Des aliments pour le cerveau qui réduisent le risque de développer la maladie d’Alzheimer

4 décembre 2019 Mis à jour: 4 décembre 2019
FONT BFONT SText size

La maladie d’Alzheimer est l’une des maladies qui croît le plus rapidement dans le monde moderne. Elle se caractérise par une dégénérescence massive du cerveau qui provoque des altérations de la mémoire, de la cognition et de la personnalité. En fin de compte, la maladie d’Alzheimer cause la mort. En France, près de 3 millions de personnes sont directement ou indirectement touchées par la maladie d’Alzheimer. Agissez dès maintenant pour prévenir et renverser la maladie d’Alzheimer au moyen de stratégies naturelles.

La maladie d’Alzheimer paralyse le cerveau au point où aucun nouveau souvenir ne peut se former. Au stade final de la maladie d’Alzheimer, les personnes atteintes ne peuvent répondre à leurs besoins les plus fondamentaux. La plupart des individus survivent de 5 à 10 ans.

Illustration. (StockSnap/Pixabay)

La maladie d’Alzheimer crée un énorme fardeau économique

Ces personnes ont besoin de soins constants, ce qui crée un énorme fardeau économique pour la famille. De nouveaux rapports montrent que plus de 15 millions d’Américains prennent soin d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. C’est un fardeau financier, physique et émotionnel énorme. Celui qui doit prendre soin d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer dépensera chaque année plus de 45 144 €.

La recherche a démontré que le développement et l’évolution de la maladie d’Alzheimer sont fortement influencés par des facteurs liés au mode de vie. Une étude récente publiée dans le Journal of Alzheimer’s Disease a confirmé des rapports antérieurs selon lesquels la maladie d’Alzheimer se caractérise par une inflammation chronique et une résistance à l’insuline dans le cerveau. Les chercheurs ont intitulé ce modèle pathophysiologique de diabète de type 3.

Mauvaise signalisation de la glycémie

Ces chercheurs ont découvert que l’interruption des schémas de signalisation de la glycémie entraîne une augmentation de la glycémie et la formation de produits finaux glycolytiques avancés (AGEs). Les AGE sont hautement inflammatoires et provoquent des destructions massives dans tout l’organisme et ont une affinité pour les tissus neurologiques. Les AGE détruisent la fonction des membranes cellulaires et endommagent l’activité des récepteurs de l’insuline, créant un cercle vicieux d’hyperglycémie et de stress inflammatoire.

Illustration. (garavitotfe/Pixabay)

Le cerveau est principalement constitué d’eau, de graisse et de cholestérol. Tous ces éléments sont essentiels à la promotion d’un fonctionnement sain du cerveau et à la reconstruction d’un cerveau endommagé.

Le bon régime alimentaire pour combattre la maladie d’Alzheimer doit être riche en :

1. Plantes denses en phytonutriments

2. Matières grasses saines

3. Sources saines de protéines

Les sources saines de matières grasses comme la noix de coco, l’avocat, l’huile d’olive et les noix et graines germées devraient jouer un rôle central dans l’alimentation pour favoriser un fonctionnement sain du cerveau.

Protéines propres et super-alimentaires

Les protéines saines comprennent la viande rouge nourrie avec de l’herbe et du poulet biologiques, de la dinde et des œufs. (DanaTentis/Pixabay)

Les protéines saines comprennent le poisson sauvage péché, la viande rouge nourrie d’herbe, le poulet, la dinde et les œufs biologiques. Le bœuf nourri à l’herbe regorge d’acides gras oméga-3 à longue chaîne, de gras saturés, de cholestérol, de vitamine B12 et d’acide linoléique conjugué, qui sont tous nécessaires au bon fonctionnement neurologique. De plus, le bœuf nourri à l’herbe contient de la carnosine, le saumon sauvage contient de l’astaxanthine et les œufs biologiques contiennent du rétinol, de la lutéine et de la zéaxanthine. Ces antioxydants liposolubles protègent le cerveau et les tissus neurologiques des AGE et autres radicaux libres nocifs.

Les produits laitiers fermentés crus à 100 % provenant d’animaux nourris à l’herbe, comme l’amasai, le kéfir, le fromage et le lactosérum, regorgent de nutriments qui construisent le cerveau, protègent l’intestin et dégonflent l’organisme. Les épices super nutritives comme le curcuma, la cannelle, le clou de girofle, l’origan, le romarin, le thym, le gingembre, le basilic, le boswellia, etc. devraient être utilisées autant que possible.

Les épices super-alimentaires comme le curcuma, la cannelle, le clou de girofle, l’origan et le romarin devraient être utilisées autant que possible. (Taken/Pixabay)

De l’exercice régulier et de la vitamine D3

L’exercice régulier et l’exposition au soleil sont des facteurs extrêmement importants pour augmenter l’oxygénation, les hormones anti-vieillissement et les niveaux de vitamine D3. Un supplément de vitamine D3 de 10 000 UI par jour est souvent nécessaire. Des multi-vitamines alimentaires entières, le complexe de vitamines B, du zinc et du sélénium, ainsi que des probiotiques purifiés et des acides gras oméga-3 devraient également être utilisés.

Les personnes ayant eu des troubles du sommeil tout au long de leur vie sont à risque de développer la maladie d’Alzheimer ; le cerveau de ces personnes peut avoir subi une réduction des systèmes de signalisation de la mélatonine. Il est essentiel d’établir un cycle de sommeil régulier, de se coucher tôt et de dormir 8 heures complètes. L’utilisation de certaines tisanes comme la racine de valériane, la camomille et la passiflore peut être particulièrement utile.

****

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé