« Criminel, inhumain et contraire à notre éthique » : le Parlement européen adopte une résolution condamnant le prélèvement forcé d’organes en Chine

Par Eva Fu
7 mai 2022 Mis à jour: 14 mai 2022
FONT BFONT SText size

Le Parlement européen a adopté une résolution exprimant de « vives préoccupations » quant aux prélèvements forcés d’organes perpétrés par le régime chinois. Il a appelé les États membres à condamner publiquement ces atrocités.

« Le Parlement européen se déclare vivement préoccupé par les informations faisant état de la poursuite de prélèvements d’organes systématiques, inhumains et sanctionnés par l’État sur des prisonniers en République populaire de Chine et, plus particulièrement, sur des pratiquants de Falun Gong et d’autres minorités », peut‑on lire dans la résolution datant du 5 mai.

Les membres du Parlement ont estimé que « la pratique consistant à prélever des organes sur des prisonniers vivants dans le couloir de la mort et des prisonniers d’opinion en République populaire de Chine peut constituer un crime contre l’humanité ».

Après que les premiers rapports sur les prélèvements forcés d’organes à vif ont été publiés au milieu des années 2000, le régime chinois n’a cessé de nier ces faits. Il a également refusé l’accès aux établissements médicaux et aux centres de détention à toutes les personnes cherchant à vérifier ces affirmations.

Depuis lors, de nombreuses preuves ont été présentées dans un grand nombre de rapports et de témoignages, dont un jugement rendu par le tribunal indépendant présidé par Sir Geoffrey Nice, qui a précédemment dirigé à La Haye le procès contre Slobodan Milosevic.

En 2019 et 2020, ce « China Tribunal », basé à Londres, a conclu que des prélèvements forcés d’organes se produisaient en Chine depuis des années « à une échelle importante » et que les pratiquants de Falun Gong en détention, reconnus pour leur corps en bonne santé, étaient la « principale source » d’organes. Le rapport du tribunal a également noté que d’autres groupes minoritaires tels que les Ouïghours, les bouddhistes tibétains et les chrétiens des églises clandestines chinoises sont également victimes de ces atrocités.

Le Falun Gong est une pratique traditionnelle chinoise de Qi Gong comprenant des exercices, la méditation et le travail sur soi fondé sur les principes de vérité, de bonté et de patience. Elle est devenue très populaire en Chine dans les années 1990 et était encouragée par les autorités pour ses bienfaits sur la santé : les sources officielles estimaient à environ 70 millions le nombre de Chinois qui la pratiquaient. Cependant, craignant la popularité grandissante de cette pratique ainsi que son indépendance vis-à-vis du régime du Parti communiste, ce régime a lancé, en 1999, une répression à l’échelle nationale, accompagnée d’une immense campagne de désinformation et d’incitation à la haine. Des millions de pratiquants mis dans des camps et des prisons ont été soumis au travail d’esclave, aux tortures et utilisés comme une banque d’organes vivante destinée à alimenter le lucratif système de transplantations mis en place par l’État-parti chinois.

En 2021, un groupe d’experts indépendants – notamment les rapporteurs spéciaux du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme et les membres d’un groupe de travail sur la détention arbitraire – ont été « extrêmement alarmés par les rapports sur les ‘prélèvements d’organes’ visant des minorités, dont des pratiquants de Falun Gong, des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens qui sont détenus en Chine », a annoncé dans un communiqué cette organisation de l’ONU basée à Genève.

Une étude médicale parue en avril dernier dans l’American Journal of Transplantation a recensé des dizaines de publications chinoises qui parlaient de médecins prélevant des cœurs et des poumons destinés à la transplantation – et ce, sans suivre le protocole standard permettant d’établir la mort cérébrale. Cela signifiait que les gens ont été tués pour leurs organes et que les centaines de professionnels de la santé agissaient tels des « bourreaux » à la solde de l’État chinois, ont expliqué les auteurs de l’étude.

Des médecins transportent des organes frais pour une transplantation dans un hôpital de la province du Henan, en Chine, le 16 août 2012. (Capture d’écran via Sohu.com)

La résolution du Parlement européen note que le régime chinois a refusé de témoigner devant le China Tribunal. Elle dénonce aussi l’absence de contrôle indépendant permettant de vérifier si les détenus ont donné leur consentement et pointe du doigt le silence des autorités chinoises sur les rapports affirmant que les familles ne peuvent pas   réclamer le corps de leurs proches morts en détention.

Cette résolution de quatre pages est la première déclaration publique de l’Union européenne (UE) sur la question des prélèvements forcés d’organes depuis 2013, lorsque le Parlement européen a fait savoir à Pékin que ces atrocités étaient inacceptables. Outre leur condamnation publique, exigée de l’UE et de ses États membres, la résolution les invite « à prendre les mesures nécessaires pour empêcher le tourisme de transplantation en Chine de la part de leurs citoyens ». En outre, les institutions impliquées dans la transplantation devraient revoir la collaboration avec leurs homologues chinois en matière de médecine, de recherche et de formation.

Les droits de l’homme « ne sont pas une option »

Le 4 mai, Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, avait déclaré que les 27 pays de l’UE « condamnent avec la plus grande fermeté les prélèvements forcés d’organes, cette pratique criminelle, inhumaine et contraire à notre éthique ».

Si certains experts ont applaudi la résolution du Parlement européen, d’autres estiment que cette mesure ne résoudra pas le problème.

Torsten Trey, directeur exécutif du groupe de défense de l’éthique médicale DAFOH (Médecins contre le prélèvement forcé d’organes), a rappelé à Epoch Times que la communauté internationale passe la question sous silence depuis très longtemps.

« Trois ans se sont écoulés depuis que le China Tribunal a conclu que la Chine tue des gens pour leurs organes. Depuis plus de vingt ans, la Chine persécute les pratiquants de Falun Gong et a mis à mort d’innombrables personnes… Nous avons besoin d’actions sur la Chine, pas de reproches. La Chine a entendu ces reproches pendant vingt ans et les a ignorés », a‑t‑il martelé.

« À ce stade, le Parti communiste chinois est en train de défier l’Europe : est-ce que l’Europe fera des valeurs fondamentales et des droits humains une condition non négociable pour un partenariat, ou va‑t‑elle ignorer la pratique atroce des prélèvements forcés d’organes à vif ? »

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé