Le Covid-19 en passe de devenir « une cause parmi d’autres du rhume » explique un professeur britannique

29 décembre 2021 Mis à jour: 29 décembre 2021
FONT BFONT SText size

Le Covid-19 est en passe de devenir « une cause parmi d’autres du rhume » et les personnes dont le test est positif devraient être autorisées à mener une vie normale comme elles le feraient pour n’importe quel autre rhume, a déclaré un professeur britannique de médecine .

Paul Hunter, professeur de médecine à l’Université d’East Anglia, a expliqué lors de l’émission BBC Breakfast du 28 décembre : « Le Covid n’est qu’un virus d’une famille de coronavirus, et les autres coronavirus produisent de nouveaux variants tous les ans environ. Et c’est presque certainement ce qui va se passer avec le Covid – en réalité, il va devenir une cause de rhume comme une autre. »

Selon le Pr Hunter, viendra l’heure où la déclaration quotidienne du nombre de cas de Covid-19 ne sera plus justifiée.

« Nous n’allons pas faire des rapports quotidiens sur les différents cas de rhume, dont le Covid fait partie », a-t-il observé, ajoutant que les restrictions pourraient être réduites une fois que le variant Omicron aura été traité, peut-être après Pâques.

Et d’ajouter : « Nous allons devoir laisser les personnes positives poursuivre leur vie normale, comme elles le feraient avec n’importe quel autre rhume. »

Selon lui il faudra tôt ou tard assouplir les règles d’isolement car la maladie « ne disparaîtra pas ».

Le 27 décembre, le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, a confirmé qu’aucune autre restriction liée au virus du PCC (Parti communiste chinois) ne serait imposée en Angleterre, du moins pas avant le nouvel an.

Le ministre de l’Environnement, George Eustice, a établit au 28 décembre que la hausse des infections dues à Omicron  impliquaient paradoxalement une baisse des hospitalisations. Le nombre d’hospitalisation est très inférieurs aux vagues précédentes.

« D’après ce que nous savons en Afrique du Sud, les hospitalisations sont moins nombreuses et le nombre de jours d’hospitalisation, s’il y en a une, est également inférieur à celui des variants précédents », a-t-il déclaré à l’émission Today de la BBC Radio 4.

« Pour le moment, nous ne pensons pas que la situation nécessite de nouvelles mesures en plus de celles qui sont en place », a-t-il avoué en ajoutant que son cabinet allait« surveiller cela de près ».

S’exprimant également dans l’émission Today, le professeur Sir John Bell, professeur Regius de médecine à l’Université d’Oxford, a soutenu la décision du gouvernement de ne pas imposer de nouvelles restrictions.

« Les scènes horribles que nous avons vues il y a un an – des unités de soins intensifs bondées, beaucoup de gens mourant prématurément – c’est maintenant de l’histoire ancienne à mon avis et je pense que nous devrions être rassurés sur le fait que cela va probablement continuer ainsi », a-t-il conclu.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé