Vaccination AstraZeneca : décès d’un étudiant nantais vacciné, le parquet de Paris saisi

28 avril 2021 Mis à jour: 28 avril 2021
FONT BFONT SText size

L’enquête pour déterminer les causes de la mort d’un étudiant en médecine plusieurs jours après avoir été vacciné avec le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 causé par le virus du PCC (Parti communiste chinois) a été transférée du parquet de Nantes au parquet de Paris, a annoncé ce mercredi l’avocat de la famille. 

Le 18 mars dernier à Nantes en Loire-Atlantique, Anthony Rio étudiant en médecine âgé de 24 ans, a été trouvé mort chez lui dix jours après avoir reçu sa première dose du vaccin AstraZeneca.

« On a saisi les parquets locaux dans un souci de rapidité de nos plaintes pour avoir des autopsies en leur demandant ensuite de transférer le dossier à Paris », a expliqué Me Etienne Boittin, avocat de la famille. « On a la confirmation écrite du transfert d’Anthony (l’étudiant nantais décédé le 18 mars, ndlr) et les autres dossiers devraient raisonnablement suivre le même sort », a ajouté l’avocat.

Le parquet de Paris dispose d’un pôle santé publique, ce qui n’est pas le cas du parquet de Nantes. Les résultats de l’autopsie du jeune homme décédé à 26 ans devraient être connus « d’ici quelques jours », rajoute-t-il.

Personnes de « moins de 60 ans » décédées en France

L’avocat dit être saisi d’une quinzaine de cas de personnes décédées en France après avoir été vaccinées à l’AstraZeneca, très majoritairement des « moins de 60 ans », a précisé l’avocat installé à Saint-Nazaire, soulignant que les familles des victimes sont désormais désireuses de « connaître les conclusions des autopsies ».

Lundi, l’Union européenne a annoncé avoir attaqué en justice le laboratoire AstraZeneca pour ne pas avoir tenu ses engagements sur les livraisons de son vaccin anti-Covid, une procédure que le groupe suédo-britannique a aussitôt jugée « sans fondement ».

L’utilisation du vaccin AstraZeneca a été restreinte dans la plupart des pays de l’Union européenne à cause des cas de thromboses qu’il peut provoquer. Le Danemark ne l’utilise plus.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé