La Chine « analyse soigneusement » la guerre Russie-Ukraine pour évaluer ses moyens d’actions à Taïwan selon le directeur de la CIA

12 mai 2022 Mis à jour: 12 mai 2022
FONT BFONT SText size

La Chine « évalue soigneusement » la résistance des Ukrainiens et les coûts économiques encourus par la Russie tout en gardant un œil sur Taïwan, a déclaré William Burns, directeur de la CIA.

Au cours d’un entretien avec le Financial Times publié le 7 mai, M. Burns a émis l’hypothèse que les dirigeants chinois ont été étonnés par la résistance efficace des Ukrainiens face à l’agression russe grâce aux efforts de « toute la société ».

M. Burns pense que Pékin a suivi de près la guerre Russie‑Ukraine pour analyser les coûts et les conséquences du recours à la force pour prendre le contrôle de Taïwan, l’île autonome que la Chine revendique comme faisant partie de son territoire.

« Je ne pense pas une minute que cela ait érodé la détermination [du dirigeant chinois Xi Jinping] à prendre le contrôle de Taïwan. Mais je pense que cela affecte ses calculs sur comment et quand le faire », a‑t‑il déclaré.

La Chine s’est abstenue de condamner la Russie pour son invasion de l’Ukraine, invoquant comme justification les « préoccupations légitimes de la Russie en matière de sécurité ». Les deux nations ont déclaré un partenariat « sans limites » le jour de l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, le 4 février.

La Russie reconnaît Taïwan comme « une partie inaliénable de la Chine » et rejette l’indépendance de l’île « sous quelque forme que ce soit », tandis que Pékin a soutenu l’opposition de la Russie à l’expansion de l’OTAN, selon leur déclaration commune.

Toutefois, M. Burns a déclaré que Xi était « contrarié » par le préjudice porté à la réputation de la Chine tant qu’elle est associée à la « brutalité » des dirigeants russes et par le fait que la guerre a conduit à une coopération plus forte entre les États‑Unis et l’Europe.

Il a ajouté que Xi est également ennuyé par les incertitudes économiques posées par la guerre Russie‑Ukraine.

« Je pense que l’expérience amère, à bien des égards, de la Russie [du président russe Vladimir Poutine] en Ukraine au cours des 10 ou 11 dernières semaines a démontré que cette amitié a en réalité des limites », a noté M. Burns.

Les tensions entre Taïwan, pays autonome, et Pékin se sont intensifiées, la Chine ayant récemment fait sa plus grande incursion dans la zone de défense aérienne de Taïwan le 6 mai avec des avions de chasse et des bombardiers.

Le ministère taïwanais de la Défense a déclaré avoir détecté 18 avions chinois, dont 12 chasseurs J‑11 et J‑16 et deux bombardiers H‑6, pénétrant dans sa zone d’identification de défense aérienne (ADIZ).

Taïwan a réagi en émettant des alertes radio et en déployant des systèmes de missiles de défense aérienne pour surveiller les avions de guerre chinois.

Il s’agit de la deuxième plus grande incursion de Pékin dans le territoire aérien de Taïwan. Le 23 janvier, l’armée chinoise a envoyé 39 avions de guerre, dont des avions de chasse et un bombardier, dans la zone de défense aérienne de l’île.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé