Vaccin contre le virus du PCC : le géant pharmaceutique Français Sanofi servira les États-Unis en premier

13 mai 2020 Mis à jour: 15 mai 2020
FONT BFONT SText size

Le gouvernement américain « a le droit aux plus grosses pré-commandes », a annoncé Paul Hudson, directeur général du laboratoire français Sanofi.

Le géant pharmaceutique Sanofi servira les États-Unis en premier s’il trouve un vaccin contre le virus du PCC, puisque le pays « partage le risque » des recherches menées à travers un partenariat, a déclaré le 13 mai, le directeur général du laboratoire français Paul Hudson à l’agence Bloomberg.

Connu communément comme le nouveau coronavirus et responsable de la maladie infectieuse respiratoire appelée Covid-19, le virus du PCC s’est déclaré à Wuhan, en Chine, vers le mois de novembre. Il s’est répandu dans le monde entier à cause du Parti communiste chinois (PCC) qui a tout fait pour le dissimuler.

Ils « obtiendront les vaccins en premier »

Le gouvernement américain « a le droit aux plus grosses pré-commandes », a expliqué Paul Hudson, en raison de sa prise de risque dans la recherche d’un vaccin aux côtés du géant pharmaceutique. Ils « obtiendront les vaccins en premier », a poursuivi Paul Hudson, car « ils ont investi pour essayer de protéger leur population ». Une avance qui sera de quelques jours ou quelques semaines sur le reste du monde, a-t-il précisé.

« Sanofi dispose d’un ancrage industriel diversifié et international. Nous avons des capacités de production aux États-Unis, en Europe, notamment en France et ailleurs dans le monde. La production sur le sol américain sera principalement dédiée aux États-Unis et le reste de nos capacités de production sera alloué à l’Europe, à la France et au reste du monde », a précisé Sanofi dans un communiqué en soirée. « Nous nous sommes toujours engagés à ce que dans ces circonstances sans précédent, notre vaccin soit accessible à tous », a ajouté le laboratoire.

Le directeur général du laboratoire français Paul Hudson. (Photo : ERIC PIERMONT/AFP via Getty Images)

Des avancées encourageantes

« La coopération mise en place avec Barda (Autorité pour la recherche et développement avancée dans le domaine biomédical) aux États-Unis permet de démarrer la production du vaccin aussi rapidement que possible en parallèle du développement et de l’enregistrement du vaccin », selon le laboratoire qui salue « des avancées encourageantes depuis plusieurs semaines par la mobilisation de la commission européenne pour envisager des mesures similaires et accélérer le développement des vaccins et la mise à disposition des citoyens européens ».  « Nous avons des discussions très constructives avec les institutions européennes ainsi qu’avec les gouvernements français et allemand », a-t-il précisé.

Plus de 27 millions d’euros accordés

Sanofi, l’un des plus grands spécialistes des vaccins au monde, s’est lancé dans la course contre le nouveau coronavirus mi-février, avec l’annonce d’un accord de coopération avec l’Autorité pour la recherche et développement avancée dans le domaine biomédical (Barda), qui dépend du ministère américain de la Santé et a déjà levé 30 millions de dollars (27,6 millions d’euros) pour le programme.

L’agence avait déjà accordé 226 millions de dollars (208,4 millions d’euros) au laboratoire français en décembre, pour accroitre ses capacités de productions de vaccins contre la grippe, avance Bloomberg.

« CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR »

100 projets de vaccins à l’étude

Sanofi utilisera sa technologie de recombinaison de l’ADN pour « accélérer la mise au point d’un vaccin potentiel contre le Covid-19 », indiquait-il alors. À cet effet, le groupe s’est allié avec le britannique GSK, à travers une collaboration dont les deux laboratoires espèrent obtenir un résultat d’ici 2021.

Par ailleurs, le laboratoire français collabore également avec Translate Bio, une biotech américaine, qui développe des médicaments à base d’ARN messager, dans le but de mettre au point un autre type de vaccin contre le Covid-19.

Dans le monde plus de 100 projets de vaccins sont actuellement à l’étude, avec une dizaine d’essais cliniques déjà en cours.

 

— Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsable envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé