Coronavirus : l’Autriche va abandonner la vaccination avec l’AstraZeneca

18 mai 2021 Mis à jour: 18 mai 2021
FONT BFONT SText size

L’Autriche va cesser d’utiliser le vaccin d’AstraZeneca, évoquant les problèmes de livraison et sa mauvaise réputation, après des décisions similaires de la Norvège et du Danemark qui avaient, eux, justifié leur choix par les risques rares mais graves de complications.

« Nous continuerons probablement à administrer de premières doses jusqu’à début juin, puis c’est tout. (…) AstraZeneca sera abandonné », a déclaré le 17 mai le ministre de la Santé, Wolfgang Mückstein, dans une émission télévisée sur la chaîne privée Puls 24.

Outre les retards de livraison persistants, qui ont déclenché l’ouverture par la Commission européenne d’une procédure judiciaire contre le laboratoire suédo-britannique, le ministre a mis en avant les réticences dans la population, à cause de très rares cas de thromboses que le vaccin peut provoquer.

L’Autriche, dont un tiers de la population de 8,9 millions d’habitants a à ce jour reçu une dose, a déjà passé commande de millions de vaccins pour 2022 et 2023 et compte principalement sur BioNtech/Pfizer et Moderna, qui utilisent la technologie de l’ARN messager.

Le Danemark avait décidé mi-avril de faire une croix sur AstraZeneca, premier pays en Europe à y renoncer, suivi en mai de la Norvège. La plupart des pays européens qui continuent d’utiliser le sérum ont assorti son usage de conditions d’âge. Pour rappel, le vaccin AstraZeneca a changé de nom, il s’appelle désormais Vaxzevria, a indiqué début avril l’Agence européenne du médicament. 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé