Crète : des empreintes de pieds humains vieilles de 5,7 millions d’années remettent en question la théorie sur les origines de l’Homme

8 mai 2019 Mis à jour: 8 mai 2019
FONT BFONT SText size

Des empreintes de pieds humains ont été trouvées sur un ancien littoral fossilisé en-dessous de l’île grecque de la Crète. Tout ce que les scientifiques connaissent actuellement sur le développement humain risque de devoir être repensé. Cette découverte fait suite à d’autres découvertes européennes récentes qui posent la question de savoir si l’Afrique a effectivement été le berceau de l’humanité.

Le fossile trouvé en Crète a 5,7 millions d’années. Cette découverte ne concorde pas avec les croyances des scientifiques qui suivent la théorie de l’évolution. Ces fossiles en Crète sont des empreintes de pieds d’êtres humains et non celles de singes, tel que News.com.au l’a relaté. Cela signifierait que l’humanité a une origine beaucoup plus ancienne que ce que l’on imaginait au départ et cela ouvrirait également une voie de développement différente, se déroulant à une époque et en un lieu sur terre qui seraient différents de ceux des théories préexistantes.

Le 7 juin 2017, des paléontologues travaillent près du site où une dent fossilisée à trois racines a été trouvée en 2002, près du village de Rupkite, en Bulgarie centrale. Crédit : NIKOLAY DOYCHINOV/AFP/Getty Images

La forme unique des empreintes de pas trouvées en Crète montre qu’il s’agit d’un pied d’être humain qui se tenait debout. La longue plante de pied, les orteils courts, un gros orteil, la voûte plantaire distinctive et l’absence de griffes de cette empreinte sont indéniablement humains. S’il s’agissait d’une empreinte d’un grand singe, elle ressemblerait plus probablement à une main humaine.

Cette découverte a de quoi surprendre car elle indique que les humains étaient sur terre plus tôt qu’on ne le pensait dans le passé. Elle montre aussi que les origines de l’humanité ne se trouvent peut-être pas en Afrique, en tout cas par rapport aux découvertes de fossiles plus anciens trouvés hors du continent africain. Cela pourrait avoir bien davantage de significations et pourrait indiquer de multiples lignées d’ascendance humaine.

Les scientifiques pensaient jusque-là que les empreintes humaines de 3,7 millions d’années trouvées en Tanzanie représentaient les découvertes les plus anciennes. Cependant, même ces empreintes ressembleraient davantage à celles d’une créature ressemblant à un singe qu’à celles d’un être humain.

Une petite équipe de chercheurs espère trouver des preuves de l’origine humaine alors qu’ils récupèrent avec précaution des fossiles dans l’argile dans un lit de rivière asséchée près du village de Rupkite. Crédit : NIKOLAY DOYCHINOV/AFP/Getty Images

Les empreintes ont été découvertes par le paléontologue du Polish Geological Institute (l’Institut géologique polonais) Gérard Gierlinski, alors qu’il était en vacances en Crète en 2002. Les empreintes ont fait l’objet de plus d’une décennie d’études depuis lors.

Les empreintes ont été réalisées alors que la Crète faisait encore partie du continent grec. Leur âge ainsi que leur position dans la couche sédimentaire où elles ont été découvertes ont été analysées à l’aide de foraminifères, une méthode d’analyse des micro-fossiles marins. Cette couche sédimentaire a été créée lorsque la mer Méditerranée s’est asséchée il y a 5,6 millions d’années.

Comme l’a rapporté le Telegraph, une autre découverte paléontologique récente qui a époustouflé les scientifiques est la découverte de fossiles vieux de 7,2 millions d’années dans une autre partie de la Grèce et en Bulgarie. Ils ont été classifiés comme appartenant à une famille d’ancêtres pré-humains, ce qui remet également en question l’idée que l’Afrique serait le premier ou le seul berceau de l’humanité.

Malgré les découvertes fréquentes, il y a encore des scientifiques qui rejettent l’idée que le berceau de l’humanité se trouverait en Europe.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé