Conquérir son cœur : quelques leçons d’amour tirées du film « Un jour sans fin »

20 mars 2021 Mis à jour: 10 mai 2021
FONT BFONT SText size

Cette histoire commence durant un jour de la marmotte. Le météorologue et hyper-narcissique Phil Connors (Bill Murray) est envoyé à Punxsutawney, en Pennsylvanie, États-Unis, pour couvrir l’apparition annuelle de Punxsutawney Phil, la marmotte qui prédit chaque année l’arrivée du printemps. Malgré la foule nombreuse et joyeuse, Phil n’a que du mépris pour la ville, ses habitants et son festival. Pour lui, ceux-ci sont indignes de ses grands talents.

Il est accompagné du caméraman Larry (Chris Elliott) et de la productrice Rita Hansen (Andie MacDowell). Phil rabaisse Larry pour ses manières et son style, exige que Rita le traite comme une star et insulte les autres personnes qu’il rencontre dans le bed-and-breakfast réservé pour lui.

"Punxsutawney Phil" Looks For His Shadow At Annual Groundhog Day Ritual In PA
Le manipulateur AJ Dereume tient Punxsutawney Phil pendant les 133e festivités annuelles du jour de la marmotte, le 2 février 2019, à Punxsutawney, Pennsylvanie. (Jeff Swensen/Getty Images)

Une tempête de neige oblige le trio à rester à Punxsutawney, et c’est ici que le plaisir commence. Lorsque Phil se réveille le lendemain, il réalise lentement qu’il est piégé dans le temps, apparemment condamné à revivre le 2 février encore et encore. Au début, il se comporte comme un enfant dans cette distorsion du temps, fumant des cigarettes, mangeant des pâtisseries à la pelle, volant de l’argent, séduisant une femme et se faisant « tuer » plusieurs fois.

Au bout d’un certain temps, Phil se rend compte que le fait de revivre sans cesse la même journée peut lui permettre de s’améliorer. Il apprend à jouer du piano, à parler français et à sculpter des sculptures de glace. Il aide divers habitants de la ville, changeant chaque jour le même pneu pour trois femmes âgées, sauvant un garçon tombé d’un arbre et effectuant la manœuvre de Heimlich sur un homme qui s’étouffe dans un restaurant.

Mais surtout, Phil Connors apprend des choses sur l’amour.

Le narcissisme

Au cours des 50 dernières années, j’ai entendu des termes tels que « réalisation de soi », « faire son propre truc », « tu as ta vérité et j’ai la mienne », « estime de soi », « s’occuper d’abord de soi-même » et d’autres expressions qui vantent l’importance de l’individu.

Mais cette focalisation sur le moi est-elle saine ? Cherchez sur Google : « Le narcissisme est-il en hausse ? » et vous trouverez, site après site, des affirmations sur l’impact négatif de ce stress sur le moi. Les diagnostics cliniques de narcissisme et l’accent que nous mettons sur l’individualité, en particulier dans les sociétés occidentales, posent problème.

Phil Connors est le meilleur exemple de narcissique.

US actress Andie MacDowell answers journ
Andie MacDowell lors d’une conférence de presse à Valence, en Espagne, le 13 octobre 2005. (JOSE JORDAN/AFP via Getty Images)

Transformation

Après ses manigances juvéniles, Phil se confie à Rita, expliquant qu’il est coincé dans le temps. Il la convainc d’abord en lui racontant les histoires des gens dans le café où ils sont assis, qu’il a apprises au cours de ses nombreux jours répétés à cet endroit, mais sa preuve ultime vient lorsqu’il révèle ce qu’il a découvert sur Rita.

Rita : Et moi, Phil ? Tu me connais aussi ?
Phil : Je sais tout de toi. Tu aimes la production, mais tu vises plus haut que Channel 9 Pittsburgh.
Rita : Eh bien, tout le monde sait ça.
Phil : Tu aimes les bateaux, mais pas l’océan. Tu vas sur un lac l’été avec ta famille dans les montagnes. Il y a un long quai en bois, et un hangar à bateaux avec des planches manquantes sur le toit, et un endroit sous lequel tu avais l’habitude de ramper pour être seule. Tu aimes la poésie française et les strass. Tu es très généreuse. Tu es gentille avec les étrangers et les enfants. Et quand tu es debout dans la neige, tu ressembles à un ange.

Émerveillée par sa perspicacité, Rita promet de passer le reste de la journée avec Phil pour voir si sa présence peut rompre le sortilège. À un moment donné, dans un moment qu’il est facile de ne pas remarquer, elle dit à Phil : « Eh bien, parfois, j’aimerais avoir mille vies. Je ne sais pas, Phil. Ce n’est peut-être pas une malédiction. Ça dépend juste de la façon dont tu considères les choses. »

Lorsque Phil se réveille le lendemain matin, il est seul et toujours dans son piège temporel, mais il se lève du lit comme un homme transformé. Il apporte du café et des pâtisseries à Rita et Larry, traite Larry comme un être humain, commence des cours de piano et de sculpture sur glace, et se comporte avec gentillesse envers les habitants de la ville. Comme Ebenezer Scrooge dans le film  Le Drôle de Noël de Scrooge, Phil devient un homme bon.

L’amour fait des merveilles

La transformation de Phil est liée à ses sentiments pour Rita. Alors qu’elle s’endort chastement à ses côtés cette nuit-là, il lui murmure son amour en disant : « Je ne mérite pas quelqu’un comme toi. Mais si jamais je le pouvais, je jure que je t’aimerais pour le reste de ma vie. » Le lendemain, il cesse d’essayer de la manipuler ou de la séduire, et entreprend plutôt de gagner son cœur.

À notre époque où règne l’estime de soi, nous voulons que les autres – et même Dieu – nous aiment tels que nous sommes. À moins que nous ne soyons des saints, c’est une proposition déraisonnable. D’un seul regard sur moi-même, par exemple, je vois un homme qui, malgré son âge avancé, pourrait encore bénéficier de leçons afin de s’améliorer lui-même, qui par ses défauts a blessé les autres.

Ce soir-là, lors de la fête du Jour de la marmotte, Phil et Rita sont ensemble, lorsque plusieurs habitants de la ville les abordent pour remercier Phil de ses bonnes actions. Rita, qui ne se souvient pas des répétitions du 2 février que Phil a vécues, est stupéfaite par ces compliments. Plus tard, lorsque l’événement se transforme en vente aux enchères pour célibataires, elle « achète » Phil, qui l’emmène ensuite dans un parc et sculpte son visage dans la glace avec une telle ressemblance, qu’elle en a presque les larmes aux yeux. Ils retournent dans sa chambre où ils s’endorment à nouveau, et au matin, c’est au tour de Phil d’être émerveillé, car le 2 février est enfin devenu le 3 février, et Rita est à ses côtés. Ils vont manifestement passer le reste de leur vie ensemble et décident de s’installer à Punxsutawney.

Un changement du cœur

La capacité de Phil à changer pour le mieux et l’amour de Rita pour lui ont mis fin à son mystérieux calvaire. Il a appris à faire passer les autres avant lui, à développer ses talents et à remplacer le cynisme par la gentillesse.

Mais surtout, Phil a appris à aimer Rita. Plus tôt dans le film, il lui demande quelles sont les qualités qu’elle admire chez un homme :

Phil : Qu’est-ce que tu recherches ? Quel est l’homme idéal pour toi ?
Rita : Eh bien, tout d’abord, il est trop humble pour savoir qu’il est parfait.
Phil : C’est moi.
Rita : Il est intelligent, d’un grand soutien, drôle.
Phil : Intelligent, d’un grand soutien, drôle. Moi, moi, moi.
Rita : Il est romantique et courageux.
Phil : Moi aussi.
Rita : Il a un beau corps, mais il n’a pas besoin de se regarder dans le miroir toutes les deux minutes.
Phil : J’ai un beau corps, et parfois je passe des mois sans me regarder.
Rita : Il est gentil, sensible et doux. Il n’a pas peur de pleurer devant moi.
Phil : C’est bien d’un homme dont on parle, non ?

À la fin de Un jour sans fin, Phil Connors est devenu l’homme de rêve de Rita.

Jeff Minick a quatre enfants et un nombre croissant de petits-enfants. Pendant 20 ans, il a enseigné l’histoire, la littérature et le latin en cours à domicile à Asheville, en Caroline du Nord. Aujourd’hui, il vit et écrit à Front Royal, en Virginie, aux États-Unis.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé