auteur du rapport, à Epoch Times dans un e-mail.

Elle a ajouté : « Cependant, certaines victimes ont déclaré que si toute l’expérience est intensément traumatisante, la partie la plus terrible de la RSDL est pour elles le moment où la police menace leur famille et leurs autres proches. »

Le système est géré par des policiers des ministères chinois de la Sécurité publique et de la Sécurité de l’État, et ils ont « le pouvoir d’agir avec pratiquement aucune surveillance », y compris pour détenir arbitrairement, torturer et contraindre leurs victimes à faire des aveux, selon le rapport.

Surveillance résidentielle dans un lieu désigné

Le rapport a recueilli les témoignages de personnes ayant été soumises à la RSDL afin de donner un aperçu détaillé du fonctionnement du système. Parmi les anciennes victimes figurent Peter Dahlin, directeur de l’organisation à but non lucratif basée à Madrid, plusieurs avocats chinois spécialisés dans les droits de l’homme, dont Wang Yu, et le joueur de basketball Jeff Harper.

Selon le rapport, le Parti communiste chinois (PCC) soumet également des personnes à ce système dans le cadre de sa « diplomatie des otages ». Deux victimes bien connues sont Michael Kovrig et Michael Spavor, deux Canadiens qui sont détenus arbitrairement en Chine depuis décembre 2018.

Jeff Harper, ancien joueur de basket professionnel américain, a été détenu en isolement dans un complexe d’appartements de la ville de Shenzhen, dans le sud de la Chine, pendant huit mois avant d’être libéré en septembre 2020. Il était détenu et accusé d’avoir causé la mort d’un homme à la suite d’une altercation.

Il aurait dit qu’il mangeait parfois du riz avec des insectes dedans et qu’il avait perdu 18 kg après son isolement. Il a déclaré : « Je restais assis toute la journée à faire des pompes et à m’entraîner. Je regardais par la fenêtre les avions qui passaient et j’espérais que ce jour passerait.

« J’avais une forme de divertissement. C’était un gros rat qui rampait de fil en fil entre les bâtiments. J’observais ce rat tous les jours », a ajouté M. Harper.

Wang Yu, l’une des plus éminentes avocates des droits de l’homme en Chine, a été détenue en 2015 au milieu d’une rafle nationale de centaines d’avocats et de militants des droits de l’homme à travers la Chine. Elle a depuis été libérée et a remporté le prix International Women of Courage 2021 accordé par le ministère américain des Affaires étrangères.

« J’étais obligée de rester à l’intérieur d’un petit cube peint pendant la journée, souffrant aux mains de ces jeunes filles [qui me surveillaient] », aurait déclaré Wang Yu dans le rapport. « Si ma jambe ou un pied sortait du carré, même d’un tout petit peu, elles m’avertissaient ou me giflaient. »

Dans une interview accordée en 2019 à Epoch Times, Wang Yu a déclaré qu’elle avait été soumise à diverses techniques de torture pendant sa détention, notamment la privation de sommeil, le port de lourdes menottes et chaînes, et l’obligation de s’assoir sur un dispositif de torture appelé « banc du tigre« .

Le rapport comprend également deux documents en anglais fournis par d’anciens détenus de la RSDL. L’un de ces documents énonce plusieurs règles en matière de surveillance résidentielle, notamment « Dormir sur le dos et garder en permanence les deux bras au-dessus des couvertures » et « Prendre tous les médicaments qui sont prescrits ».

Le rapport indique que certains détenus ont été forcés de prendre des médicaments inconnus qui abrutissaient leur esprit, brouillaient leur vision et endolorissaient leurs muscles, entre autres effets secondaires.

Dans le second document, les conditions de libération sont décrites ; elles interdisent aux sujets d’exposer ce qu’ils ont vécu, que ce soit en écrivant sur Internet, en parlant aux médias ou en rencontrant des représentants diplomatiques étrangers.

Avertissement

Le nombre de cas de RSDL est en augmentation. Selon le rapport, il y a eu 5 810 cas en 2020 sur la base de données des tribunaux chinois, soit un bond de 91 % par rapport à 2019. La tendance à la hausse s’est poursuivie en 2021 sur la base des premières données, a déclaré M. Dahlin dans un courriel adressé à Epoch Times.

« Nous ne connaissons pas avec certitude la raison de la poussée spectaculaire de la RSDL en 2020 », a écrit M. Dahlin. « Une première hypothèse est bien sûr qu’en raison des restrictions dues au Covid-19, la police a commencé à privilégier la RSDL pour limiter l’exposition entre les détenus et la police. »

« Parallèlement, l’année 2020 a été marquée par une augmentation spectaculaire de la nécessité de contrôler l’information, c’est-à-dire de faire taire ceux qui parlent ‘à tort et à travers’, notamment en ce qui concerne la propagation et la gestion du virus, ce qui pourrait également expliquer une partie de cette augmentation », a ajouté M. Dahlin.

L’année dernière, le régime chinois s’en est pris à des citoyens journalistes qui avaient couvert en direct les épidémies du virus du PCC, communément appelé nouveau coronavirus. Par exemple, Zhang Zhan a été condamnée à quatre ans de prison en décembre, tandis que d’autres, comme Fang Bin, ont disparu après avoir été arrêtés.

Pour éviter d’être pris au piège du système, M. Gardner a déclaré que les gouvernements peuvent protéger leurs citoyens en leur disant de ne pas se rendre en Chine.

Actuellement, les conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères sur la Chine avertissent les citoyens américains qu’ils peuvent être détenus par les autorités chinoises « sans avoir accès aux services consulaires américains ou à des informations sur leur crime présumé ».

M. Gardner a ajouté : « Toutes les démocraties devraient s’informer sur la véritable étendue des violations des droits de l’homme en Chine, y compris la réalité de la RSDL, et s’unir fortement pour s’opposer aux violations des droits de l’homme en Chine par des actions, y compris des sanctions punitives telles que les applications de la loi de Magnitsky. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé