Des archéologues découvrent un des plus anciens hiéroglyphes égyptiens

30 juin 2017 Mis à jour: 3 juillet 2017
FONT BFONT SText size

Un groupe d’archéologues a fait la découverte de pierres magnifiquement sculptées, comprenant des hiéroglyphes primitifs monumentaux remontant d’une culture égyptienne vieille de 5200 ans, a annoncé le site internet de l’université de Yale.

L’importante découverte a été faite par une expédition conjointe de cette même université et du Musée royal d’art et d’histoire de Bruxelles, durant leurs explorations de la cité égyptienne de Elkab. Les inscriptions ont été découvertes dans une région située dans le désert au Nord de la cité.

Le co-directeur du projet Elkab Desert Survey, professeur du département de Langues et Civilisations du Proche-Orient de Yale, John Coleman Darnell, a annoncé que ces inscriptions n’avaient jamais été enregistrées par d’autres expéditions. Elles sont d’une grande importance dans l’histoire des systèmes d’écriture de l’antiquité et de l’énigmatique civilisation égyptienne.

La grande importance de cette découverte est que « ce site récemment découvert contient certains des plus larges et anciens signes des étapes de la formation de l’écriture des hiéroglyphes et montre comment les anciens égyptiens ont inventé leur système d’écriture unique », indique Darnell.

Les égyptologues ont été très surpris par l’immense quantité de tableaux individuels, ainsi que par les éléments individuels de ces gravures.

Darnell explique qu’il n’a jamais pensé découvrir quelque chose de semblable. Il n’avait pas imaginé que dans les premiers jours des hiéroglyphes, les Égyptiens aient écrit sur une telle échelle monumentale, rapporte Fox News.

« C’est la première fois qu’on les voit sur une échelle si massive. Ces hiéroglyphes individuels mesurent tous plus d’un demi mètre de hauteur et le cadre entier fait  près de 70 cm de hauteur », ajoute-t-il.

Ces hiéroglyphes surprennent en raison de leur taille et par leur importante différence de ceux précédemment découverts, dont la taille est approximativement de 2 cm de hauteur.

L’art sur la pierre

L’art gravé sur les pierres montre les inscriptions antiques et impressionnantes, certaines remontant jusqu’à 4000 – 3500 av. J.-C..

John Coleman Darnell le co-directeur du projet a annoncé la découverte à Elkab d’inscriptions monumentales (Yale News)

Parmi les gravures se trouve un troupeau d’éléphants, parmi lesquels un spécimen femelle en gestation, représentée d’une manière « incroyablement rare » dans les mots des égyptologues en ce qu’elle porte un petit éléphant en elle.

« Les archéologues ont également identifié un groupe de quatre signes créés vers 3250 av. J.-C. et écrit de droite à gauche – la direction dominante de l’écriture dans les textes égyptiens postérieurs – représentant des images d’animaux avec la tête d’un taureau en position basse suivies de deux cigognes dos à dos, avec un oiseau ibis chauve entre-elles », mentionne l’article.

Ces inscriptions – jamais enregistrées par une autre expédition – sont d’une grande importance dans l’histoire des systèmes d’écriture de l’antiquité et de l’énigmatique civilisation égyptienne.

On peut se demander si ces gravures ont une signification spéciale. Pour Darnell, cet arrangement de symboles « est commun dans les représentations égyptiennes du cycle solaire postérieures et avec le concept de luminosité ». En même temps ils peuvent exprimer le concept de l’autorité réelle sur le cosmos ordonné, a-t-il expliqué.

L’archéologue a indiqué que les hiéroglyphes ont des similitudes avec les premiers hiéroglyphes connus dans une tombe à Abydos, en Égypte.

Elkab et sa ville jumelle Hierakonpolis sont situées de part et d’autre du Nil et étaient des centres de communication très importants dans l’Égypte ancienne. (Wikipedia)

D’autre part Elkab et sa ville jumelle Hierakonpolis sont situées de part et d’autre du Nil et étaient des centres de communication très importants dans l’Égypte ancienne. Ces découvertes démontrent que le système de communication dans cette région était bien plus développé et rapide qu’on ne le pensait.

En fait, Darnell explique que cela indique que « l’écriture des hiéroglyphes était géographiquement répandu et était localement diversifié au moment de son développement ou peu après », en ajoutant qu’on pensait précédemment qu’il était surtout utilisé pour un usage bureaucratique. « Cela suggère également qu’il y a un usage bien plus répandu du système d’écriture primitif qui indique d’autres matériaux archéologiques conservés », indique-t-il.

Les membres de l’expédition ont localisé ces inscriptions sur des routes tracées en pierre qui étaient basées sur le réseau de routes en Égypte.

La grande importance de cette découverte repose dans le fait que  « le site d’art rupestre récemment découvert de El-Khawy a conservé certains des  signes les plus anciens et les plus grands des étapes de la formation de l’écriture hiéroglyphique et fournit des indications de comment les anciens Égyptiens ont inventé leur propre système d’écriture unique. »

« La plupart des inscriptions sur pierre en Égypte que Darnell a vu – rapporte-t-il – ne sont pas placés aléatoirement : la plupart des inscriptions sont situées le long des routes majeures, où des routes parallèles au Nil se dirigent vers le désert. Elles sont généralement à une jonction ou à un carrefour », indique le site de Yale.

Darnell fait remarquer que les hiéroglyphes précédemment découverts faisaient généralement 2 cm de hauteur. La différence avec ceux récemment découvert est impressionnante.

Il semble que ces indications ont été laissées dans le but que quelqu’un puisse les rencontrer à nouveau.

De plus, une nouvelle technique d’enregistrement développée à Yale a joué un rôle majeur dans ce projet. Elle a été créée par Alberto Urcia, un archéologue digital et scientifique associé au département de Langues et Civilisations du Proche-Orient, en association avec Darnell.

Urcia a créé une série d’images en 3D des inscriptions de photographies prises sur le site. Elles ont permis d’enregistrer le site avec un niveau de précision et de détails auparavant impossible, selon Darnell. Cela veut dire qu’on peut enregistrer le site comme un lieu, et non juste comme une série d’inscriptions.

Cette convergence de la technologie moderne dévoile le passé, ouvrant la porte à des explorations futures et de nouvelles possibilités de réponse aux énigmes de l’une des civilisations les plus intéressantes au monde.

Elle génère également de nouvelles questions pour l’équipe d’archéologues et d’égyptologues : qui a gravé ces hiéroglyphes colossaux ? Dans quel but ? Ont-elles des significations plus profondes que celles que nous leur avons accordé jusqu’à présent ?

Version espagnole

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé