Chauffeur de bus tué à Bayonne : relâché la semaine dernière, l’un des suspects à nouveau arrêté pour violences aggravées

13 novembre 2020 Mis à jour: 13 novembre 2020
FONT BFONT SText size

Remis en liberté le vendredi 6 novembre, l’un des suspects poursuivis dans le cadre de l’agression mortelle de Philippe Monguillot a de nouveau été placé en détention provisoire après des violences présumées à l’égard de la femme qui l’hébergeait.

Le dimanche 5 juillet, Philippe Monguillot, un chauffeur de bus de 58 ans avait été roué de coups pendant son service à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Le père de famille avait succombé à ses blessures quelques jours plus tard.

Quatre individus avaient été appréhendés par les forces de l’ordre après l’agression sauvage dont le Bayonnais avait été la proie. Ils avaient fait l’objet d’un placement en détention provisoire.

Le vendredi 6 novembre, deux des suspects, mis en examen pour « non-assistance à personne en danger », ont été libérés de prison et placés sous contrôle judiciaire. Les deux autres, poursuivis pour « tentative d’homicide volontaire, sont toujours sous les verrous.

« Les faits de non-assistance en danger sont des faits délictuels. Les conditions de la loi ne permettent pas de prolonger la détention provisoire de ces deux personnes », a expliqué Me Philippe Saladin, avocat de l’un des deux suspects libérés vendredi dernier, à nos confrères de France Bleu.

Un des deux hommes libérés la semaine dernière retourne en prison  

Ce vendredi, la radio de service public indique que l’un des deux individus ayant été relâchés la semaine dernière vient de retourner derrière les barreaux dans le cadre d’une autre affaire.

Âgé de 34 ans, le mis en cause a en effet été arrêté par la police le mercredi 11 novembre à Bayonne. Il est soupçonné d’avoir commis des violences sur une femme qui l’hébergeait et chez laquelle il n’avait d’ailleurs pas le droit de se trouver, rapporte France Bleu.

La victime présumée, qui n’a pas déposé plainte, accuse le trentenaire de lui avoir asséné une gifle et un coup de poing. Le suspect n’aurait pas reconnu les faits qui lui sont reprochés d’après Me Saladin.

Placé en détention provisoire, il doit être jugé dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate le lundi 16 novembre.

FOCUS SUR LA CHINE – Près de 600 grandes entreprises chinoises en crise

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé