Climat: à Davos, Trump fustige les « prophètes de malheur » devant Greta Thunberg

21 janvier 2020 Mis à jour: 21 janvier 2020
FONT BFONT SText size

La passe d’armes était annoncée et elle a eu lieu, au moins par discours interposés: le président américain Donald Trump a fustigé mardi à Davos les « prophètes de malheur » du climat, tandis que la militante Greta Thunberg a répété qu’il était temps de « paniquer ».

« Nous devons rejeter les éternels prophètes de malheur et leurs prédictions d’apocalypse », a martelé Donald Trump devant l’élite économique et politique du globe, réunie dans la douillette station de ski des Grisons (Suisse) au premier jour du 50e Forum économique mondial (WEF).

Devant le président américain, un auditoire de grands patrons et de responsables politiques mais aussi la jeune militante suédoise, invitée pour la seconde année consécutive à Davos.

Greta Thunberg a d’ailleurs ouvert peu après, dans l’après-midi, une session au titre sans équivoque: « Eviter l’apocalypse climatique ». 

Reprenant les expressions qui avaient impressionné Davos l’an dernier, elle a déclaré: « Notre maison brûle toujours. Votre inaction alimente les flammes heure par heure. »

Plus concrètement, Greta Thunberg a appelé à « cesser immédiatement tous les investissements dans l’exploration et l’extraction d’énergies fossiles », « cesser immédiatement toutes les subventions aux énergies fossiles », « pas en 2050, pas en 2030 ou même en 2021 », mais « maintenant ».

Les entreprises affluent de nouveau aux Etats-Unis

Donald Trump  lui, a vanté l’abondante production d’hydrocarbures et l’indépendance énergétique des États-Unis, assurant qu’il ne laissera pas « des socialistes radicaux » s’attaquer à l’économie américaine.

Comme lors de sa première venue à Davos en 2018, l’hôte de la Maison Blanche a réaffirmé sa politique de l’« America First », saluant la trêve signée la semaine dernière dans la guerre commerciale sino-américaine. « Nous nous aimons », a-t-il d’ailleurs assuré pour décrire sa relation avec le président chinois Xi Jinping.

« Le temps du scepticisme est terminé, les entreprises affluent de nouveau aux États-Unis.  Le rêve américain est de retour, plus fort que jamais », a-t-il assuré, évoquant une « prospérité  sans précédent ».

Le président américain doit également avoir à Davos des entretiens avec la présidente de la Commission européenne, ainsi qu’avec le président irakien, peu après la mort en Irak d’un puissant général iranien par les forces américaines.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé