Le chômage partiel atteint un nouveau sommet de 8 millions de salariés… soit 3 millions de plus en une semaine

11 avril 2020 Mis à jour: 11 avril 2020
FONT BFONT SText size

En une semaine, 3 millions de salariés supplémentaires sont entrés dans ce dispositif mis en place pour aider les entreprises affectées par la crise du coronavirus et le confinement.

Nouveau record en pleine crise du virus du PCC (Parti communiste chinois), responsable de la maladie infectieuse respiratoire appelée Covid-19.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé sur son compte Twitter que le recours au chômage partiel a été demandé par 700 000 entreprises et associations pour 8 millions de salariés, soit 3 millions de plus en une semaine.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR »

 

« À ce jour, 8 millions de salariés et plus de 700 000 entreprises bénéficient du chômage partiel », a-t-elle tweeté. Ce chiffre représente « plus d’un salarié du secteur privé sur trois », a ajouté la ministre.

« Un investissement qui valait la peine »

En une semaine, trois millions de salariés supplémentaires sont entrés dans ce dispositif mis en place pour aider les entreprises affectées par la crise du virus du PCC et le confinement.

Le dispositif du chômage partiel permet au salarié d’être indemnisé à hauteur de 70% du salaire brut et 84% du salaire net.

Son coût, partagé entre l’État et l’Unédic, l’organisme qui gère l’assurance chômage, « sera très important, de plus de 20 milliards d’euros », avait indiqué vendredi sur RMC et BFMTV Mme Pénicaud, estimant que c’était « un investissement qui valait la peine » car il évitait des licenciements massifs.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé