Des chercheurs proposent de construire des pales d’éoliennes recyclables en oursons en gélatine

26 août 2022 Mis à jour: 26 août 2022
FONT BFONT SText size

Des chercheurs ont créé une résine composite qui, selon eux, pourrait être utilisée dans les pales d’éoliennes et ensuite recyclée – ou surcyclée – dans une variété de produits, comme des comptoirs, des couches voire des oursons en gélatine.

Les scientifiques de l’université d’État du Michigan (MSU) ont publié leurs résultats lors d’une rencontre de l’American Chemical Society (du 21 au 25 août). Selon eux, le matériau peut être réutilisé « encore et encore dans une boucle infinie ».

« C’est l’objectif de l’économie circulaire », a déclaré John Dorgan, expert en matériaux polymères au College of Engineering de la MSU.

Les responsables politiques et les scientifiques s’efforcent de trouver des solutions pour faire face à la montagne « de lames [d’éoliennes] usagées » qui seront créées dans le cadre de la campagne mondiale en faveur du « zéro émission nette ».

Actuellement, on estime qu’environ 40 millions de tonnes de  pales usagées devront être éliminées d’ici 2050.

Les éoliennes ont une durée de vie d’environ 20 à 25 ans, et lorsqu’elles sont retirées du service, elles sont éliminées de l’une des trois manières suivantes : recyclage, incinération ou mise en décharge – cette dernière pratique sera interdite en Europe d’ici 2025.

La mise en décharge de pales usagées reste le moyen le plus courant de s’en débarrasser. Les spécialistes annoncent que seuls 30% des matériaux composites en fibre de carbone ou en fibre de verre utilisés dans les pales des éoliennes peuvent être réutilisés actuellement – la plupart des matériaux recyclés sont utilisés dans l’industrie du ciment comme matériau de remplissage.

Cependant, malgré les difficultés liées au recyclage, les pales d’éoliennes sont toujours plus nombreuses et plus grandes.

« Les pales d’éoliennes plus grandes sont plus efficaces, et les entreprises en fabriquent donc de plus en plus grandes », a déclaré M. Dorgan dans un communiqué de presse. « Souvent, les parcs éoliens vont en fait remplacer les pales d’éoliennes avant la fin de leur durée de vie, car les parcs peuvent produire plus d’électricité avec des pales plus grandes. »

Une pale actuelle peut être aussi longue que la moitié d’un terrain de football.

Une pale d’éolienne de 75 m de long, exposée telle une sculpture au Queen Victoria Square à Hull le 8 janvier 2017, en Angleterre. (Christopher Furlong/Getty Images)

Quelle est l’utilisation de la nouvelle résine ?

M. Dorgan et ses collègues ont créé un nouveau matériau combinant les fibres de verre avec un polymère synthétique d’origine végétale. Ce matériau est suffisamment solide pour être utilisé dans les pales de turbines et les automobiles, mais peut aussi être refondu dans d’autres produits.

Pour certaines utilisations, la résine est mélangée à différents matériaux pour créer de la pierre de culture qui peut être utilisée dans les comptoirs et les éviers. Dans un autre cas, le matériau est broyé et mélangé à des résines plastiques pour le moulage par injection, qui peuvent ensuite être utilisées dans des housses d’ordinateurs portables et des outils électriques.

De plus, la digestion de la résine dans une solution alcaline a libéré du polyméthacrylate de méthyle – courant dans les fenêtres et les feux arrière des voitures. La digestion alcaline produit également du lactate de potassium, qui peut être purifié et transformé pour les friandises et les boissons sportives.

« Nous avons récupéré du lactate de potassium de qualité alimentaire et l’avons utilisé pour fabriquer des bonbons en forme d’oursons, que j’ai mangés », a déclaré M. Dorgan.

Il a admis qu’il y avait un certain « facteur beurk » à manger des bonbons fait à partir d’une éolienne, mais il a ajouté que pour lui, c’était un peu comme manger des atomes de carbone dans le maïs ou l’herbe, n’étant « pas différents » des atomes de carbone des combustibles fossiles.

« Tout cela fait partie du cycle mondial du carbone, et nous avons montré que nous pouvons passer de la biomasse dans les champs à des matériaux plastiques durables et revenir aux denrées alimentaires. »

Les chercheurs vont poursuivre leurs essais.

D’autres idées pour faire face à l’imminence des problèmes de déchets comprennent un programme de gestion des produits, proposé par le professeur Peter Majewski de l’université d’Australie du Sud, dans lequel les consommateurs et les entreprises sont invités à payer pour rendre le recyclage en fin de vie plus viable économiquement.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé