Chine: une quarantaine obligatoire et des pratiques déloyales pour les locataires

19 février 2020 Mis à jour: 20 février 2020
FONT BFONT SText size

De nombreuses personnes ont quitté leur ville natale pour rendre visite à des familles et célébrer la fête du Nouvel An chinois. Le ministère des Transports estime qu’environ 160 millions de personnes doivent se déplacer pour rentrer chez elles afin de pouvoir retourner travailler, principalement dans les villes de premier et de second rangs.

La plupart des entreprises chinoises devaient reprendre le travail vers le 10 février. Cependant, à leur retour, les gens ont dû se mettre en quarantaine pendant 14 jours, certains n’ont pas pu prendre possession de leurs propriétés louées, et au cours de la semaine dernière, plusieurs entreprises ont eu des incidents de patients récemment confirmés qui ont interagi avec d’autres employés avant que les résultats de leurs tests ne soient disponibles. Ces entreprises ont dû fermer et mettre tous leurs employés en quarantaine.

En outre, plus de 80 villes chinoises sont actuellement dans un état de fermeture totale. Ceux qui sont bloqués dans l’une de ces villes ne peuvent pas partir et ne peuvent donc pas retourner au travail.

Des règles hostiles pour les locataires

Selon les médias d’État chinois, plus de dix villes chinoises ont établi une règle interdisant à ceux qui ne possèdent pas de propriété dans leur ville de mettre les pieds dans la ville.

Les locataires de ces villes ont été informés qu’ils n’étaient pas autorisés à entrer dans leurs appartements. Certaines propriétés locatives ont été scellées pour en empêcher l’entrée.

Par exemple, dans la ville de Jinhua, dans la province du Zhejiang, chaque communauté résidentielle dispose d’un site d’enregistrement qui vérifie les registres de propriété pour s’assurer que tous ceux qui ne sont pas propriétaires à Jinhua n’aient pas d’endroit où loger.

À un point de contrôle de la circulation dans la ville de Jinhua, dans la province du Zhejiang, le panneau blanc indique : « Ceux qui ne possèdent pas de propriété à Jinhua sont absolument défendus d’entrer. »

De même, dans la ville de Yangzhou, dans la province du Jiangsu, il faut présenter une carte d’identité résidentielle et un certificat de propriété pour entrer dans la ville.

À Shenzhen, la responsabilité incombe au propriétaire. « Si un locataire est infecté par le nouveau coronavirus, ou si le propriétaire ne recueille pas d’informations fiables auprès du locataire concernant son état de santé, le propriétaire sera tenu responsable », peut-on lire dans la règle.

De nombreux propriétaires ont trop peur de louer leur propriété à cause de cette nouvelle règle.

À Nanjing, dans la province de Jiangsu, les propriétaires ont été priés de notifier à leurs locataires de ne pas revenir en ville. Tout locataire qui doit revenir sera placé en quarantaine pendant 14 jours et soumis à un contrôle sanitaire 24 heures sur 24 pendant cette période.

Selon un avis public à Chengdu, dans la province du Sichuan, les propriétaires sont également avertis qu’ils doivent refuser tout locataire qui revient d’un endroit situé en dehors de Chengdu.

« Si vous estimez qu’il est absolument nécessaire d’héberger votre locataire, vous devez répondre aux critères suivants », indique l’avis. « Tout d’abord, le locataire doit promettre de se mettre en quarantaine pendant 14 jours. Deuxièmement, en tant que propriétaire, vous devez surveiller le locataire pour vous assurer que l’auto-quarantaine est effectuée de manière stricte, et lui fournir de la nourriture ainsi que les produits de première nécessité pendant la période de quarantaine. Troisièmement, le propriétaire et le locataire doivent tous deux payer 500 000 yuans (71 468 dollars), qui serviront à indemniser les voisins en cas d’infection du locataire. »

La diffusion du nouveau coronavirus se poursuit parmi les salariés

Trois employés de Chongqing Titanium Industry Co., Ltd. ont été diagnostiqués avec le coronavirus de Wuhan après que la société a repris ses activités quotidiennes. L’un d’entre eux était un patient asymptomatique qui s’était mélangé à 131 autres employés. Maintenant, l’entreprise entière est fermée.

Tianying Square est un gratte-ciel de 46 étages et un immeuble de bureaux de classe A bien connu à Guangzhou, dans la province de Guangdong. Le 15 février, le gestionnaire immobilier a affiché un avis qui disait : « Après le retour au travail de tout le monde, un employé d’une entreprise du 13e étage a été diagnostiqué avec le COVID-19. Par conséquent, tous les employés de cette entreprise ont été avertis de cesser de travailler le 14 février et sont maintenant placés en quarantaine. »

Un vendeur travaillant dans un centre commercial à Shenzhen a été confirmé comme ayant été infecté par le coronavirus de Wuhan le 14 février. Après son retour à Shenzhen, il a travaillé pendant une journée puis a demandé un congé maladie lorsqu’il a commencé à présenter des signes et symptômes. En conséquence, tout le troisième étage du centre commercial restera fermé jusqu’au 29 février.

Des patients confirmés ont également été trouvés parmi les employés de la cimenterie de Hailuo dans la province de Hunan et d’une centrale électrique dans la province de Shanxi. Les deux entreprises ont dû suspendre immédiatement leurs activités.

Des pertes commerciales insupportables

Beijing Benz a publié un document de la société indiquant que si la société ne reprend pas ses activités normales, ses pertes commerciales dépasseront 400 millions de yuans (57 135 520 dollars) chaque jour.

Le restaurant Xibei, une marque de restauration bien connue, compte 400 restaurants dans tout le pays. Entre-temps, une centaine de restaurants seulement sont en activité et ils n’offrent qu’un service de livraison de nourriture. On estime que les pertes de Xibei au cours des 30 derniers jours s’élèvent à 700-800 millions de yuans (92 millions à 106 millions €).

Selon le Bureau national des statistiques de Chine, le PIB total du pays en 2019 était de 99 000 milliards de yuans (13 000 milliards €). Cela signifie qu’un retard de production d’une journée entraînerait une perte totale de 270 milliards de yuans (35,69 milliards €).

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé