Chine : un documentaire télévisé sud-coréen confirme que les prélèvements forcés d’organes continuent

De nouveaux témoignages sur les prélèvements forcés d’organes en Chine ont été diffusés dans un documentaire de la télévision sud-coréenne, et contredisent les affirmations par les officiels chinois de « l’inexistence » du phénomène.

Le documentaire, diffusé en Corée du Sud le 15 novembre, fait partie du programme « Investigation 7″, diffusé sur TV Chosun, une chaîne du câble affiliée à l’un des plus grands journaux sud-coréens, Chosun Ilbo. Les journalistes d’Investigation 7 ont mené une enquête sur les touristes médicaux sud-coréens qui voyagent en Chine pour une opération de transplantation d’organe.

L’équipe du tournage a visité un hôpital de Tianjin, dans le Nord-Est de la Chine, en prétendant chercher des informations pour un patient sud-coréen avec une maladie du rein ayant besoin d’une transplantation.

Le journaliste a filmé en caméra cachée ses interactions avec le personnel de l’hôpital, qui l’a informé qu’un organe pouvait être disponible en quelques semaines [vs plusieurs années en Europe] et que la période d’attente pouvait être raccourcie et le patient pouvait avoir un organe plus tôt, si la famille du patient acceptait de payer plus.

D’après un reportage primé du journal Epoch Times, les organes mobilisés dans les transplantations chinoises viennent principalement de prisonniers de conscience détenus en Chine pour leur foi, et prélevés de force. Cela comprend en premier lieu les pratiquants du Falun Gong, une pratique spirituelle interdite par le régime chinois et durement réprimée depuis 1999.

Les Ouïghours sont également victimes de ces prélèvements d’organes et sont, dans ce cadre, fréquemment sujets à des bilans sanguins et des test ADN, ainsi que parfois des individus simplement kidnappés dans les rues en Chine.

Prise de vue des salles d’opération dans le Premier Hôpital Central de Tianjin, filmées dans le documentaire sud-coréen (Capture d’écran via YouTube)

Le régime chinois a toujours affirmé que les organes provenaient soient de dons volontaires, soit dans le passé de prisonniers condamnés à mort.  Mais le nombre de transplantations d’organes effectuées dépasse de loin le nombre d’exécutions, qui a significativement baissé ces dernières années, et le nombre de dons spontanés, qui reste excessivement faible.

Les explications officielles sont donc loin de justifier l’augmentation du nombre de transplantations en Chine.

Le documentaire sud-coréen note également des discordances, citant des rapports précédents de chercheurs indépendants – et arrive aux même conclusions sur la probabilité qu’existe en Chine une « banque vivante » d’organes, constituées des prisonniers tués à la demande pour les opérations de transplantation.

Le reportage sud-coréen fournit de plus des témoignages directs venant directement du personnel des hôpitaux chinois et de médecins sud-coréens – qui font arriver à la conclusion que les prélèvements forcés d’organes continuent encore à large échelle, alimentés par des malades étrangers espérant prolonger leur vie.

Les officiels chinois ont assuré que l’usage des prisonniers comme source d’organes arrêterait à partir de janvier 2015. Ces engagements de réforme ont, en contrepartie, conduit au soutien du système de transplantation de Chine par l’Organisation Mondiale de la Santé et par une société savante internationale, la Transplantation Society. Le rapport d’enquête coréen contredit les affirmations de réforme.

Témoignages d’hôpitaux 

Le documentaire estime que depuis 2000, près de 2000 Sud-Coréens ont voyagé chaque année en Chine pour une opération de transplantation, un nombre significativement plus élevé que les informations d’une étude récemment publiée dans la publication médicale « Transplantation, » réalisée sur la base des données de suivi de leurs patients par les centres de transplantation sud-coréens.

L’équipe a voyagé dans un hôpital à Tianjin connu pour être populaire parmi les touristes médicaux sud-coréens, mais ne l’ont pas identifié par son nom. En se basant sur les images filmées de l’hôpital et sa description, il s’agit du Premier Hôpital Central de Tianjin, sur lequel Epoch Times a précédemment écrit. Il s’agit d’un bâtiment entièrement dédié aux transplantations d’organes, avec une capacité de 500 lits.

Prise d’un documentaire d’une télévision coréenne diffusée sur TV Chosun, du Premier Hôpital Central de Tianjin. (Capture d’écran via Youtube)

En arrivant à l’hôpital, le journaliste sous couverture est accueilli par une infirmière parlant coréen qui lui présente l’établissement. Une patiente sud-coréenne venant juste d’avoir son opération de transplantation explique au journaliste qu’elle n’a dû attendre que deux mois pour trouver un organe. Le fils de la patiente explique au journaliste qu’il n’a fallu que deux heures à l’organe pour arriver à l’hôpital depuis le lieu du prélèvement. Il raconte aussi que l’hôpital a différents prix pour différents organes et différents sérotypes [profils sanguins prédisant la compatibilité entre l’organe et son receveur.]

L’infirmière du Premier Hôpital Central de Tianjin, vue dans le documentaire. (Capture d’écran via YouTube)

Le journaliste demande alors combien de transplantations l’hôpital pratique généralement. L’infirmière répond que le jour précédent, trois transplantations de reins et quatre de foie ont été réalisées. S’il s’agit du volume quotidien moyen de transplantations à l’hôpital, celui-ci, qui travaille 7/7, aurait donc une activité annuelle d’environ 2500 transplantations.

Après que l’infirmière et un médecin en transplantation aient passé en revue les antécédents médicaux du patient sud-coréen supposé et confirmé que le patient peut bénéficier d’une transplantation, le journaliste demande combien de temps le patient devra attendre pour l’opération. L’infirmière réponde que cela dépend, mais que certains patients n’attendent qu’une semaine, avec une moyenne générale entre deux semaines et 50 jours. Elle ajoute alors que le processus peut être accéléré en faisant un don à « l’association caritative » de l’hôpital – en plus des frais d’opération.

Dans un échange glaçant, le journaliste demande si le patient pourra être garanti de recevoir l’organe d’une personne jeune. L’infirmière lui répond que l’hôpital ne transplante que des organes de personnes jeunes. Elle montre également au journaliste une aile réservée aux étrangers, révélant une pièce – spacieuse et bien aménagée – dédiée à un patient du Moyen-Orient dont les frais d’opération sont « pris en charge par le consulat. »

Elle informe aussi le journaliste que de nombreux proches des patients séjournent dans un hôtel proche, un bâtiment de 16 étages qui appartient à l’hôpital.

L’équipe d’enquête visite l’hôtel et parle avec un couple sud-coréen, dont l’un est un patient qui se remet de son opération. Le couple explique qu’un étage entier de l’hôtel est réservé aux patients coréens et à leurs proches.

Expérimentations humaines

Le programme enquête également également sur des informations selon lesquelles Wang Lijun, l’ancien chef de la police de Chongqing tombé en disgrâce, a supervisé des expérimentations humaines morbides pour développer de nouvelles méthodes de conservation des organes. Ceci a d’abord été documenté par l’organisme à but non lucratif World Organization to Investigate the Persecution of Falun Gong (WOIPFG).

L’équipe du documentaire visite donc l’hôpital de Chongqing et le laboratoire de recherche supervisé par Wang Lijun, et  découvre des plans suspendus au mur, qui décrivent une machine infligeant des lésions causant la mort cérébrale. Cette machine ressemble à celle brevetée sous le nom de Wang et découverte par la WOIPFG. Les brevets pour la machine de Wang Lijun sont disponibles en ligne, l’identifiant comme une « machine à mort cérébrale par percussion » .

Plans d’une machine induisant des lésions cérébrales mortelles, suspendus à l’hôpital de Chongqing que supervisait Wang Lijun, tels que vus dans le documentaire sud-coréen. (Capture d’écran via YouTube)

Lorsque le journaliste demande le but de la machine, le personnel du laboratoire confirme qu’elle est faite pour mettre des sujets humains en état de mort cérébrale, tout en gardant les autres organes de son corps en bonne santé.

Complicité de médecins en Corée du Sud

Les patients sud-coréens sont envoyés dans les hôpitaux chinois par des médecins coréens. L’équipe du programme visite donc un hôpital de Séoul où le médecin reconnait avoir conseillé à ses patients de visiter l’hôpital de Tianjin, mais qu’il ne le fait plus. Lorsqu’on lui pose la question de l’origine des organes, le médecin refuse de s’exprimer.

Interview d’un médecin dans un hôpital coréen. (Capture d’écran via YouTube)

Dans un autre hôpital non nommé, un médecin indique qu’il sait que les organes en Chine viennent de « prisonniers persécutés pour leur foi. » Des considérations éthiques l’ont conduit à arrêterde conseiller à ses patients d’aller en Chine. Lorsqu’on lui demande s’il regrette ses décisions passées, le médecin indique ne pas regretter, car son patient avait besoin d’une transplantation pour survivre.

Une demande d’explication envoyée à  la Societé Coréenne de Transplantation est restée sans réponse.

Inquiétudes pour la Corée du Sud

En 2016, une source anonyme s’étant identifiée comme un ancien employé du Premier Hôpital Central de Tianjin a écrit au journal  Epoch Times  : « Beaucoup des patients étrangers viennent en Chine à la recherche d’un foie ou d’un rein. Le gros de ces étrangers est sud-coréen, » explique le témoin, qui précise comment les patients étaient envoyés à l’hôpital. « Un médecin sud-coréen bien connu, de l’un des plus grands hôpitaux en Corée du Sud, présente ses patients à un intermédiaire. L’intermédiaire réfère alors les patients à l’hôpital de Tianjin. »

En 2015, David Matas, l’un des enquêteurs indépendants qui a le plus apporté de preuves sur les prélèvements d’organes en Chine, a exprimé son inquiétude sur le manque de transparence concernant la source des organes en Chine, lors d’une conférence de l’industrie médicale tenue à Séoul, en Corée du Sud.

D’après les médias d’Etat chinois, en juillet dernier, plusieurs organisations internationales de la santé ont cependant signé une lettre félicitant la Chine pour sa « réforme du don d’organe et de la transplantation », parmi lesquelles l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Académie pontificale des sciences du Vatican (APS) et la Transplantation Society.

Lorsque le Dr. Francis Delmonico,  expert en transplantation de l’APS, est interrogé sur la position de son institution à la lumière du documentaire sur-coréen, le Dr. Delmonico botte en touche  : « l’APS souhaite soutenir les réformes en Chine, conformément à notre déclaration, co-signée avec des collègues chinois lors du dernier sommet de l’APS. »

Version anglaise

Vidéo recommandée

Un médecin témoigne de l’horreur des prélèvements d’organes forcés en Chine

 
 
 
 

De New York à un village mexicain, parcours inversé pour des enfants de clandestins

De New York à un village mexicain, parcours inversé pour des enfants de clandestins
Les tours de Manhattan leur sont plus familières que les modestes maisons en briques, à flanc de colline, ...
LIRE LA SUITE
 

Une pratiquante de Falun Gong exhorte la communauté internationale à agir pour secourir son père détenu en Chine

Une pratiquante de Falun Gong exhorte la communauté internationale à agir pour secourir son père détenu en Chine
Oui, c'est une histoire bien réelle. " Il est particulièrement préoccupant que le centre de détention refuse les ...
LIRE LA SUITE
 

Pourquoi sont-ils toujours tués et persécutés depuis 19 ans pour pratiquer cela ?

Pourquoi sont-ils toujours tués et persécutés depuis 19 ans pour pratiquer cela ?
Il y a 19 ans, la répression sanglante du Falun Gong était ordonnée par le régime communiste en ...
LIRE LA SUITE
 

« À bas la boutique de Confucius ! » Entrée dans la modernité chinoise

« À bas la boutique de Confucius ! » Entrée dans la modernité chinoise
Gilles Guiheux, Université Paris Diderot – USPC Quand et comment la Chine est-elle entrée dans la modernité ? ...
LIRE LA SUITE