L’une des plus belles légendes françaises : l’origine de la fleur de lys

8 mai 2022 Mis à jour: 11 mai 2022
FONT BFONT SText size

Imaginez un pays prenant pour emblème une fleur et que cette fleur soit portée par tous ses rois, générations après générations. Imaginez que cette fleur soit venue du ciel pour demander aux hommes d’être bienveillants les uns envers les autres. Vous ne rêvez pas, ce pays existe et il s’appelle la France. Cette fleur, la fleur de lys.

La fleur de lys est un symbole important dont la première légende fait remonter son origine à un ange, une reine et un ermite. Une autre légende parle d’un iris des marais qui aurait permis une victoire décisive à Clovis, il y a 1500 ans. De ces deux légendes, l’une divine et l’autre matérielle, remonte une histoire extraordinaire qui s’est perpétuée jusqu’à nous.

Aujourd’hui, on retrouve le symbole de la fleur de lys à travers toute la France, témoin d’un passé fabuleux et d’un lien millénaire avec ce qui nous dépasse.

Les origines légendaires de la fleur de lys

Il existe plusieurs légendes sur le choix de la fleur de lys. Ce symbole aurait été choisi à la fin du Ve siècle, au moment du baptême de Clovis et de la naissance de la France. Jusqu’alors les rois francs portaient sur leurs armoiries des icônes barbares représentant soit des crapauds soit des croissants.

Une première légende apparaît chez Antoine Lancelot, un historien et archiviste français du XVIIe siècle. Dans un poème en latin publié à l’occasion de la traduction de la Cité de Dieu de Saint Augustin, l’historien raconte que le symbole de la fleur de lys aurait été soufflé par un ange à l’oreille d’un ermite vivant près d’une fontaine, dans la forêt de Crüye (l’actuelle forêt de Marly). L’ange aurait transmis au saint homme un écu avec « trois fleurs de lis d’or sur champ d’azur », pour remplacer les armoiries de Clovis. Le saint homme, qui priait régulièrement avec la reine Clotilde, lui raconta sa vision céleste.

Cette légende est illustrée dans les enluminures « Les Heures de Bedford » réalisées en 1415 sur la demande de Louis de France, fils du roi Charles VI et mécène des arts. On voit sur l’enluminure l’ermite fléchissant respectueusement un genou devant Sainte Clotilde, pour lui donner le blason avec les trois fleurs de lys.

Clovis recevant la fleur de lys, Heures de Bedford, XVe siècle. (Domaine public)

Depuis son mariage avec Clovis, Clotilde ne cessait de déplorer les croyances barbares de son mari et s’efforçait de l’amener à croire en un dieu bienveillant plutôt qu’en un dieu guerrier. Ayant reçu ce qu’elle considéra comme un don du ciel, Clotilde profite d’un duel entre Clovis et un chef barbare monstrueux pour changer les armoiries de son mari par les trois fleurs de lys. Sur l’enluminure de Bedford, on voit la reine sagement assise aux côtés de Clovis et lui montrant l’écu. Malgré sa réticence à les porter, Clovis s’en revêtit et se sentit redoubler d’une vigueur qu’il n’avait pas connue auparavant. Témoignant à son épouse de cette force mystérieuse durant le combat, Clotilde lui expliqua que c’était le choix des fleurs de lys qui lui avaient donné la victoire.

L’iris jaune des marais sauve les armées de Clovis des Wisigoths

Une autre légende, toute aussi poétique, est rapportée par l’historien Louis Girard au début du XXe siècle.

En 507, la bataille de Vouillé oppose l’armée barbare des Wisigoths d’Alaric II à l’armée franque. Les guerriers de Clovis étant en sous nombre ont été repoussés dans les marais de la Vienne en crue. Alors que cette position était dangereuse, une biche est apparue de nulle part et traversa la Vienne au niveau d’un gué bordé de grands iris jaunes. La présence de ces fleurs jusqu’à la berge montrait un passage sur un sol stable qui pouvait être franchi par les armées de Clovis. Ce signe donné par les iris des marais se détachant sur le ciel bleu permit aux Francs de sortir de cette mauvaise passe et de battre les Wisigoths.

Bataille entre Clovis et les Wisigoths, Nationale Bibliotheek van Nederland (1325-1335). (Domaine public)

Dans cette légende, la naissance de la France a tenu à la simple présence d’une biche et d’une fleur dans un marais, montrant – à qui veut bien y croire – la formidable poésie que peut prendre le destin aux moments les plus désespérés. Cette victoire fut décisive et constitua l’acte définitif de la formation du royaume franc, étendant son vaste territoire de la Loire aux Pyrénées.

Selon l’historien Jean du Tillet dans son Recueil des rois de France (1566), les armoiries de la France furent changées au moment du baptême de Clovis par les trois fleurs de lys. Clovis reconnut dans cet iris des marais sur fond azuré le symbole de sa victoire et le choisit comme nouvel emblème de la France.

Ce don céleste des trois fleurs de lys sera transmis ensuite de générations en générations, de monarques en monarques, de dynasties en dynasties, jusqu’au milieu du XIXe siècle. Il reste encore aujourd’hui présent sur tout le patrimoine architectural de France et de Navarre, rappelant ces temps anciens où les hommes vivaient en harmonie avec la nature et les dieux.

L’iris des marais devient la fleur des rois et prend le nom de « fleur de lys »
Trois hypothèses expliquent l’utilisation du terme « fleur de lys » ou « fleur de lis » à la place de celui de l’iris des marais qui est pourtant, d’un point de vue botanique, plus juste.

Dans la première hypothèse, l’iris des marais poussait en abondance en Flandre, d’où est originaire le peuple franc, notamment près d’une rivière qui traversait Armentières et qui s’appelait la Lys. D’où le terme, la « fleur de Lys ».

Photo d’un iris des marais à gauche et d’un lys à droite. La structure de l’iris des marais a vraisemblablement inspiré le symbole de la fleur de lys il y a 1500 ans. Du fait de sa symétrie radiaire, quelle que soit la position où la fleur est observée, on peut toujours voir la même forme apparaître. Si la forme dessinée par la fleur est regardée du haut vers le bas, on retrouve la forme exacte du symbole de la fleur de lys. (LG, Epoch Times)

Dans la deuxième hypothèse avancée par le linguiste Charles Bruneau, la fleur de lys est en réalité la fleur d’iris qui se prononçait en néerlandais « lisbloem » ou en francique « lieschbloem ». Le terme ‘bloeme’ a été traduit par ‘fleur’, tandis que ‘liesch’ ou ‘lis’ a été conservé tel quel, donnait en français le terme « fleur de lis ».

Une troisième hypothèse remonte au choix de la fleur de lys comme symbole officiel de la royauté française au XIIe siècle par Louis VII. La fleur aurait alors été appelée « Flor de Loys » en ancien français, « fleur de Louis », ce qui aurait donné phonétiquement « fleur de lys ».

La continuité de la fleur de lys le long des 1500 ans de l’histoire de France

Dès sa naissance, le royaume de France a scellé son destin dans un lien (ou une interrogation) avec le divin.

Pendant plus de 12 siècles, le symbole de la fleur de lys a été considéré comme un don céleste aimé des rois et des hommes. Jusqu’à la Révolution, la fleur de lys s’affiche comme meuble héraldique sur les monuments, la monnaie, les tissus et tapisseries, les sculptures, les statues, les objets d’art, les peintures, l’architecture, les blasons des villes et des villages du royaume. Pour les rois, les trois fleurs représentaient les trois vertus ordinaires qu’ils devaient incarner : la valeur, la sagesse et la foi. Elles rappelaient siècle après siècle le devoir des souverains envers leur royaume, leur peuple et le respect qu’ils devaient avoir envers le divin.

Enluminure représentant Charles le Chauve avant 869, Psautier de Charles le Chauve, BnF, Département des Manuscrits (Domaine public)

Après Clovis, on voit apparaître la fleur de lys au IXe siècle sur le sceptre de Charles-le-Chauve, petit-fils de Charlemagne. Au XIIe siècle, Louis VII ordonna l’utilisation de vêtements fleurdelisés lors du couronnement de son fils Philippe en 1179. À partir du règne de Louis VII, la fleur de lys apparaît comme symbole officiel de la royauté française.

Le symbole du lys blanc apparaît au Moyen Âge (il s’agit du vrai lys cette fois-ci d’un point de vue botanique). Il est associé à l’image de pureté et de perfection de la Vierge Marie, sainte patronne du Royaume de France.

La Vierge Marie de Francesco Vanni (1588), représentée avec un lys blanc à ses côtés. (Domaine public)

Une autre mention des fleurs de lis est faite au XIVe siècle. En 1332, l’historien médiéval Philippe de Vitry décrit dans le Chapel des fleurs de lis que les trois fleurs symbolisent trois vertus: la science, la foi et la chevalerie (des valeurs propres aux vertus de cette époque). Quelques années plus tard, en 1338, dans le Roumant de la fleur de lis, le moine et poète Guillaume de Digulleville rapporte l’origine divine des fleurs de lys et le lien millénaire des rois et du peuple français avec la dimension céleste.

La fleur de lys se retrouve sur les chapes et les manteaux de Sacre des rois de France, des rois carolingiens à partir du IXeme siècle jusqu’aux derniers rois de la branche capétienne au XIXe.

Louis XIV avec son fils, vêtu d’une chape royale parsemée de fleur de lys dorées. Château de Versailles, Henri Testelin, 1667 (Domaine public)

Comme le lion, l’aigle, la croix ou la couronne, la fleur de lys est un symbole inséparable de l’histoire de France. Il cessa d’être un de ses symboles officiels sous la Révolution. Malgré un retour sous la Restauration, il sera définitivement abandonné après la révolution de Juillet (1830), lorsque le dernier roi de France, Louis-Philippe, adopta le drapeau tricolore comme héritage de la nation.

Le message intemporel de la fleur de lys

Dans notre monde moderne ultra-connecté, nous sommes de plus en plus déconnectés de la nature spirituelle de l’homme, de ses légendes et de son histoire. Celles-ci sont pourtant là pour lui rappeler d’où il vient et où il va.

Le symbole de la fleur de lys a-t-il été apporté par un ange à Clovis au Ve siècle ? Ou est-il le symbole non moins mystique d’une biche et d’une fleur des marais donnant une victoire décisive à la naissance de la France ?

Il appartient à chacun de croire à la version de l’histoire qui lui convient et de se rappeler que cette fleur de lys, que l’on voit partout dans nos rues et nos villages, porte des valeurs qui évoquent un passé glorieux et un éternel espoir dans un avenir meilleur. Cela dépendant bien sûr de la version de l’histoire à laquelle l’on croit.

La culture et l’histoire françaises sont notre bien commun, elles font partie de l’âme française, c’est-à-dire de l’âme de chacun de ses citoyens. Elles nous inspirent et nous rappellent d’être loyal, courageux et honnête, et de garder espoir dans les périodes les plus sombres de notre histoire. Elles montrent la grandeur et le destin de notre pays incarnés par un homme ou par une femme, comme il pourrait l’être par chacun.

Avec « Défendre la France », Epoch Times veut rappeler aux Français les valeurs et la riche histoire de notre nation. Si les Français cherchent à mieux comprendre la profondeur de leur histoire, son lien millénaire avec ce qui nous dépasse, ils trouveront alors une alternative profonde à la confusion du moment.

LIRE AUSSI

[Défendre la France] Clovis et la promesse millénaire de la France

Le Baptême de Clovis à Reims le 25 décembre 496, par François-Louis Dejuinne. (Domaine public)

[Défendre la France] Saint Michel terrassant le dragon, un message universel et millénaire

Saint Michel terrassant le démon, Raphaël, 1518. (Domaine public)

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé