Cuisiner pour guérir: le pouvoir tonique du gingembre

22 juin 2022 Mis à jour: 22 juin 2022
FONT BFONT SText size

Les herbes et les épices étaient utilisées par les cultures anciennes pour soigner le corps, l’esprit et l’âme. Bien que le monde occidental ait largement remplacé ces remèdes naturels par des produits pharmaceutiques, environ 80% des personnes dans le monde utilisent encore la médecine traditionnelle ou ancienne. Ce n’est pas surprenant si l’on considère que plus de 80% des produits pharmaceutiques sont dérivés ou développés à partir de produits naturels, y compris des plantes. Dans cette série, nous allons explorer le pouvoir de guérison des herbes et des épices tout en apprenant comment intégrer ces remèdes d’autrefois dans notre alimentation quotidienne.

Saviez‑vous que le gingembre était utilisé pour éloigner la peste au Moyen Âge ? Le gingembre était tellement apprécié qu’il était placé sur la table comme le sel et le poivre.

Le gingembre (Zingiber officinale Roscoe) est une plante herbacée aux tiges feuillues annuelle qui est utilisée comme plante médicinale depuis plus de 5000 ans et comme agent aromatisant dans les aliments depuis la nuit des temps. Les praticiens chinois et ayurvédiques l’utilisent depuis au moins 3000 ans pour ses propriétés anti‑inflammatoires. Le gingembre était également utilisé par les anciens Grecs et Romains pour ses propriétés médicinales.

Le gingembre a toujours été un important produit commercial en raison de ses qualités médicinales et aromatiques. Il a été exporté de l’Inde vers l’Empire romain, il y a plus de 2000 ans. Après la chute de l’Empire romain, le gingembre est resté très recherché. Aux 13e et 14e siècles, 500 grammes de gingembre coûtaient le même prix qu’un mouton.

Aujourd’hui, le gingembre est peut‑être mieux connu comme tonique digestif dans les bières au gingembre, ainsi que comme ingrédient essentiel des bonshommes en pain d’épices, dont on attribue l’invention à la reine Elizabeth I d’Angleterre.

La science moderne rattrape la sagesse ancestrale

Alors que le pouvoir de guérison du gingembre est exploité par les cultures anciennes depuis des milliers d’années, la médecine moderne a mis du temps à reconnaître ses bienfaits. Cependant, la perception du gingembre est en train de changer, car les scientifiques ont commencé à valider la sagesse des anciens par des études qui démontrent de nombreuses capacités de guérison.

Pour protéger le cœur

Dans une étude de 2015, des rats ont reçu un supplément de gingembre pendant 28 jours, suivi d’une induction d’infarctus du myocarde, c’est‑à‑dire d’une crise cardiaque. Par rapport aux témoins, l’intégrité structurelle et fonctionnelle du muscle cardiaque était largement préservée chez les rats supplémentés en gingembre. À des doses plus élevées de gingembre, le tissu cardiaque était apparemment presque « normal », même après l’infarctus.

En outre, la supplémentation en gingembre entraînait une augmentation des enzymes antioxydantes, ce qui suggère que le gingembre a pu prévenir les dommages causés au cœur et améliorer la capacité à se défendre contre le stress oxydatif provoqué par la crise cardiaque.

Le gingembre peut également réduire l’inflammation du cœur en régulant les gènes impliqués dans le développement de la cardiomyopathie induite par le diabète.

Par exemple, une étude publiée en 2020 a rapporté une réduction des niveaux de glucose sérique chez les rats après une supplémentation en gingembre. D’autre part, l’inflammation diminuait et le tissu cardiaque montrait des améliorations structurelles (c’est‑à‑dire moins de cicatrices) par rapport aux témoins.

De même, une étude publiée dans le Diabetes & Metabolism Journal a conclu que le gingembre « réduit de manière significative les anomalies structurelles du cœur chez les rats diabétiques. » Les chercheurs ont émis l’hypothèse que l’effet protecteur du gingembre sur le cœur pouvait être dû, en partie, à ses propriétés antioxydantes. Dans l’ensemble, les recherches disponibles suggèrent que le gingembre pourrait protéger le cœur des dommages causés par une crise cardiaque.

Protéger contre le vieillissement

Le stress oxydatif et l’inflammation jouent un rôle clé dans le processus de vieillissement. Par conséquent, le gingembre a été largement étudié comme agent antivieillissement en raison de sa capacité à protéger à la fois contre le stress oxydatif et l’inflammation.

Par exemple, le gingembre est constitué de deux composants actifs majeurs, le 6‑gingérol et le 6‑shogaol, qui présentent des effets antivieillissement en raison de leur puissante capacité à diminuer le stress oxydatif et l’inflammation.

Remède à la douleur

Une supplémentation en gingembre pendant trois mois a diminué les cytokines pro‑inflammatoires chez les patients souffrant d’arthrose, selon une étude publiée en 2016. Les chercheurs ont conclu que la supplémentation en gingembre pouvait être bénéfique pour l’arthrose du genou.

De même, le gingembre aurait réduit l’activité de la maladie et l’inflammation chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde après une supplémentation quotidienne en gingembre pendant 12 semaines, selon une étude publiée dans Gene en 2019.

Le gingembre a également atténué la douleur chez les femmes souffrant de dysménorrhée primaire, selon une étude publiée en 2009. Le gingembre s’est montré aussi efficace pour soulager la douleur que l’acide méfénamique et l’ibuprofène.

Combat les maladies chroniques

Il a été démontré que le gingembre contient de nombreux composés anti‑inflammatoires, selon une étude publiée en 2015. Les chercheurs ont conclu que les composés curatifs contenus dans le gingembre « pourraient être utilisés comme [un] médicament naturel potentiel contre le stress oxydatif et les maladies liées à l’inflammation.« 

De plus, le gingembre contient une activité antioxydante significative, selon une étude publiée dans Industrial Crops and Products. En réduisant l’inflammation et en renforçant la capacité antioxydante, le gingembre pourrait contribuer à prévenir et à faire reculer les maladies chroniques.

Combattre le cancer

Le gingembre « peut prévenir divers cancers », selon une étude publiée dans l’International Journal of Preventative Medicine.

Un examen complet publié dans Phytotherapy Research suggère que le gingembre peut lutter contre le cancer, car il présente « des activités antiprolifératives, antitumorales, invasives et anti‑inflammatoires. »

Les chercheurs ont conclu que le gingembre exerce ces actions curatives par le biais de la signalisation cellulaire, ainsi que de la régulation des processus oxydatifs et inflammatoires associés au cancer.

Par ailleurs, une étude publiée en 2021 a conclu que le gingembre pouvait contribuer à prévenir le cancer du côlon. Il a également été démontré que le gingembre diminue le développement et la progression du cancer du sein, du cancer du poumon, du cancer de la prostate et du cancer de la peau, sans aucune toxicité détectable dans les tissus normaux.

Favorise un microbiome intestinal sain

Le gingembre peut stimuler la diversité et l’abondance des microbes bénéfiques dans le tractus gastro‑intestinal, ce qui permet de conjurer les maladies chroniques et aiguës.

Par exemple, selon une étude publiée en 2020, 16 semaines de supplémentation en gingembre ont amélioré le microbiome de souris. Plus précisément, la supplémentation a entraîné une augmentation des espèces du genre Bifidobacterium.

Les bifidobactéries sont un groupe de bactéries bénéfiques qui sont normalement présentes dans certaines parties du tractus gastro‑intestinal. De faibles niveaux de bifidobactéries ont été associés à de nombreuses maladies, telles que les maladies rhumatismales, le syndrome métabolique, l’obésité, la stéatose hépatique non‑alcoolique, les infections gastro‑intestinales, le cancer colorectal, le syndrome du côlon irritable, les allergies, l’asthme et la fibrose kystique.

En fait, les Bifidobacterium ont un impact si puissant sur la santé humaine que certaines souches sont couramment utilisées dans les suppléments probiotiques. Étant donné que les niveaux de Bifidobacterium ont tendance à diminuer avec l’âge, et qu’il a été démontré que le gingembre augmente ces niveaux, le gingembre peut être utile pour lutter contre la perte de ces puissants probiotiques liée à l’âge.

Prévenir et traiter les maladies inflammatoires de l’intestin (MII)

Selon une étude publiée dans Biomaterials, le gingembre « réduit la colite aiguë, améliore la réparation intestinale et prévient la colite chronique et le cancer associé à la colite » chez les souris.

De plus, le gingembre réduisait l’inflammation et favorisait un effet de guérison sans aucun signe de toxicité.

Les chercheurs ont conclu que le gingembre représente « un nouveau mécanisme d’administration naturel pour améliorer la prévention et le traitement des MII, avec l’avantage supplémentaire de surmonter les limitations telles que la toxicité potentielle. »

Aide à prévenir les maladies neurodégénératives

Dans une étude publiée dans Food Chemistry en 2013, il a été démontré que le gingembre diminuait la neuroinflammation, qui est une inflammation au sein du cerveau ou de la moelle épinière.

En outre, une étude parue dans Neuropharmacology a conclu que le gingembre « est un agent thérapeutique efficace pour traiter les maladies neurodégénératives. »

Il a été démontré que le gingembre inhibe l’inflammation en diminuant la production de cytokines pro‑inflammatoires et de prostaglandine E(2), et qu’il supprime la réponse inflammatoire (c’est‑à‑dire l’activation microgliale) normalement induite lors de l’exposition à une neurotoxine. Ainsi, le gingembre présente des effets neuroprotecteurs significatifs.

Lutte contre l’obésité

Une supplémentation quotidienne en gingembre pendant 12 semaines a entraîné une perte de poids, une diminution de l’insuline sérique et une diminution de la résistance à l’insuline accompagnée d’une amélioration de la sensibilité à l’insuline par rapport au groupe placebo, selon une étude publiée dans l’European Journal of Nutrition.

De même, une étude publiée en 2015 a conclu que le gingembre « a un potentiel dans la gestion de l’obésité. » Après 12 semaines de supplémentation quotidienne en gingembre, le poids corporel, l’indice de masse corporelle et l’appétit ont diminué par rapport au groupe placebo.

Combattre le diabète

Une supplémentation en gingembre pendant 10 semaines aurait permis de diminuer la glycémie à jeun et l’hémoglobine A1c chez les patients atteints de diabète de type 2, selon une étude publiée dans l’International Journal of Endocrinology and Metabolism.

De même, une étude publiée en 2015 a rapporté une amélioration de la glycémie à jeun et de l’hémoglobine A1c chez des patients diabétiques de type 2 après une supplémentation quotidienne en gingembre pendant 12 semaines.

Protège le foie des dommages causés par les insecticides

Une étude publiée en 2021 a conclu que le gingembre protégeait le foie des rats contre les lésions provoquées par un insecticide après 30 jours de supplémentation en gingembre.

Par rapport au groupe témoin, le gingembre a réduit le niveau de stress oxydatif causé par l’insecticide et a empêché les dommages aux tissus du foie.

Étant donné que plus de 90% des Américains présentent des niveaux détectables de biomarqueurs de pesticides dans leur organisme, le gingembre peut être un ajout bénéfique au régime alimentaire pour aider à protéger le foie de ces toxines.

Antibactérien

Des études ont confirmé l’activité antibactérienne du gingembre contre de nombreux microbes, tels que : Staphylococcus aureus et Streptococcus pyogenes, ainsi que Escherichia coli et Salmonella typhi.

Le gingembre inhibe également la croissance de Pseudomonas aeruginosa, une bactérie qui peut former des biofilms dans le corps humain et qui devient plus difficile à traiter avec des antibiotiques en raison de la résistance croissante aux antibiotiques. Le gingembre peut donc constituer une alternative viable.

Diminue les nausées et les vomissements pendant la grossesse

Selon une étude publiée dans Midwifery en 2009, le gingembre s’est révélé plus efficace que la vitamine B6 pour soulager les nausées et tout aussi efficace pour réduire les vomissements en début de grossesse.

Diminue les nausées, les vomissements et la fatigue associés à la chimiothérapie

Le gingembre peut être un « traitement adjuvant efficace contre les nausées induites par la chimiothérapie », selon une étude publiée dans Nutrients en 2017.

Les patients ayant reçu du gingembre pendant trois cycles de chimiothérapie ont rapporté une meilleure qualité de vie ainsi qu’une diminution des nausées, des vomissements et de la fatigue par rapport au groupe placebo. Aucun effet indésirable n’a été signalé.

Comment ajouter du gingembre dans notre régime alimentaire

Lorsque nous achetons du gingembre frais, il faut toujours choisir un produit biologique et s’assurer que la racine est ferme et humide. Il faut éviter les racines aplaties, car elles contiennent moins de jus.

Pour enlever la peau extérieure, il faut utiliser un éplucheur ou le dos d’une cuillère. L’éplucheur enlève une couche plus épaisse, ce qui entraîne des déchets. Cependant, il s’agit souvent d’une méthode plus rapide et plus facile.

Si la peau est difficile à peler, on peut faire tremper le gingembre dans de l’eau chaude pendant quelques minutes pour ramollir la peau.

Des façons simples d’incorporer le gingembre dans son alimentation :

Salades ou sauces : hacher, râpez, émincer ou trancher le gingembre frais pelé directement dans les salades et sauces, comme les marinades.

Sauté : râper ou émincer le gingembre pelé et ajouter aux aliments sautés pendant les deux dernières minutes de cuisson.

Thé au gingembre : ajouter un morceau de gingembre frais (pelé et finement tranché) à 2 tasses d’eau bouillante. Couvrir et faire bouillir pendant 5 minutes. Retirer le gingembre et ajoutez une goutte de miel cru et local (facultatif) ainsi que le jus d’un quartier de citron biologique. Déguster chaud.

Gingembre mariné : à l’aide d’un économe, retirer et jeter la pelure de 170 grammes de gingembre. Continuer à peler le gingembre en gros morceaux. Placer les gros morceaux dans un bocal propre et mettre de côté. Combiner ½ tasse d’eau, 1/3 de tasse de vinaigre de cidre de pomme, 3 cuillères à soupe de sucre de coco ou d’érable et ¼ de cuillère à café de sel dans une petite casserole. Faire cuire à feu moyen en fouettant jusqu’à ce que le sucre se dissolve et que le liquide bout. Verser sur les morceaux de gingembre et laissez refroidir avant de couvrir. Ensuite, tourner et secouer doucement le bocal jusqu’à ce que le gingembre soit complètement submergé. Conserver au réfrigérateur toute la nuit avant de consommer. Servir froid sur des sushis ou une salade, ou manger cru.

Sirop de gingembre : porter à ébullition des quantités égales de sucre d’érable biologique et d’eau. Ajouter ensuite du gingembre fraîchement râpé (sans la pelure), laisser infuser pendant 10 minutes, puis filtrer. Ajouter le sirop aux smoothies ou à la limonade maison. Le sirop se conserve bien jusqu’à deux semaines au réfrigérateur.

Biscuits mous au pain d’épice sans céréales

Soyons honnêtes, parfois, on a juste envie d’un biscuit ! Alors, pourquoi ne pas en faire une version plus saine en ajoutant du gingembre ? Voici la recette de biscuits au pain d’épice. Ils sont délicieux !

Pour 20 biscuits

Ingrédients (bio si possible) :

1 tasse de farine de noix tigrée
1/4 de tasse de poudre d’arrowroot
1 cuillère à soupe de farine de noix de coco
2 cuillères à café de gingembre moulu
1/4 de cuillère à café de cannelle fraîchement moulue
1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
1 cuillère à soupe de gélatine provenant de vaches nourries à l’herbe ou 1 œuf
1/4 de tasse de mélasse noire non sulfurée
1/4 de tasse de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de sucre d’érable
2 cuillères à soupe de de beurre provenant de vaches A2, 100% nourries à l’herbe.

Préparation :

Préchauffer le four à 350 degrés.
À l’aide d’un batteur électrique, ajouter tous les ingrédients dans un bol. Mélanger à vitesse moyenne.

Déposer par cuillerées sur une plaque à biscuits. Facultatif : rouler les biscuits dans du sucre d’érable pour en enrober l’extérieur. Cela augmente la teneur en sucre du biscuit, mais lui donne le goût plus typique de biscuit au pain d’épices.

Faire cuire 6 à 7 minutes. Il faut au moins les laisser refroidir jusqu’à la température ambiante, car ils ont meilleur goût.

Précautions et interactions possibles

Les femmes enceintes ou qui allaitent devraient consulter leur médecin avant de consommer du gingembre. Bien que les effets indésirables du gingembre ne soient pas courants, les cas suivants ont été signalés : brûlures d’estomac, nausées, diarrhée, douleurs abdominales, ballonnements et gaz.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé